lundi 5 octobre 2020

5 et 6 Octobre 1789 : Les femmes de Paris font prendre un nouveau cap à la révolution

 

Avant-garde des femmes allant à Versailles

Les journées révolutionnaires des 5 et 6 octobre 1789 marquent un tournant très important dans le cours de la Révolution.

Je peux vous les résumer de deux façons :

Version courte, si le temps vous manque :

5 Octobre 1789

  • Marche des Parisiennes sur l’Hôtel de Ville de Paris puis sur Versailles.
  • Une délégation se rend à l’Assemblée et vers le roi.
  • La garde nationale arrive sur Versailles dans la soirée.
  • Le roi accepte la constitution et la déclaration des droits de l’homme.

6 Octobre 1789

  • Instauration de la contribution patriotique du quart de revenu.
  • La foule envahit le château de Versailles et vainc les gardes du roi.
  • La famille royale est présentée à la foule par La Fayette.
  • Le roi accepte de retourner à Paris.

Je vous offre de plus cet extrait de 9 minutes, du film de 1989, "La Révolution française" qui illustre à merveille cet événement.


Hommage à Louise-Reine Audu

    Avant de lire les deux récits de la version longue, je souhaite rendre hommage à une femme. Une femme qui apparaît sur de nombreuses estampes illustrant l'événement. Il s'agit de Louise-Renée Audu. On la surnommait la reine des Halles, car elle dirigeait la corporation des Dames de la Halle en 1789. C'est elle, nous dit cette estampe qui ameuta plus de 800 femmes pour marcher sur Versailles. 

    Reine Audu fit probablement partie des cinq femmes qui entrèrent dans l'appartement du roi avec Mounier, et qui lui firent sanctionner entre autres la déclaration des droits de l'homme, que Louis XVI rechignait tant à valider de son sceau. 

    Le plus incroyable dans cette affaire, c'est qu'elle fut la seule personne accusée formellement et mise en prison à la suite des journées d'octobre !

    Elle fut incarcérée dans les immondes cachots du Grand Châtelet de Paris, puis à la Conciergerie, jusqu'au 15 septembre 1791. Elle en sorti avec les secours du Club des Cordeliers et de Louis-Barthélemy Chenaux. Elle participa par la suite activement à la prise du Palais des Tuileries par le peuple de Paris le 10 août 1792. La "Biographie moderne, ou galerie historique, civile, militaire, politique et judiciaire" raconte qu'elle y tua alors plusieurs gardes suisses. Elle fut honorée d'une épée par la Commune de Paris, qui l'employa ensuite à l'administration des subsistances.

    L'écrivain Pierre Joseph Alexis Roussel rapporte, dans un ouvrage publié en 1802, que, « sa tête s'étoit perdue pendant sa détention » et que Reine Audu serait « morte folle à l'hôpital en 1793 ».

La voici nommée et représentée sur cette estampe

La même estampe, en couleur


Voici à présent la version longue du récit des journées des 5 et 6 octobre 1789, si vous disposez d'un peu de temps et de plus de curiosité. 😉

    N’ayez crainte, si le sujet vous intéresse vraiment, vous ne devriez pas vous ennuyer.

    Je vous propose deux textes bien différents, faisant le récit de ces journées particulièrement révolutionnaires. 

Témoignage d'un contemporain

    L’un raconte l’événement du point de vue d’un témoin partiel, Adrien Joseph Colson. Il s’agit de ce bourgeois du Tiers Etat, avocat au barreau de Paris, qui écrit régulièrement à un ami de province et dont les courriers constituent une intéressante chronique des événements. Je trouve son texte intéressant parce qu’il présente le début du mouvement des femmes de Paris, comme une farce, une farce qui selon lui aurait mal tournée. Son témoignage est intéressant, d’une part parce qu’il a vu la petite troupe initiale passer dans sa rue, et d’autre part parce qu’il rapporte tout ce qui racontait au sein du peuple dans ces jours agités. Tout ce qu’il rapporte, a donc l’avantage du vécu, mais présente également l’inconvénient de na pas être obligatoirement vrai. N’oublions pas en effet que les rumeurs vont bon train à Paris en ces jours agités. Tout le monde voit des complots partout. Vous ne trouverez pas ce texte sur Internet, raison pour laquelle j’ai pris la peine de vous le retranscrire depuis un exemplaire en ma possession. Je ne pense pas spolier les droits de quelqu’un, au vu l’année de publication. Je vous donne à lire son courrier du 5 octobre, mais aussi ceux des 11 et 13 octobre, qui sont intéressant parce qu’ils donnent la suite des événements des 5 et 6 et évoquent en particulier une folle rumeur de complot !




Témoignage d'un historien du 19ème siècle

Jules Michelet (photo de Nadar)

    Le second récit est un extrait de l’histoire de la révolution de l’historien Jules Michelet, dont le tome 1 a été publiée en 1847, soit 58 ans après les événements de 1789. Michelet présente l’inconvénient de trop bien écrire, d’être républicain et anticlérical, de trop aimer le peuple et même de valoriser les femmes dans son histoire ! Vous comprenez qu'il puisse déranger...

    Raison pour laquelle certains lui ont reproché d’avoir contribué à forger une légende dorée de la révolution, s’inscrivant dans un roman national clairement républicain. Ce qui relève presque du scandale de nos jours puisque c'est la forgerie anti-républicaine de la légende noire qui a triomphé.

    L’avantage de son ancienneté est que son histoire de la Révolution française est à présent dans le domaine public et en libre accès par le lien figurant plus loin dans cet article. Si vous souhaitez en savoir plus sur son histoire de la Révolution française, je vous conseille la lecture de cet article publié en 2019 à l’occasion de la réédition de l’œuvre : Michelet réédité : un monument littéraire pour la Révolution française.

Nota :

Concernant les événements qui ont eu lieu dans l'enceinte de l'Assemblée nationale, je vous conseille d'en lire le compte rendu détaillé dans les procès-verbaux que vous trouverez à cette pagen aux dates des 5 et 6 octobre : https://www.persee.fr/issue/arcpa_0000-0000_1877_num_9_1

 

Départ des femmes pour Versailles

Commençons par notre bourgeois de Paris. 

Extrait du courrier du 5 octobre 1789 rédigé par Adrien Joseph Colson.

« Une poignée de paille et pas plus a hier embrasé tout paris et, quoique le calme paraisse rétabli au moment où j’écris, elle peut l'embraser de nouveau avant qu’il se passe une heure et, avant qu'il soit huit jours, elle peut embraser toute la France. 2 ou 300 femmes de la halle, ou de cette espèce, en sont dans l'origine, non les principales mais bien les seuls auteurs. Voilà je crois une bien chétive poignée de paille pour un si grand incendie et elles ont pleinement réussi pour paris. Hier, entre neuf et dix heures du matin, lorsque tout était dans le plus grand calme, je les ai vues passer sous mes croisées allant à l'Hôtel de Ville demander (c’était là le prétexte) qu'on leur procurât d'avoir aisément du pain. En passant, elles avaient bien plus l'air de projeter plutôt une farce qu’une entreprise d'éclat, ni dans le genre tragique. Les hommes qui les rencontraient les plaisantaient comme des faiseuses de farces, ne présumant rien de sérieux de leur part, et elles répondaient sur le même ton. Cependant elles ont pleinement et avec le succès le plus complet exécuté leur dessein. Ce qui, je crois, les a beaucoup aidées à réussir, c’est que mademoiselle Ladoubé, l’aînée, qui très souvent voit les plus grands dangers où il n’y en a pas la plus légère apparence, a fait fermer la boutique lorsqu’elle a vu passer cette troupe qui, dans le moment, n’était encore qu’une troupe de bouffons qui ne causait d'autre sensation que d’exciter à rire. J'ai à cette occasion, reproché hier à deux reprises à cette demoiselle que, s'il en résultait une révolution, elle y aurait plus de part que cette troupe. Les femmes de deux ou trois voisins, intimidées par l'exemple de Mademoiselle Ladoubé, ont fermé également leur boutique. Bientôt, toute la rue et de là le quartier voisin a imité. Alors, beaucoup de femmes qui, suivant ce que j'en ai pu juger, ne songeaient nullement à prendre part à ce qui se passait, voyant que la peur saisissait et qu'on ne courait aucun risque d’entreprendre ce qu’on voulait, ont pris plaisir et ont montré de la gaité à se mêler au tumulte qui commençait pour, sans doute, s’amuser de l'embarras et de l'inquiétude qu’il occasionnerait et voir ce qu'il en résulterait. D'abord les hommes ont jugé indigne d'eux de paraître dans une pareille troupe et les premiers que j'ai vus qui s'y sont montrés, lesquels étaient de la plus basse lie de la populace, y allaient seuls, d'un air indécis, délibérant et riant niaisement, comme éprouvant de Ia honte et se sentant avilis et dégradés de prendre part à un éclat aussi insensé et aussi ridicule. Enfin, les femmes d'un côté et de l'autre ces hommes dont petit à petit le nombre s'était accru, se répandant de tous côtés pour inviter, en attirer même ou en entraîner d'autres de force comme je l'ai vu, la foule a tellement grossi qu'à midi tout Paris était soulevé et, qu'à défaut de fusils, la plupart des hommes avaient repris les piques qu'on avait forgées à Ia hâte à la révolution du 14 juillet.

Marche des femmes sur Versailles

    Alors on a sonné le tocsin à beaucoup de paroisses et peut-être à toutes. La garde nationale s'est mise sous les armes, mais elle n'a osé entreprendre de faire rentrer les particuliers chez eux, trouvant assez pénible et assez dangereux d'empêcher les excès dans les rues. Et pendant ce temps-là, les femmes qui étaient à la Grève, assurées qu'on n'oserait faire main basse sur elles, ont forcé un détachement de cavalerie qui entreprenait de défendre l'Hôtel de Ville de remettre le sabre dans le fourreau et d'être spectateur de leurs excès, aidées sans doute à cette occasion de beaucoup d'hommes, à briser les portes et les vitrages de cet édifice public. Bien plus, elles ont eu le front d'attendre au bout du pont Notre-Dame tous les soldats de la garde nationale qui passaient seuls ou en petit nombre et elles ont osé les désarmer en les traitant de soldats de la Vierge Marie. Elles ou la populace ont été chercher monsieur Bailly, ci-devant président de l'Assemblée nationale, aujourd'hui maire de Paris, pour le pendre à la lanterne où la corde était préparée, sous prétexte qu'il était cause de Ia disette, mais il a eu le bonheur de ne s'être pas trouvé chez lui.

Source image : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69442264?rk=21459;2

    On ne sait au surplus quel était le but de ce soulèvement pour Paris, et je crois véritablement que ceux qui étaient en mouvement ne savaient pas eux-mêmes ce qu'ils voulaient. Mais l'occasion de cet attroupement général a conduit à une résolution qui, avant huit jours, peut entraîner une guerre civile générale. Un grand nombre de ces femmes turbulentes et boutefeus se sont transportées à Versailles. On assure que les gardes françaises et un détachement considérable de la garde nationale non soldée s'y sont également transportés sans que nous sachions à quel dessein et ils y ont conduit du canon. Si c'est pour faire main basse sur I ‘Assemblée nationale, il n'est pas douteux qu'ils seront soutenus par les aristocrates qui tâcheront d'attirer le plus grand nombre de troupes qu'ils pourront dans leur parti, mais cela soulèvera immanquablement les provinces qui voudront venger leurs libertés et soutenir leur liberté qu'un pareil coup menacera d'anéantir. Si c'est pour soutenir eux-mêmes cette liberté et venger une insulte qu'on accuse les gardes du corps et les officiers du régiment de Flandres d'avoir faite à la nation, l'affaire se décidera aujourd'hui par une capitulation ou par le sort d'un combat entre le corps de troupes de Paris et ceux qu'on accuse de l’insulte. Cette insulte vient, dit-on, de ce que les gardes du corps et les officiers du régiment des Flandres, quelques-uns disent tout le régiment, étant échauffés du vin aux repas que leur donnait monsieur le comte d'Estaing commandant la garde nationale de Paris, ont pris la cocarde nationale qu'ils portaient, l'ont foulée aux pieds et ont mis à la place la cocarde noire qu'ils regardaient comme celle du clergé et de la noblesse. Si le fait est vrai, la journée ne se passera pas que l'affaire ne soit décidée.

    Je viens de descendre pour avoir des nouvelles et l'on vient de me dire que le régiment des Flandres est venu au-devant des troupes de Paris, qu'il a déclaré qu'il s'unissait à elles et à la nation et que, par-là I ‘affaire s'est terminée à l'amiable avec lui. Quant aux gardes du corps, on dit qu'ils ont fait feu, qu'ils ont tué deux femmes et qu'on leur a tué 5 ou 6 hommes et qu'on les fera renvoyer.

    Huit ou dix femmes viennent de passer sous mes croisées cherchant à exciter une nouvelle émeute. S'il en était venu à la suite deux ou trois pelotons qui eussent fait la même tentative, elles auraient pu réussir, mais elles ont été seules et tout est resté tranquille. (...)

Extrait du courrier du 11 octobre 1789 rédigé par Adrien Joseph Colson.

    "La renommée, à qui il semble pousser des ailes à proportion des événements qu'elle a à annoncer, doit en avoir eu ces jours-ci en bien plus grand nombre qu'à l'ordinaire, et elle doit s'être efforcée de surpasser la rapidité de l'éclair pour vous annoncer et à toute la France le bien et le mal extraordinaires, les désordres bizarres et inattendus de plusieurs genres qu'a occasionnés cette poignée de femmes du ramassis des rues dont j'ai eu l'honneur de vous parler dans ma dernière. Je suis obligé de supprimer bien des détails qui demanderaient une trop longue relation.

(...) Dans un souper qui fut donné à Versailles, j'ignore par qui, aux gardes du corps et au régiment des Flandres, ces deux corps semblèrent abjurer le service de la nation en foulant aux pieds la cocarde nationale, en arborant la noire à la place, en portant plusieurs fois la santé du roi de la reine et à la famille royale, sans porter celle de la nation en vomissant beaucoup d'injures et d'imprécations contre l’Assemblée nationale et en faisant serment de ne connaître d’autre maître que le roi. Sur la nouvelle de cette insulte, 10 à 11000 femmes du genre bien entendu que je les ai dépeintes, partirent en deux bandes pour Versailles pendant qu'environ 40 000 hommes, tant de la garde nationale de Paris que d’autres, se rassemblèrent aux Champs-Elysées avec 20 pièces de canons pour y aller tirer raison de ces insultes. Mais les femmes avaient outre cela un autre objet. L'arrivée [n'eut lieu] qu'à minuit, sans avoir eu le temps de se munir d'aucune provision de vivres, et la plus grande partie n'ayant pas dîné avant le départ. Le public de Versailles s'empressa de l’accueillir et de lui ouvrir tous les asiles qu'il put, les églises, les endroits publics, ce qui se trouvait libre dans les maisons particulières et jusqu'aux écuries. Les districts de Paris s’empressèrent de leur côté de faire arriver du pain de bonne heure dans la matinée, sachant que le public de Versailles en était à court pour lui-même.

    Le mardi 6 au matin une partie de l'armée se présenta au régiment de Flandres pour savoir ses dispositions relatives au service de la nation qu'il semblait avoir quitté. Il répondit qu'il tenait le parti de la nation et qu'il n'avait d'autre intention que de lui être fidèle. Après quoi il mit de lui-même les armes à terre et donna ses cartouches à des paysans qui se trouvaient là en grand nombre. Le détachement de l'armée nationale ne se contenta pas de ces démonstrations pacifiques et amicales : il voulut avoir les drapeaux. Cela paru causer une peine fort vive aux soldats et encore plus aux sergents qui y témoignèrent beaucoup de répugnance, mais enfin ils y consentirent. Et comme ils représentaient que l'honneur ne leur permettait pas de quitter leurs drapeaux, on leur permit de les suivre à Paris et l’on croit qu’on les y incorporera dans la garde nationale soldée.

    Pendant ce temps-là les femmes étaient à l'Assemblée nationale où, sans autre cérémonie, elles se placèrent dans le centre où l'on ne permet pas même aux députés des cours souveraines d'entrer. Elles demandèrent la viande et le vin à 8 sols et le pain à 2 sols, en même temps demandant de quoi servait la constitution dont on s'occupait : « Cela est, dirent-elles, inutile. Il faut finir cela tout de suite et ne songer qu'au pain et à la viande ». La cacophonie étourdissante qu'elles faisaient empêchant qu'on pût s'entendre, et le président n'ayant pu obtenir le moindre calme, il fut obligé de lever la séance.

    Au sortir de l'Assemblée nationale ces femmes entreprirent d'aller au château dans le dessein de tenir au Roi le même langage qu'elles venaient de tenir à l'Assemblée. Trouvant les grilles fermées et les gardes du corps derrière empêchant qu'elles ne les ouvrissent, elles entreprirent, malgré la résistance des gardes, de les forcer. Ceux-ci en ayant malheureusement tuées deux, cela occasionna une émotion terrible. Des particuliers du faubourg saint Antoine armés de fusils et de piques étant accourus, ils forcèrent les grilles, poursuivirent les gardes du corps, en tuèrent 5 ou 6, coupèrent la tête à deux de ceux qui venaient de tomber sous leurs coups et les envoyèrent sur Ie champ à Paris où, dès 11 heures du matin, on les promena dans les rues au bout d’une pique. Ces particuliers et le reste de l'armée qui en voulaient déjà infiniment aux gardes du corps avant qu'ils eussent tué les deux femmes, animés encore plus par ce nouveau trait, résolurent de les exterminer tous jusqu'au dernier. Mais une heureuse circonstance qu'un génie tutélaire semble avoir ménagé pour eux les tira de ce danger : comme l'armée s’était rassemblée sous les croisées du roi et qu'elle demandait que le Roi vînt fixer son séjour à Paris en criant et en répétant sans cesse : « Le roi à Paris ! Le roi à Paris ! ", le Roi, ayant entendu, parut au balcon où il témoigna, avec ménagement et avec bonté, de la répugnance et de la difficulté à acquiescer à cette demande. Sur ce que l'armée continua à dire : « Le roi à paris ! », le roi se montra de nouveau et se retira à deux ou trois reprises pour en délibérer. Enfin il acquiesça en accompagnant sa promesse de tout ce qui se pouvait de plus affectueux et de plus flatteur. Alors, les acclamations de : « Vive le roi ! » et les claquements de mains furent des plus vifs. La reine s'étant présentée à son tour tenant monsieur le dauphin dans ses bras, on cria beaucoup : « Vive la reine ! », et l'on recommença à claquer des mains. Madame royale, qu'on dit déjà grande et très bien, s'étant aussi présentée et ayant fait des révérences avec beaucoup de grâces, on lui témoigna sa joie et sa reconnaissance en recommençant à claquer des mains. Alors le roi, profitant de la disposition favorable où il voyait les esprits, demanda la grâce des gardes du corps, représentant qu’on leur imputait des torts qu'ils n'avaient pas et, là-dessus, ayant demandé si l'on accordait cette grâce, tout le monde d'une voix répondit : « Oui ! Oui ! ». Alors un de ces gardes qui s’était tenu derrière le roi sans se montrer, ayant paru à son côté, remercia l'armée avec des démonstrations pleines de reconnaissance et de satisfaction, et il jeta son chapeau en l'air. Quelques autres, à qui le roi avait permis de se cacher chez lui, parurent au même instant. Ils remercièrent également d'un air pénétré. Ils jurèrent en présence du roi d'être fidèles à la nation, ils témoignèrent avoir résolu de prendre son uniforme et ils jetèrent leurs baudriers. Aussitôt la réconciliation conclue et arrêtée, le Roi étant parti pour Paris avec Ia famille royale, les gardes du corps prirent plaisir à se confondre avec l'armée qui I ‘accompagnait et plusieurs d'entre eux donnèrent leurs chapeaux aux grenadiers pour avoir leurs bonnets dont ils se coiffèrent.

    Le roi, arrivé à Paris, se rendit à l'Hôtel de Ville où il resta environ une demi-heure. Puis il se retira aux Tuileries où il a déclaré qu'il fixerait son séjour le plus longtemps qu'il pourrait. Et depuis, il a invité l'Assemblée nationale à venir choisir un emplacement dans cette capitale pour y tenir ses séances. La reine a d'abord désiré de faire rendre aux propriétaires les effets qui sont engagés au Mont de Piété pour 24 livres et au-dessous ; comme cela coûterait trois millions et que l'argent manque au trésor royal, elle y a trouvé depuis de l’obstacle. Mais on vient de me dire qu'elle se décidait avec le roi à prendre cet argent sur leurs dépenses personnelles.

    Quoique le jour où le roi est arrivé à Paris l'on eût dans la matinée de la peine à avoir du pain, le soir il y en avait en abondance et de reste chez les boulangers. Les jours suivants il en regorgeait, dit-on, et cependant l'on assure que les boulangers en cuisent bien moins que lorsqu'il y avait disette. On ajoute qu’on en a beaucoup jeté dans les puits, dans les commodités, et qu'on en a trouvé 500 dans les filets de Saint Cloud. Le mardi 6, lendemain de l'arrivée du roi, une troupe de femmes s'est emparée à la halle d'environ 300 tonneaux de farines sous prétexte qu'elles étaient gâtées, quoiqu'on dise que dans cette quantité il s'en trouvait au moins cent tonneaux de bonnes, et elle les a jetés à la rivière à la vue des croisées du Roi d'où il pouvait les voir. Le même jour et les jours suivants, elles arrachaient les rubans que les dames portaient sur leurs bonnets sans qu'on sache par quel motif ni à quel dessein. Et elles commençaient à extorquer de l’argent à des ecclésiastiques qu’elles rencontraient. Elles allaient vraisemblablement passer à de plus grands excès si ces premiers eussent été soufferts et, par le danger qu’il y avait d’exercer contre elles des contraintes, il était difficile de les réprimer. Mais heureusement, les femmes de la halle ont envoyé une députation à l'Hôtel de Ville pour témoigner qu'elles désapprouvaient extrêmement toute cette conduite, et elles se sont engagées à contenir toutes ces femmes dans l’ordre si on voulait bien leur donner quatre hommes par districts. Cette division survenue dans le parti des femmes a fait qu’hier les turbulentes d'entre elles n'ont rien entrepris. Mais nous n'en sommes pas plus tranquilles.

    Je joins ici une feuille imprimée qui vous instruira d'un complot affreux qui vient de se découvrir et dont les suites nous ont fait craindre que la nuit dernière on ne mît le feu à deux ou trois mille endroits dans Paris. Je suis obligé, le temps me manquant, de vous en entretenir au premier courrier. Voilà les suites du soulèvement exécuté par 2 ou 300 barboteuses de la fange de Paris. (...) Je n'ai pas le temps de relire cette lettre."

Extrait du courrier du 13 octobre 1789 rédigé par Adrien Joseph Colson.

"Je reprends le détail de notre affligeante situation où je l’ai laissée par ma dernière.

    Les femmes n'ont pas remué depuis quelques jours. Puissent-elles demeurer toujours dans cette tranquillité I La dame de la rue Mazarine qui, comme vous l'avez vu, Monsieur, par l'imprimé que j'ai joint à ma dernière lettre, enrôlait pour le parti qui devait égorger la garde nationale de Paris et beaucoup d'autres citoyens, n'a rien déclaré dans son interrogatoire, mais l'on prétend que ses deux complices en ont déclaré d'autres qui ont été arrêtés l'avant-dernière nuit. Ce parti, désespéré sans doute d'être découvert à moitié, ou peut-être une autre cabale encore indépendante de la première, crayonne ou peint de différentes couleurs différentes marques et quelquefois des chiffres sur différentes maisons, pour les faire connaître à Ia cabale et leur faire sans doute subir le sort auquel les chefs les ont condamnées. Le blanc marque, dit-on, qu'elles sont condamnées à être volées, le noir à être brûlées, le rouge à y tuer ceux qui les occupent, d'autres marques et des chiffres qu'on y ajoute quelquefois indiquent d'autres atrocités. J'ai vu, dimanche dernier, conduire en prison un de ces marqueurs assez bien mis qu'on venait d'arrêter et qui, loin de paraître inquiet, avait un air de satisfaction et presque triomphant, s'assurant peut-être que sa cabale le délivrerait. Quelqu'un m'a dit en avoir vu arrêter hier cinq supérieurement bien mis. Un particulier que je crois en grade dans la garde nationale a dit hier, en ma présence chez Monsieur Ladoubé, qu'il en avait arrêté un, lequel a témoigné que sa misère l'y avait porté pour gagner de l'argent et qu'il déclarerait celui qui l'avait payé à cet effet. Tout Paris sait le nom d'un particulier d'un rang distingué lequel on a trouvé la nuit, déguisé en manouvrier, ayant les doigts blancs d'avoir touché la craie, ayant de cette craie dans la poche, et étant contre une maison vis-à-vis et en face d'une de ces marques blanches. On en veut aux représentants de la commune de n'avoir osé, à cause de son rang sans doute, le faire arrêter. (...) Cette abominable cabale met tout Paris en alarme. Bien des femmes en sont tombées malades et dans des états terribles de frayeur. On a beaucoup renforcé la garde ces jours-ci, les patrouilles sont en grand nombre, la nuit on éclaire dans la rue au premier des maisons et, malgré ces précautions, personne ne peut s'assurer d'exister encore dans deux fois 24 heures. Je supplie donc Monsieur le Marquis et Monsieur le Comte de ne pas songer encore au retour et d'attendre une quinzaine de jours si l'orage éclatera et à quel point. Il est bien plus à craindre qu'une armée qui viendrait attaquer) étant indubitable que, si l'on entreprenait de mettre le feu à 2 ou 3000 maisons à la fois, quand l’incendie ne réussirait qu'à 5 ou 600 points, il diviserait Paris en une infinité de troupes pour porter secours, que ces pelotons d'hommes et de femmes pêle-mêle ne seraient munis d'aucune arme pour se défendre et qu'il serait aisé à un parti, sans être bien puissant, de les accabler, de les dissiper et d'exercer tous les brigandages qu'il voudrait. Si nous avions des lois criminelles, on ferait bientôt des exemples et cela arrêterait aussitôt le cours de ces désordres, mais il n'y en a encore que 17 articles de bien avancés, et les municipalités qui doivent exercer la justice criminelle, ainsi que la police, ne sont pas encore établies. Ainsi, nous ne pouvons encore y appliquer le remède.

    L'Assemblée nationale va bientôt transférer sa résidence à Paris : elle va venir ces jours-ci tenir ses séances à l'archevêché pendant qu'on préparera le manège aux Tuileries pour les tenir, et elle établira ses bureaux de comités aux Capucins et aux Feuillants.

    J'entends, depuis un quart d'heure au plus, crier une déclaration du roi pour la contribution patriotique. J'imagine que c'est pour payer Ie quart du revenu dans l'espace de deux ans et demi environ. Attendons et espérons. Quoiqu'il y ait du danger, je ne perds nullement l'espérance, et peut-être se dissipera-t-il en grande partie à ma première lettre. Amen ! (...)

Départ des Femmes de la Halle
(Jean-François Janinet)


Voici à présent le récit de Jules Michelet.

    Vous allez constater dès les premières lignes, qu’il est bien plus compréhensif envers le peuple que notre bourgeois parisien de 1789.


5 Octobre 1789 "Le peuple va chercher le roi".

Source : https://fr.wikisource.org/wiki/Histoire_de_la_R%C3%A9volution_fran%C3%A7aise_(Michelet)/Livre_II/Chapitre_8

    "Le 5 octobre, huit ou dix mille femmes allèrent à Versailles ; beaucoup de peuple suivit. La garde nationale força M. de La Fayette de l’y conduire le soir même. Le 6, ils ramenèrent le roi et l’obligèrent d’habiter Paris.

    Ce grand mouvement est le plus général que présente la Révolution, après le 14 juillet. Celui d’octobre fut, presque autant que l’autre, unanime, du moins en ce sens que ceux qui n’y prirent point part en désirèrent le succès et se réjouirent tous que le roi fût à Paris.

    Il ne faut pas chercher ici l’action des partis. Ils agirent, mais firent très peu.

    La cause réelle, certaine pour les femmes, pour la foule la plus misérable, ne fut autre que la faim. Ayant démonté un cavalier, à Versailles, ils tuèrent, mangèrent le cheval à peu près cru.

    Pour la majorité des hommes, peuple ou gardes nationaux, la cause du mouvement fut l’honneur, l’outrage fait par la cour à la cocarde parisienne, adoptée de la France entière comme signe de la Révolution.

    Les hommes auraient-ils cependant marché sur Versailles, si les femmes n’eussent précédé ? Cela est douteux. Personne avant elles n’eut l’idée d’aller chercher le roi. Le Palais-Royal, au 30 août, partit avec Saint-Huruge, mais c’était pour porter des plaintes, des menaces à l’Assemblée qui discutait le veto. Ici le peuple seul a l’initiative ; seul, il s’en va prendre le roi, comme seul il a pris la Bastille. Ce qu’il y a dans le peuple de plus peuple, je veux dire de plus instinctif, de plus inspiré, ce sont à coup sûr les femmes. Leur idée fut celle-ci : « Le pain manque, allons chercher le roi ; on aura soin, s’il est avec nous, que le pain ne manque plus. Allons chercher le boulanger !… »

    Sens naïf et sens profond !… Le roi doit vivre avec le peuple, voir ses souffrances, en souffrir, faire avec lui-même ménage. Les cérémonies du mariage et celles du couronnement se rapportaient en plusieurs choses ; le roi épousait le peuple. Si la royauté n’est pas tyrannie, il faut qu’il y ait mariage, qu’il y ait communauté, que les conjoints vivent, selon la basse, mais forte parole du Moyen-âge : « À un pain et à un pot. »

    N’était-ce pas une chose étrange et dénaturée, propre à sécher le cœur des rois, que de les tenir dans cette solitude égoïste, avec un peuple artificiel de mendiants dorés pour leur faire oublier le peuple ? Comment s’étonner qu’ils lui soient devenus, ces rois, étrangers, durs et barbares ? Sans leur isolement de Versailles, comment auraient-ils atteint ce point d’insensibilité ? La vue seule en est immorale : un monde fait exprès pour un homme !… Là seulement on pouvait oublier la condition humaine, signer, comme Louis XIV, l’expulsion d’un million d’hommes, ou, comme Louis XV, spéculer sur la famine.

    L’unanimité de Paris avait renversé la Bastille. Pour conquérir le roi, l’Assemblée, il fallait qu’il se retrouvât unanime encore. La garde nationale et le peuple commençaient à se diviser. Pour les rapprocher, les faire concourir au même but, il ne fallait pas moins qu’une provocation de la cour. Nulle sagesse politique n’eût amené l’événement ; il fallait une sottise.

    C’était là le vrai remède, le seul moyen de sortir de l’intolérable situation où l’on restait embourbé.

Louis XVI

    Cette sottise, le parti de la reine l’eût faite depuis longtemps, s’il n’eût eu son grand obstacle, son embarras dans Louis XVI. Personne ne répugnait davantage à quitter ses habitudes. Lui ôter sa chasse, sa forge et le coucher de bonne heure, le désheurer pour les repas, pour la messe, le mettre à cheval, en campagne, en faire un leste partisan, comme nous voyons Charles Ier dans le tableau de Van Dyck, ce n’était pas chose aisée. Son bon sens lui disait aussi qu’il risquait fort à se déclarer contre l’Assemblée nationale.

    D’autre part, ce même attachement à ses habitudes, à ses idées d’éducation, d’enfance, l’indisposait contre la Révolution plus encore que la diminution de l’autorité royale. Il ne cacha pas son mécontentement pour la démolition de la Bastille. L’uniforme de la garde nationale, porté par ses gens, ses valets devenus lieutenants, officiers, tel musicien de la chapelle chantant la messe en capitaine, tout cela lui blessait les yeux ; il fit défendre à ses serviteurs « de paraître en sa présence avec un costume aussi déplacé ».

    Il était difficile de mouvoir le roi, ni dans un sens ni dans l’autre. En toute délibération, il était fort incertain, mais dans ses vieilles habitudes, dans ses idées acquises, invinciblement obstiné. La reine même, qu’il aimait fort, n’y eût rien gagné par persuasion. La crainte avait encore moins d’action sur lui ; il se savait l’oint du Seigneur, inviolable et sacré ; que pouvait-il craindre ?

Marie-Antoinette

    Cependant la reine était entourée d’un tourbillon de passions, d’intrigues, de zèle intéressé ; c’étaient des prélats, des seigneurs, toute cette aristocratie qui l’avait tant dénigrée et maintenant se rapprochait d’elle, remplissait ses appartements, la conjurait à mains jointes de sauver la monarchie. Elle seule, à les entendre, elle en avait le génie et le courage ; fille de Marie-Thérèse, il était temps, elle devait se montrer… Deux sortes de gens encore, tout différents, donnaient courage à la reine : d’une part, de braves et dignes chevaliers de Saint-Louis, officiers ou gentilshommes de province, qui lui offraient leur épée ; d’autre part, des hommes à projet, des faiseurs, qui montraient des plans, se chargeaient d’exécuter, répondaient de tout… Versailles était comme assiégé de ces Figaros de la royauté.

    Il fallait une sainte ligue, que tous les honnêtes gens se serrassent autour de la reine. Le roi sera emporté dans l’élan de leur amour et ne résistera plus… Le parti révolutionnaire ne peut faire qu’une campagne ; vaincu une fois, il périt ; au contraire, l’autre parti, comprenant tous les grands propriétaires, peut suffire à plusieurs campagnes, nourrir la guerre longues années… Pour que le raisonnement fût bon, il fallait seulement supposer que l’unanimité du peuple n’ébranlerait pas le soldat, qu’il ne se souviendrait jamais qu’il était peuple lui-même.

    L’esprit de jalousie qui s’élevait entre la garde nationale et le peuple enhardit sans doute la cour, lui fit croire Paris impuissant ; elle risqua une manifestation prématurée qui devait la perdre. De nouveaux gardes du corps arrivaient pour leur service du trimestre ; ceux-ci sans liaison avec Paris ou l’Assemblée, étrangers au nouvel esprit, bons royalistes de province, apportant tous les préjugés de la famille, les recommandations paternelles et maternelles de servir le roi, le roi seul. Tout ce corps des gardes, quoique quelques membres fussent amis de la liberté, n’avait pas prêté serment et portait toujours la cocarde blanche. On essaya d’entraîner par eux les officiers du régiment de Flandre, ceux de quelques autres corps. Un grand repas fut donné pour les réunir, et l’on y admit quelques officiers choisis de la garde nationale de Versailles qu’on espérait s’attacher.

    Il faut savoir que la ville de France qui haïssait le plus la cour, c’était celle qui la voyait le mieux, Versailles. Tout ce qui n’était pas employé ou serviteur du château était révolutionnaire. La vue constante de ce faste, de ces équipages splendides, de ce monde hautain, méprisant, nourrissait les envies, les haines. Cette disposition des habitants leur avait fait nommer lieutenant-colonel de leur garde nationale un solide patriote, homme du reste haineux, violent, Lecointre, marchand de toiles. L’invitation faite à quelques-uns des officiers les flatta moins encore qu’elle ne mécontenta les autres.

    Un repas de corps pouvait se faire dans l’Orangerie ou partout ailleurs ; le roi, chose nouvelle, accorda sa magnifique salle de théâtre, où l’on n’avait pas donné de fête depuis la visite de l’empereur Joseph II. Les vins sont prodigués royalement. On porte la santé du roi, de la reine, du dauphin ; quelqu’un, timidement, bien bas, propose celle de la nation, mais personne ne veut entendre. À l’entremets, on fait entrer les grenadiers de Flandre, les Suisses, d’autres soldats. Ils boivent, ils admirent, éblouis des fantastiques reflets de ce lieu singulier, unique, où les loges tapissées de glaces renvoient les lumières en tous sens.

    Les portes s’ouvrent. C’est le roi et la reine… On a entraîné le roi, qui revenait de la chasse. La reine fait le tour des tables, belle et parée de son enfant qu’elle porte dans ses bras… Tous ces jeunes gens sont ravis, ils ne se connaissent plus… La reine, il faut l’avouer, moins majestueuse à d’autres époques, n’avait jamais découragé les cœurs qui se donnaient à elle ; elle n’avait pas dédaigné de mettre dans sa coiffure une plume du casque de Lauzun… C’était même une tradition que la déclaration hardie d’un simple garde du corps avait été accueillie sans colère, et que, sans autre punition qu’une ironie bienveillante, la reine avait obtenu de l’avancement pour lui.

    Si belle et si malheureuse !… Comme elle sortait avec le roi, la musique joue l’air touchant : Ô Richard, ô mon roi, l’univers t’abandonne ! À ce coup, les cœurs furent percés… Plusieurs arrachèrent leur cocarde et prirent celle de la reine, la noire cocarde autrichienne, se dévouant à son service. Tout au moins la cocarde tricolore fut retournée et, par l’envers, devint la cocarde blanche. La musique continuait, de plus en plus passionnée, ardente ; elle joue la marche des Uhlans, sonne la charge… Tous se lèvent, cherchant l’ennemi… Point d’ennemi ; au défaut, ils escaladent les loges. Ils sortent, vont à la cour de marbre. Perseval, aide de camp de d’Estaing, donne l’assaut au grand balcon, s’empare des postes intérieurs, en criant : « Ils sont à nous ! » Il se pare de la cocarde blanche. Un grenadier de Flandre monte aussi et Perseval s’arrache, pour la lui donner, une décoration qu’il portait. Un dragon veut monter aussi, mais, trop chancelant, trébuche, il veut se tuer de désespoir.

    Un autre, pour compléter la scène, moitié ivre et moitié fou, va criant, se disant lui-même espion du duc d’Orléans, il se fait une petite blessure ; ses camarades, de dégoût, le tuèrent presque à coups de pied.

    L’ivresse de cette folle orgie sembla gagner toute la cour. La reine, donnant des drapeaux aux gardes nationaux de Versailles, dit « qu’elle en restait enchantée ». Nouveau repas le 3 octobre, on hasarde davantage, les langues sont déliées, la contre-révolution s’affiche hardiment ; plusieurs gardes nationaux se retirent d’indignation… L’habit de garde national n’est plus reçu chez le roi. « Vous n’avez pas de cœur, dit un officier à un autre, de porter un tel habit. » Dans la grande galerie, dans les appartements, les dames ne laissent plus circuler la cocarde tricolore ; de leurs mouchoirs, de leurs rubans, elles font des cocardes blanches, les attachent elles-mêmes. Les demoiselles s’enhardissent à recevoir le serment de ces nouveaux chevaliers et se laissent baiser la main : « Prenez-la, cette cocarde, gardez-la bien, c’est la bonne, elle seule sera triomphante. » Comment refuser de ces belles mains ce signe, ce souvenir ? Et pourtant c’est la guerre civile, c’est la mort ; demain la Vendée… Cette blondine, presque enfant, auprès des tantes du roi, sera Mme de Lescure et de La Rochejacquelein.

    Les braves gardes nationaux de Versailles avaient grand ’peine à se défendre. Un de leurs capitaines avait été, bon gré mal gré, affublé par les dames d’une énorme cocarde blanche. Le colonel marchand de toiles, Lecointre, en fut indigné : « Ces cocardes changeront, dit-il fermement, et avant huit jours, ou tout est perdu. » Il avait raison ; qui pouvait méconnaître ici la toute-puissance du signe ? Les trois couleurs, c’étaient le 14 juillet, et la victoire de Paris, c’était la Révolution même. Là-dessus, un chevalier de Saint-Louis court après Lecointre, il se déclare envers et contre tous le champion de la couleur blanche. Il le suit, l’attend, l’insulte… Ce passionné défenseur de l’Ancien-Régime n’était pourtant pas un Montmorency, c’était simplement le gendre de la bouquetière de la reine.

Lecointre

    Lecointre va droit à l’Assemblée ; il invite le comité militaire à exiger le serment des gardes du corps. D’anciens gardes qui étaient là dirent qu’on ne l’obtiendrait jamais. Le comité ne fit rien, craignant de donner lieu à quelque collision, de faire couler le sang, et ce fut justement cette prudence qui le fit couler.

    Paris ressentit vivement l’outrage fait à sa cocarde ; on disait qu’elle avait été ignominieusement déchirée, foulée aux pieds. Le jour même du second repas, le samedi 3 au soir, Danton tonna aux Cordeliers. Le dimanche, on fit partout main basse sur les cocardes noires ou blanches. Des rassemblements mêlés, peuple et bourgeois, habits et vestes, eurent lieu et dans les cafés et aux portes des cafés, au Palais-Royal, au faubourg Saint-Antoine, au bout des ponts, sur les quais. Des bruits terribles circulèrent sur la guerre prochaine, sur la ligue de la reine et des princes avec les princes allemands, sur les uniformes étrangers, verts et rouges, que l’on voyait dans Paris, sur les farines de Corbeil qui ne venaient plus que de deux jours l’un, sur la disette qui ne pouvait qu’augmenter, sur l’approche d’un rude hiver… Il n’y a pas de temps à perdre, disait-on, si l’on veut prévenir la guerre et la faim ; il faut amener le roi ici, sinon ils vont l’enlever.

    Personne ne sentait tout cela plus vivement que les femmes. Les souffrances, devenues extrêmes, avaient cruellement atteint la famille et le foyer. Une dame donna l’alarme, le samedi 3, au soir ; voyant que son mari n’était pas assez écouté, elle courut au café de Foy, y dénonça les cocardes antinationales, montra le danger public. Le lundi, aux Halles, une jeune fille prit un tambour, battit la générale, entraîna toutes les femmes du quartier.

    Ces choses ne se voient qu’en France, nos femmes font des braves et le sont. Le pays de Jeanne d’Arc, et de Jeanne de Montfort, et de Jeanne Hachette, peut citer cent héroïnes. Il y en eut une à la Bastille, qui, plus tard, partit pour la guerre, fut capitaine d’artillerie ; son mari était soldat. Au 18 juillet, quand le roi vint à Paris, beaucoup de femmes étaient armées. Les femmes furent à l’avant-garde de notre Révolution. Il ne faut pas s’en étonner ; elles souffraient davantage.

    Les grandes misères sont féroces, elles frappent plutôt les faibles ; elles maltraitent les enfants, les femmes bien plus que les hommes. Ceux-ci vont, viennent, cherchent hardiment, s’ingénient, finissent par trouver, au moins pour le jour. Les femmes, les pauvres femmes, vivent, pour la plupart, renfermées, assises, elles filent, elles cousent ; elles ne sont guère en état, le jour où tout manque, de chercher leur vie. Chose douloureuse à penser, la femme, l’être relatif qui ne peut vivre qu’à deux, est plus souvent seule que l’homme. Lui, il trouve partout la société, se crée des rapports nouveaux. Elle, elle n’est rien sans la famille. Et la famille l’accable ; tout le poids porte sur elle. Elle reste au froid logis, démeublé et dénué, avec des enfants qui pleurent, ou malades, mourants, et qui ne pleurent plus… Une chose peu remarquée, la plus déchirante peut-être au cœur maternel, c’est que l’enfant est injuste. Habitué à trouver dans la mère une providence universelle qui suffit à tout, il s’en prend à elle, durement, cruellement, de tout ce qui manque, crie, s’emporte, ajoute à la douleur une douleur plus poignante.

    Voilà la mère. Comptons aussi beaucoup de filles seules, tristes créatures sans famille, sans soutien, qui, trop laides ou vertueuses, n’ont ni ami ni amant, ne connaissent aucune des joies de la vie. Que leur petit métier ne puisse plus les nourrir, elles ne savent point y suppléer, elles remontent au grenier, attendent ; parfois on les trouve mortes, la voisine s’en aperçoit par hasard.

    Ces infortunées n’ont pas même assez d’énergie pour se plaindre, faire connaître leur situation, protester contre le sort. Celles qui agissent et remuent, au temps des grandes détresses, ce sont les fortes, les moins épuisées par la misère, pauvres plutôt qu’indigentes. Le plus souvent, les intrépides qui se jettent alors en avant sont des femmes d’un grand cœur, qui souffrent peu pour elles-mêmes, beaucoup pour les autres ; la pitié, inerte, passive chez les hommes, plus résignés aux maux d’autrui, est chez les femmes un sentiment très actif, très violent, qui devient parfois héroïque et les pousse impérieusement aux actes les plus hardis.

    Il y avait, au 5 octobre, une foule de malheureuses créatures qui n’avaient pas mangé depuis trente heures. Ce spectacle douloureux brisait les cœurs et personne n’y faisait rien ; chacun se renfermait en déplorant la dureté des temps. Le dimanche 4, au soir, une femme courageuse, qui ne pouvait voir cela plus longtemps, court du quartier Saint-Denis au Palais-Royal, elle se fait jour dans la foule bruyante qui pérorait, elle se fait écouter ; c’était une femme de trente-six ans, bien mise, honnête, mais forte et hardie. Elle veut qu’on aille à Versailles, elle marchera à la tête. On plaisante, elle applique un soufflet à l’un des plaisants. Le lendemain, elle partit des premières, le sabre à la main, prit un canon à la Ville, se mit à cheval dessus et le mena à Versailles, la mèche allumée.

    Parmi les métiers perdus qui semblaient périr avec l’Ancien-Régime se trouvait celui de sculpteur en bois. On travaillait beaucoup en ce genre, et pour les églises, et pour les appartements. Beaucoup de femmes sculptaient. L’une d’elles, Madeleine Chabry, ne faisant plus rien, s’était établie bouquetière au quartier du Palais-Royal, sous le nom de Louison ; c’était une fille de dix-sept ans, jolie et spirituelle. On peut parier hardiment que ce ne fut pas la faim qui mena celle-ci à Versailles. Elle suivit l’entraînement général, son bon cœur et son courage. Les femmes la mirent à la tête et la firent leur orateur.

    Il y en avait bien d’autres que la faim ne menait point. Il y avait des marchandes, des portières, des filles publiques, compatissantes et charitables, comme elles le sont souvent. Il y avait un nombre considérable de femmes de la Halle ; celles-ci fort royalistes, mais elles désiraient d’autant plus avoir le roi à Paris. Elles avaient été le voir quelque temps avant cette époque, je ne sais à quelle occasion ; elles lui avaient parlé avec beaucoup de cœur, une familiarité qui fit rire, mais touchante, et qui révélait un sens parfait de la situation : « Pauvre homme ! Disaient-elles en regardant le roi, cher homme ! Bon papa ! » — Et plus sérieusement à la reine : « Madame, Madame, ouvrez vos entrailles !… Ouvrons-nous ! Ne cachons rien, disons bien franchement ce que nous avons à dire. »

    Ces femmes des marchés ne sont pas celles qui souffrent beaucoup de la misère ; leur commerce, portant sur les objets nécessaires à la vie, a moins de variations. Mais elles voient la misère mieux que personne et la ressentent ; vivant toujours sur la place, elles n’échappent pas, comme nous, au spectacle des souffrances. Personne n’y compatit davantage, n’est meilleur pour les malheureux. Avec des formes grossières, des paroles rudes et violentes, elles ont souvent un cœur royal, infini de bonté. Nous avons vu nos Picardes, les femmes du marché d’Amiens, pauvres vendeuses de légumes, sauver le père de quatre enfants qu’on allait guillotiner ; c’était le moment du sacre de Charles X ; elles laissèrent leur commerce, leur famille, s’en allèrent à Reims, elles firent pleurer le roi, arrachèrent la grâce, et, au retour, faisant entre elles une collecte abondante, elles renvoyèrent, sauvés, comblés, le père, la femme et les enfants.

    Le 5 octobre, à sept heures, elles entendirent battre la caisse et elles ne résistèrent pas. Une petite fille avait pris un tambour au corps de garde et battait la générale. C’était lundi ; les Halles furent désertées, toutes partirent : « Nous ramènerons, disaient-elles, le boulanger, la boulangère… Et nous aurons l’agrément d’entendre notre petite mère Mirabeau. »

    Les Halles marchent, et, d’autre part, marchait le faubourg Saint-Antoine. Sur la route, les femmes entraînaient toutes celles qu’elles pouvaient rencontrer, menaçant celles qui ne viendraient pas de leur couper les cheveux. D’abord elles vont à la Ville. On venait d’y amener un boulanger qui, sur un pain de deux livres, donnait sept onces de moins. La lanterne était descendue. Quoique l’homme fût coupable, de son propre aveu, la garde nationale le fit échapper. Elle présenta la baïonnette aux quatre ou cinq cents femmes déjà rassemblées. D’autre part, au fond de la place, se tenait la cavalerie de la garde nationale. Les femmes ne s’étonnèrent point. Elles chargèrent la cavalerie, l’infanterie à coups de pierres ; on ne put se décider à tirer sur elles ; elles forcèrent l’Hôtel de Ville, entrèrent dans tous les bureaux. Beaucoup étaient assez bien mises, elles avaient pris une robe blanche pour ce grand jour. Elles demandaient curieusement à quoi servait chaque salle et priaient les représentants des districts de bien recevoir celles qu’elles avaient amenées de force, dont plusieurs étaient enceintes et malades, peut-être de peur. D’autres femmes, affamées, sauvages, criaient : Du pain et des armes ! Les hommes étaient des lâches, elles voulaient leur montrer ce que c’était que le courage… Tous les gens de l’Hôtel de Ville étaient bons à pendre, il fallait brûler leurs écritures, leurs paperasses… Et elles allaient le faire, brûler le bâtiment peut-être… Un homme les arrêta, un homme de taille très haute, en habit noir, d’une figure sérieuse et plus triste que l’habit. Elles voulaient le tuer d’abord, croyant qu’il était de la Ville, disant qu’il était un traître… Il répondit qu’il n’était pas traître, mais huissier de son métier, l’un des vainqueurs de la Bastille. C’était Stanislas Maillard.

Stanislas Marie Maillard

    Dès le matin, il avait utilement travaillé dans le faubourg Saint-Antoine. Les volontaires de la Bastille, sous le commandement de Hullin, étaient sur la place en armes ; les ouvriers qui démolissaient la forteresse crurent qu’on les envoyait contre eux. Maillard s’interposa, prévint la collision. À la Ville, il fut assez heureux pour empêcher l’incendie. Les femmes promettaient même de ne point laisser entrer d’hommes ; elles avaient mis leurs sentinelles armées à la grande porte. À onze heures, les hommes attaquent la petite porte qui donnait sous l’arcade Saint-Jean. Armés de leviers, de marteaux, de haches et de piques, ils forcent la porte, forcent les magasins d’armes. Parmi eux se trouvait un Garde-française qui, le matin, avait voulu sonner le tocsin, qu’on avait pris sur le fait ; il avait, disait-il, échappé par miracle ; les modérés, aussi furieux que les autres, l’auraient pendu sans les femmes ; il montrait son cou sans cravate, d’où elles avaient ôté la corde… Par représailles, on prit un homme de la Ville pour le pendre ; c’était le brave abbé Lefebvre, le distributeur des poudres au 14 juillet ; des femmes ou des hommes déguisés en femmes le pendirent effectivement au petit clocher ; l’une ou l’un d’eux coupa la corde, il tomba, étourdi seulement, dans une salle, vingt-cinq pieds plus bas.

Tentative de pendaison de l'abbé Lefèvre

    Ni Bailly ni La Fayette n’étaient arrivés. Maillard va trouver l’aide-major général et lui dit qu’il n’y a qu’un moyen de finir tout, c’est que lui Maillard mène les femmes à Versailles. Ce voyage donnera le temps d’assembler des forces. Il descend, bat le tambour, se fait écouter. La figure froidement tragique du grand homme noir fit bon effet dans la Grève ; il parut homme prudent, propre à mener la chose à bien. Les femmes, qui déjà partaient avec les canons de la Ville, le proclament leur capitaine. Il se met en tête avec huit ou dix tambours ; sept ou huit mille femmes suivaient, quelques centaines d’hommes armés, et enfin, pour arrière-garde, une compagnie des volontaires de la Bastille.

    Arrivés aux Tuileries, Maillard voulait suivre le quai, les femmes voulaient passer triomphalement sous l’horloge, par le palais et le jardin. Maillard, observateur des formes, leur dit de bien remarquer que c’était la maison du roi, le jardin du roi ; les traverser sans permission, c’était insulter le roi. Il s’approcha poliment du suisse et lui dit que ces dames voulaient passer seulement, sans faire le moindre dégât. Le suisse tira l’épée, courut sur Maillard, qui tira la sienne… Une portière heureusement frappe à propos d’un bâton, le suisse tombe, un homme lui met la baïonnette à la poitrine. Maillard l’arrête, désarme froidement les deux hommes, emporte la baïonnette et les épées.

    La matinée avançait, la faim augmentait. À Chaillot, à Auteuil, à Sèvres, il était bien difficile d’empêcher les pauvres affamées de voler des aliments. Maillard ne le souffrit pas. La troupe n’en pouvait plus à Sèvres ; il n’y avait rien, même à acheter ; toutes les portes étaient fermées, sauf une, celle d’un malade qui était resté ; Maillard se fît donner par lui, en payant, quelques brocs de vin. Puis il désigna sept hommes et les chargea d’amener les boulangers de Sèvres avec tout ce qu’ils auraient. Il y avait huit pains en tout, trente-deux livres pour huit mille personnes… On les partagea et l’on se traîna plus loin. La fatigue décida la plupart des femmes à jeter leurs armes. Maillard leur fit sentir d’ailleurs que, voulant faire visite au roi, à l’Assemblée, les toucher, les attendrir, il ne fallait pas arriver dans cet équipage guerrier. Les canons furent mis à la queue et cachés en quelque sorte. Le sage huissier voulait un amener sans scandale, pour dire comme le Palais. À l’entrée de Versailles pour bien constater l’intention pacifique, il donna le signal aux femmes de chanter l’air de Henri IV.

    Les gens de Versailles étaient ravis, criaient : « Vivent nos Parisiennes ! » Les spectateurs étrangers ne voyaient rien que d’innocent dans cette foule qui venait demander secours au roi. Un homme peu favorable à la Révolution, le Genevois Dumont, qui dînait au palais des Petites-Écuries et regardait d’une fenêtre, dit lui-même : « Tout ce peuple ne demandait que du pain. »

    L’Assemblée avait été, ce jour-là, fort orageuse. Le roi, ne voulant sanctionner ni la Déclaration des droits, ni les arrêtés du 4 août, répondait qu’on ne pouvait juger des lois constitutives que dans leur ensemble, qu’il y accédait néanmoins, en considération des circonstances alarmantes, et à la condition expresse que le pouvoir exécutif reprendrait toute sa force.

Robespierre

    « Si vous acceptez la lettre du roi, dit Robespierre, il n’y a plus de constitution, aucun droit d’en avoir une. » Duport, Grégoire, d’autres députés, parlent dans le même sens. Pétion rappelle, accuse l’orgie des gardes du corps. Un député, qui lui-même avait servi parmi eux, demande, pour leur honneur, qu’on formule la dénonciation et que les coupables soient poursuivis. « Je dénoncerai, dit Mirabeau, et je signerai, si l’Assemblée déclare que la personne du roi est la seule inviolable. » C’était désigner la reine. L’Assemblée entière recula ; la motion fut retirée ; dans un pareil jour, elle eût provoqué un meurtre.

    Mirabeau lui-même n’était pas sans inquiétude pour ses tergiversations, son discours pour le veto. Il s’approche du président et lui dit à demi-voix : « Mounier, Paris marche sur nous… Croyez-moi, ne me croyez pas, quarante mille hommes marchent sur nous… Trouvez-vous mal, montez au château et donnez-leur cet avis, il n’y a pas une minute à perdre. — Paris marche ? Dit sèchement Mounier (il croyait Mirabeau un des auteurs du mouvement). Eh bien tant mieux ! Nous serons plus tôt en république. »

    L’Assemblée décide qu’on enverra vers le roi, pour demander l’acceptation pure et simple de la Déclaration des droits. À trois heures, Target annonce qu’une foule se présente aux portes sur l’avenue de Paris.

Charles Henri d'Estaing

    Tout le monde savait l’événement. Le roi seul ne le savait pas. Il était parti le matin, comme à l’ordinaire, pour la chasse ; il courait les bois de Meudon. On le cherchait ; en attendant, on battait la générale ; les gardes du corps montaient à cheval, sur la place d’Armes, et s’adossaient à la grille ; le régiment de Flandre, au-dessous, à leur droite, près de l’avenue de Sceaux ; plus bas encore, les dragons ; derrière la grille, les Suisses. M. d’Estaing, au nom de la municipalité de Versailles, ordonne aux troupes de s’opposer au désordre, de concert avec la garde nationale. La municipalité avait poussé la précaution jusqu’à autoriser d’Estaing à suivre le roi, s’il s’éloignait, sous la condition singulière de le ramener à Versailles le plus tôt possible. D’Estaing s’en tint au dernier ordre, monta au château, laissa la garde nationale de Versailles s’arranger comme elle voudrait. Son second, M. de Gouvernet, laisse aussi son poste et va se placer parmi les gardes du corps, aimant mieux, dit-il, être avec des gens qui sachent se battre et sabrer. Lecointre, le lieutenant-colonel, resta seul pour commander.

    Cependant Maillard arrivait à l’Assemblée nationale. Toutes les femmes voulaient entrer. Il eut la plus grande peine à leur persuader de ne faire entrer que quinze des leurs. Elles se placèrent à la barre, ayant à leur tête le Garde-française dont on a parlé, une femme qui au bout d’une perche portait un tambour de basque, et au milieu le gigantesque huissier, en habit noir déchiré, l’épée à la main. Le soldat, avec pétulance, prit la parole, dit à l’Assemblée que, le matin, personne ne trouvant de pain chez les boulangers, il avait voulu sonner le tocsin, qu’on avait failli le pendre, qu’il avait dû son salut aux dames qui l’accompagnaient. « Nous venons, dit-il, demander du pain et la punition des gardes du corps qui ont insulté la cocarde… Nous sommes de bons patriotes ; nous avons sur notre route arraché les cocardes noires… Je vais avoir le plaisir d’en déchirer une sous les yeux de l’Assemblée. »

    À quoi l’autre ajouta gravement : « Il faudra bien que tout le monde prenne la cocarde patriotique. » Quelques murmures s’élevèrent.

« Et pourtant nous sommes tous frères ! » dit la sinistre figure.

    Maillard faisait allusion à ce que la municipalité de Paris avait déclaré la veille : Que la cocarde tricolore ayant été adoptée comme signe de fraternité, elle était la seule que dût porter le citoyen.

    Les femmes impatientes criaient toutes ensemble : « Du pain ! Du pain ! » — Maillard commença alors à dire l’horrible situation de Paris, les convois interceptés par les autres villes ou par les aristocrates. « Ils veulent, dit-il, nous faire mourir. Un meunier a reçu deux cents livres pour ne pas moudre, avec promesse d’en donner autant par semaine. » — L’Assemblée : « Nommez ! Nommez ! » — C’était dans l’Assemblée même que Grégoire avait parlé de ce bruit qui courait ; Maillard l’avait appris en route. « Nommez ! » Des femmes crièrent au hasard : « C’est l’archevêque de Paris. »

On peut lire l'intervention de Maillard sur le PV de l'Assemblée par le lien suivant : https://www.persee.fr/doc/arcpa_0000-0000_1877_num_9_1_5114_t1_0346_0000_12 

    Dans ce moment où la vie de beaucoup d’hommes ne tenait qu’à un cheveu, Robespierre prit une grave initiative. Seul il appuya Maillard, dit que l’abbé Grégoire avait parlé du fait, et sans doute donnerait des renseignements.

    D’autres membres de l’Assemblée essayèrent des caresses ou des menaces. Un député du Clergé, abbé ou prélat, vint donner sa main à baiser à l’une des femmes. Elle se mit en colère et dit : « Je ne suis pas faite pour baiser la patte d’un chien. » Un autre député, militaire, décoré de la croix de Saint-Louis, entendant dire à Maillard que le grand obstacle à la constitution était le Clergé, s’emporta et lui dit qu’il devrait subir sur l’heure une punition exemplaire. Maillard, sans s’épouvanter, répondit qu’il n’inculpait aucun membre de l’Assemblée, que sans doute le Clergé ne savait rien de tout cela, qu’il croyait rendre service en leur donnant cet avis. Pour la seconde fois, Robespierre soutint Maillard, calma les femmes. Celles du dehors s’impatientaient, craignaient pour leur orateur ; le bruit courait parmi elles qu’il avait péri. Il sortit et se montra un moment.

    Maillard, reprenant alors, pria l’Assemblée d’inviter les gardes du corps à faire réparation pour l’injure faite à la cocarde. — Des députés démentaient… Maillard insista en termes peu mesurés. — Le président Mounier le rappela au respect de l’Assemblée, ajoutant maladroitement que ceux qui voulaient être citoyens pouvaient l’être de leur plein gré… C’était donner prise à Maillard ; il s’en saisit, répliqua : « Il n’est personne qui ne doive être fier de ce nom de citoyen. Et s’il était dans cette auguste Assemblée quelqu’un qui s’en fit déshonneur, il devrait en être exclu. » L’Assemblée frémit, applaudit : « Oui, nous sommes tous citoyens. »

    À l’instant on apportait une cocarde aux trois couleurs, de la part des gardes du corps. Les femmes crièrent : « Vive le roi ! Vivent MM. Les gardes du corps ! » Maillard, qui se contentait plus difficilement, insista sur la nécessité de renvoyer le régiment de Flandre.

Jean-Joseph Mounier

  Mounier, espérant alors pouvoir les congédier, dit que l’Assemblée n’avait rien négligé pour les subsistances, le roi non plus, qu’on chercherait de nouveaux moyens, qu’ils pouvaient aller en paix. — Maillard ne bougeait, disant : « Non, cela ne suffit pas. »

    Un député proposa alors d’aller représenter au roi la position malheureuse de Paris. L’Assemblée le décréta, et les femmes, se prenant vivement à cette espérance, sautaient au col des députés, embrassaient le président, quoi qu’il fît. « Mais où donc est Mirabeau ? Disaient-elles encore, nous voudrions bien voir notre comte de Mirabeau ! »

    Mounier, baisé, entouré, étouffé presque, se mit tristement en route avec la députation et une foule de femmes qui s’obstinaient à le suivre, « Nous étions à pied, dans la boue, dit-il ; il pleuvait à verse. Nous traversions une foule mal vêtue, bruyante, bizarrement armée. Des gardes du corps faisaient des patrouilles et passaient au grand galop. Ces gardes, voyant Mounier et les députés avec l’étrange cortège qu’on leur faisait par honneur, crurent apparemment voir là les chefs de l’insurrection, voulurent dissiper cette masse et coururent tout au travers. Les inviolables échappèrent comme ils purent et se sauvèrent dans la boue. Qu’on juge de la rage du peuple, qui se figurait qu’avec eux il était sûr d’être respecté !…

    Deux femmes furent blessées, et même de coups de sabre, selon quelques témoins. Cependant le peuple ne fit rien encore. De trois à huit heures du soir, il fut patient, immobile, sauf des cris, des huées, quand passait l’uniforme odieux des gardes du corps. Un enfant jeta des pierres.

 

    On avait trouvé le roi ; il était revenu de Meudon, sans se presser. Mounier, enfin reconnu, fut reçu avec douze femmes. Il parla au roi de la misère de Paris, aux ministres de la demande de l’Assemblée, qui attendait l’acceptation pure et simple de la Déclaration des droits et autres articles constitutionnels. Le roi cependant écoutait les femmes avec bonté. La jeune Louison Chabry avait été chargée de porter la parole, mais, devant le roi, son émotion fut si forte qu’elle put à peine dire : « Du pain ! » et elle tomba évanouie. Le roi, fort touché, la fit secourir, et lorsqu’au départ elle voulut lui baiser la main, il l’embrassa comme un père.

    Elle sortit royaliste, et criant : « Vive le roi ! » Celles qui attendaient sur la place, furieuses, se mirent à dire qu’on l’avait payée ; elle eut beau retourner ses poches, montrer qu’elle était sans argent ; les femmes lui passaient au col leurs jarretières pour l’étrangler. On l’en tira, non sans peine. Il fallut qu’elle remontât au château, qu’elle obtînt du roi un ordre écrit pour faire venir des blés, pour lever tout obstacle à l’approvisionnement de Paris.

    Aux demandes du président le roi avait dit tranquillement : « Revenez sur les neuf heures. » Mounier n’en était pas moins resté au château, à la porte du conseil, insistant pour une réponse, frappant d’heure en heure, jusqu’à dix heures du soir. Mais rien ne se décidait.

Saint-Priest

    Le ministre de Paris, M. de Saint-Priest, avait appris la nouvelle fort tard (ce qui prouve combien le départ pour Versailles fut imprévu, spontané). Il proposa que la reine partît pour Rambouillet, que le roi restât, résistât et, au besoin, combattît ; le seul départ de la reine eût tranquillisé le peuple et dispensé de combattre. M. Necker voulait que le roi allât à Paris, qu’il se confiât au peuple, c’est-à-dire qu’il fût franc, sincère, acceptât la Révolution. Louis XVI, sans rien résoudre, ajourna le conseil, afin de consulter la reine.

    Elle voulait bien partir, mais avec lui, ne pas laisser à lui-même un homme si incertain ; le nom du roi était son arme pour commencer la guerre civile. Saint-Priest, vers sept heures, apprit que M. de La Fayette, entraîné par la garde nationale, marchait sur Versailles. « Il faut partir sur-le-champ, dit-il. Le roi, en tête des troupes, passera sans difficulté. » Mais il était impossible de le décider à rien. Il croyait (et bien à tort) que, lui parti, l’Assemblée ferait roi le duc d’Orléans. Il répugnait aussi à fuir, il se promenait à grands pas, répétant de temps en temps : « Un roi fugitif ! un roi fugitif ! » La reine cependant insistant sur le départ, l’ordre fut donné pour les voitures. Déjà il n’était plus temps.

 

Pour info : La séance du soir à l'Assemblée nationale s'est terminée à 3h00 du matin. Par le lien suivant pour pourrez lire dans le PV (cliquez sur l'image) que le roi a fini par accepter dans la soirée les articles de la Constitution et la Déclaration des droits de l'homme. N'est-on pas en droit de penser que le mouvement des femmes y fut peut-être pour quelque chose ?




6 Octobre 1789 "Le peuple ramène le roi à Paris"

Source https://fr.wikisource.org/wiki/Histoire_de_la_R%C3%A9volution_fran%C3%A7aise_(Michelet)/Livre_II/Chapitre_9

    "Un milicien de Paris, qu’une troupe de femmes avait pris, malgré lui, pour chef, et qui, exalté par la route, s’était trouvé à Versailles plus ardent que tous les autres, se hasarda à passer derrière les gardes du corps ; là, voyant la grille fermée, il aboyait après le factionnaire placé au dedans et le menaçait de sa baïonnette. Un lieutenant des gardes et deux autres tirent le sabre, se mettent au galop, commencent à lui donner la chasse. L’homme fuit à toutes jambes, veut gagner une baraque, heurte un tonneau, tombe, toujours criant au secours. Le cavalier l’atteignait, quand les gardes nationaux de Versailles ne purent plus se contenir ; l’un d’eux, un marchand de vin, sort des rangs, le couche en joue, le tire et l’arrête net ; il avait cassé le bras qui tenait le sabre levé.

    D’Estaing, le commandant de cette garde nationale, était au château, croyant toujours qu’il partait avec le roi. Lecointre, le lieutenant-colonel, restait sur la place, demandait des ordres à la municipalité, qui n’en donnait pas. Il craignait avec raison que cette foule affamée ne se mît à courir la ville, ne se nourrît elle-même. Il alla les trouver, demanda ce qu’il fallait de vivres, sollicita la municipalité, n’en tira qu’un peu de riz qui n’était rien pour tant de monde. Alors il fit chercher partout et, par sa louable diligence, soulagea un peu le peuple.

Théroigne de Méricourt

    En même temps il s’adressait au régiment de Flandre, demandait aux officiers, aux soldats, s’ils tireraient. Ceux-ci étaient déjà pressés par une influence bien autrement puissante. Des femmes s’étaient jetées parmi eux et les priaient de ne pas faire de mal au peuple. L’une d’elles apparut alors, que nous reverrons souvent, qui ne semble pas avoir marché dans la boue avec les autres, mais qui vint plus tard, sans doute, et tout d’abord se jeta au travers des soldats. C’était la jolie Mlle Théroigne de Méricourt, une Liégeoise, vive et emportée, comme tant de femmes de Liège, qui firent les révolutions de quinzième siècle et combattirent vaillamment contre Charles-le-Téméraire. Piquante, originale, étrange, avec son chapeau d’amazone et sa redingote rouge, le sabre au côté, parlant à la fois, pêle-mêle, avec éloquence pourtant, le français et le liégeois… On riait, mais on cédait… Impétueuse, charmante, terrible, Théroigne ne sentait nul obstacle… Elle avait eu des amours, mais alors elle n’en avait qu’un, celui-ci violent, mortel, qui lui coûta plus que la vie, l’amour de la Révolution ; elle la suivait avec transport, ne manquait pas une séance de l’Assemblée, courait les clubs et les places, tenait un club chez elle, recevait force députés. Plus d’amant ; elle avait déclaré qu’elle n’en voulait pas d’autre que le grand métaphysicien, toujours ennemi des femmes, l’abstrait, le froid abbé Sieyès.

    Théroigne, ayant envahi ce pauvre régiment de Flandre, lui tourna la tête, le gagna, le désarma, si bien qu’il donnait fraternellement ses cartouches aux gardes nationaux de Versailles.

    D’Estaing fit dire alors à ceux-ci de se retirer. Quelques-uns partent ; d’autres répondent qu’ils ne s’en iront pas que les gardes du corps ne soient partis les premiers. Ordre aux gardes de défiler. Il était huit heures, la soirée fort sombre. Le peuple suivait, pressait les gardes avec des huées. Ils avaient le sabre à la main, ils se font faire place. Ceux qui étaient à la queue, plus embarrassés que les autres, tirent des coups de pistolet ; trois gardes nationaux sont touchés, l’un à la joue, les deux autres reçoivent les balles dans leurs habits. Leurs camarades répondent, tirent aussi. Les gardes du corps ripostent de leurs mousquetons.

    D’autres gardes nationaux entraient dans la cour, entouraient d’Estaing, demandaient des munitions. Il fut lui-même étonné de leur élan, de l’audace qu’ils montraient tout seuls au milieu des troupes : « Vrais martyrs de l’enthousiasme », disait-il plus tard à la reine.

    Un lieutenant de Versailles déclara au garde de l’artillerie que, s’il ne lui donnait de la poudre, il lui brûlerait la cervelle. Il en livra un tonneau qu’on défonça sur la place, et l’on chargea des canons qu’on braqua vis-à-vis la rampe, de manière à prendre en flanc les troupes qui couvraient encore le château et les gardes du corps qui revenaient sur la place.

    Les gens de Versailles avaient montré la même fermeté de l’autre côté du château. Cinq voitures se présentaient à la grille pour sortir ; c’était la reine, disait-on, qui partait pour Trianon. Le suisse ouvre, la garde ferme. « Il y aurait danger pour Sa Majesté, dit le commandant, à s’éloigner du château. » Les voitures rentrèrent sous escorte. Il n’y avait plus de passage. Le roi était prisonnier.

    Le même commandant sauva un garde du corps que la foule voulait mettre en pièces pour avoir tiré sur le peuple. Il fit si bien qu’on laissa l’homme ; on se contenta du cheval, qui fut dépecé ; on commençait à le rôtir sur la place d’Armes ; mais la foule avait trop faim, il fut mangé presque cru.

    La pluie tombait. La foule s’abritait où elle pouvait ; les uns enfoncèrent la grille des grandes écuries, où était le régiment de Flandre, et s’y mirent pêle-mêle avec les soldats. D’autres, environ quatre mille, étaient restés dans l’Assemblée. Les hommes étaient assez tranquilles, mais les femmes supportaient impatiemment cet état d’inaction ; elles parlaient, criaient, remuaient. Maillard seul pouvait les faire taire, et il n’en venait à bout qu’en haranguant l’Assemblée.

    Ce qui n’aidait pas à calmer la foule, c’est que des gardes du corps vinrent trouver les dragons qui étaient aux portes de l’Assemblée, demander s’ils voudraient les aider à prendre les pièces qui menaçaient le château. On allait se jeter sur eux, les dragons les firent échapper.

    À huit heures, autre tentative. On apporta une lettre du roi, où, sans parler de la Déclaration des droits, il promettait vaguement la libre circulation des grains. Il est probable qu’à ce moment l’idée de fuite dominait au château. Sans rien répondre à Mounier, qui restait toujours à la porte du conseil, on envoyait cette lettre pour occuper la foule qui attendait.

    Une apparition singulière avait ajouté à l’effroi de la cour. Un jeune homme du peuple entre, mal mis, tout défait… On s’étonne… C’était le jeune duc de Richelieu, qui, sous cet habit, s’était mêlé à la foule, à ce nouveau flot de peuple qui était parti de Paris ; il les avait quittés à moitié chemin pour avertir la famille royale ; il avait entendu des propos horribles, des menaces atroces, à faire dresser les cheveux… En disant cela, il était si pâle que tout le monde pâlit…

    Le cœur du roi commençait à faiblir ; il sentait la reine en péril. Quoi qu’il en coûtât à sa conscience de consacrer l’œuvre législative du philosophisme, il signa à dix heures du soir la Déclaration des droits.

    Mounier put donc enfin partir. Il avait hâte de reprendre la présidence avant l’arrivée de cette grande armée de Paris, dont on ne savait pas les projets. Il rentre, mais plus d’Assemblée ; elle avait levé la séance ; la foule, de plus en plus bruyante, exigeante, avait demandé qu’on diminuât le prix du pain, celui de la viande. Mounier trouva à sa place, dans le siège du président, une grande femme de bonnes manières, qui tenait la sonnette et qui descendit à regret. Il donna ordre qu’on tâchât de réunir les députés ; en attendant, il annonça au peuple que le roi venait d’accepter les articles constitutionnels. Les femmes, se serrant alors autour de lui, le priaient d’en donner copie ; d’autres disaient : « Mais, Monsieur le Président, cela sera-t-il bien avantageux ? Cela fera-t-il avoir du pain aux pauvres gens de Paris ? » — D’autres : « Nous avons bien faim. Nous n’avons pas mangé aujourd’hui. » Mounier dit qu’on allât chercher du pain chez les boulangers. De tous côtés les vivres vinrent. Ils se mirent à manger avec grand bruit dans la salle.

    Les femmes, tout en mangeant, causaient avec Mounier : « Mais, cher président, pourquoi donc avez-vous défendu ce vilain veto !… Prenez bien garde à la lanterne ! » Mounier leur répondit avec fermeté qu’elles n’étaient pas en état de juger, qu’on les trompait, que, pour lui, il aimait mieux exposer sa vie que trahir sa conscience. Cette réponse leur plut fort ; dès lors elles lui témoignèrent beaucoup de respect et d’amitié.

    Mirabeau seul eût pu se faire entendre, couvrir le tumulte. Il ne s’en souciait pas. Certainement il était inquiet. Le soir, au dire de plusieurs témoins, il s’était promené parmi le peuple avec un grand sabre, disant à ceux qu’il rencontrait : « Mes enfants, nous sommes pour vous. » Puis il s’était allé coucher. Dumont le Genevois alla le chercher, le ramena à l’Assemblée. Dès qu’il arriva, il dit de sa voix tonnante : « Je voudrais bien savoir comment on se donne les airs de venir troubler nos séances… Monsieur le président, faites respecter l’Assemblée ! » Les femmes crièrent : « Bravo !» Il y eut un peu de calme. Pour passer le temps, on reprit la discussion des lois criminelles.

    « J’étais dans une galerie (dit Dumont), où une poissarde agissait avec une autorité supérieure et dirigeait une centaine de femmes, de jeunes filles surtout, qui, à son signal, criaient, se taisaient. Elle appelait familièrement des députés par leur nom ou bien demandait : « Qui est-ce qui parle là-bas ? Faites taire ce bavard ! Il ne s’agit pas de ça ! il s’agit d’avoir du pain !… Qu’on fasse plutôt parler notre petite mère Mirabeau… » Et toutes les autres criaient : « Notre petite mère Mirabeau !… » Mais il ne voulait point parler. »

Lafayette, commandant général garde parisienne

    M. de La Fayette, parti de Paris entre cinq et six heures, n’arriva qu’à minuit passé. Il faut que nous remontions plus haut et que nous le suivions de midi jusqu’à minuit.

    Vers onze heures, averti de l’invasion de l’Hôtel de Ville, il s’y rendit, trouva la foule écoulée et se mit à dicter une dépêche pour le roi. La garde nationale, soldée et non soldée, remplissait la Grève ; de rang en rang, on disait qu’il fallait aller à Versailles. Beaucoup d’ex-Gardes-françaises, particulièrement, regrettaient leur ancien privilège de garder le roi ; ils voulaient s’en ressaisir. Quelques-uns d’entre eux montent à la Ville, frappent au bureau où était La Fayette ; un jeune grenadier de la plus belle figure, et qui parlait à merveille, lui dit avec fermeté :

    « Mon général, le peuple manque de pain, la misère est au comble ; le comité de subsistances ou vous trompe ou est trompé. Cette position ne peut durer ; il n’y a qu’un moyen, allons à Versailles !… On dit que le roi est un imbécile, nous placerons la couronne sur la tête de son fils ; on nommera un conseil de régence, et tout ira mieux. »

La Fayette quittant la Mairie de Paris

    M. de La Fayette était un homme très ferme et très obstiné. La foule le fut encore plus. Il croyait à son ascendant, avec raison ; il put voir toutefois qu’il se l’était exagéré. En vain il harangua le peuple, en vain il resta plusieurs heures dans la Grève sur son cheval blanc, tantôt parlant, tantôt imposant silence du geste, ou bien, pour faire quelque chose, flattant de la main son cheval. La difficulté allait augmentant ; ce n’étaient plus seulement ses gardes nationaux qui le pressaient, c’étaient des bandes des faubourgs Saint-Antoine et Saint-Marceau ; ceux-là n’entendaient à rien. Ils parlaient au général par des signes éloquents, préparant pour lui la lanterne, le couchant en joue. Alors il descend de cheval, veut rentrer à l’Hôtel de Ville, mais ses grenadiers lui barrent le passage : « Morbleu ! Général, vous resterez avec nous, vous ne nous abandonnerez pas. »

    Par bonheur une lettre descend de l’Hôtel de Ville ; on autorise le général à partir, « vu qu’il est impossible de s’y refuser ». — « Partons », dit-il à regret. — Il s’élève un cri de joie.

    Des trente mille hommes de garde nationale, quinze mille marchèrent. Ajoutez quelques milliers d’hommes du peuple. L’outrage à la cocarde nationale était pour l’expédition un noble motif. Tout le monde battait des mains sur le passage. Une foule élégante, sur la terrasse de l’eau, regardait, applaudissait. À Passy, où le duc d’Orléans avait loué une maison, Mme de Genlis était à son poste, criant, agitant un mouchoir, n’oubliant rien pour être vue.

    Le mauvais temps qu’il faisait ralentit beaucoup la marche. Beaucoup de gardes nationaux, ardents tout à l’heure, se refroidissaient. Ce n’était plus là le beau 14 juillet. Une froide pluie d’octobre tombait. Quelques-uns restaient en route ; les autres pestaient et allaient. « Il est dur, disaient de riches marchands, pour des gens qui, dans les beaux temps, ne vont à leurs maisons de campagne que dans leurs voitures, de faire quatre lieues par la pluie… » D’autres disaient : « Nous ne pouvons faire une telle corvée en vain. » Et ils s’en prenaient à la reine ; ils faisaient des menaces folles, pour paraître bien méchants.

    Le château les attendait dans la plus grande anxiété. On pensait que La Fayette faisait semblant d’être forcé, mais qu’il profiterait de la circonstance. On voulut voir encore à onze heures si, la foule étant dispersée, les voitures passeraient par la grille du Dragon. La garde nationale de Versailles veillait et ferma le passage.

    La reine, au reste, ne voulait point partir seule. Elle jugeait avec raison qu’il n’y avait nulle part de sûreté pour elle, si elle se séparait du roi. Deux cents gentilshommes environ, dont plusieurs étaient députés, s’offrirent à elle pour la défendre et lui demandèrent un ordre pour prendre des chevaux de ses écuries. Elle les autorisa, pour le cas, disait-elle, où le roi serait en danger.

    La Fayette, avant d’entrer dans Versailles, fit renouveler le serment de fidélité à la loi et au roi. Il l’avertit de son arrivée, et le roi lui répondit : Qu’il le verrait avec plaisir, qu’il venait d’accepter sa Déclaration des droits.

    La Fayette entra seul au château, au grand étonnement des gardes et de tout le monde. Dans l’Œil-de-Bœuf, un homme de cour dit follement : « Voilà Cromwell. » Et La Fayette très bien : « Monsieur, Cromwell ne serait pas entré seul. »

     Il avait l’air très calme, dit Mme de Staël (qui y était) ; personne ne l’a jamais vu autrement ; sa délicatesse souffrait de l’importance de son rôle. » Il fut d’autant plus respectueux qu’il semblait plus fort. La violence, au reste, qu’on lui avait faite à lui-même, le rendait plus royaliste qu’il ne l’avait jamais été.

    Le roi donna à la garde nationale les postes extérieurs du château ; les gardes du corps conservèrent ceux du dedans. Le dehors même ne fut pas entièrement confié à La Fayette. Une de ses patrouilles voulant passer dans le parc, la grille lui fut refusée. Le parc était occupé par des gardes du corps et autres troupes ; jusqu’à deux heures du matin, elles attendaient le roi, au cas qu’il se décidât enfin à la fuite. À deux heures seulement, tranquillisé par La Fayette, on leur fit dire qu’ils pouvaient s’en aller à Rambouillet.

    À trois heures, l’Assemblée avait levé la séance. Le peuple s’était dispersé, couché, comme il avait pu, dans les églises et ailleurs. Maillard et beaucoup de femmes, entre autres Louison Chabry, étaient partis pour Paris, peu après l’arrivée de La Fayette, emportant les décrets sur les grains et la Déclaration des droits.

    La Fayette eut beaucoup de peine à loger ses gardes nationaux ; mouillés, recrus, ils cherchaient à se sécher, à manger. Lui-même enfin, croyant tout tranquille, alla à l’hôtel de Noailles, dormit, comme on dort après vingt heures d’efforts et d’agitations.

    Beaucoup de gens ne dormaient pas. C’étaient surtout ceux qui, partis le soir de Paris, n’avaient pas eu la fatigue du jour précédent. La première expédition, où les femmes dominaient, très spontanée, très naïve, pour parler ainsi, déterminée par les besoins, n’avait pas coûté de sang. Maillard avait eu la gloire d’y conserver quelque ordre dans le désordre même. Le crescendo naturel qu’on observe toujours dans de telles agitations ne permettait guère de croire que la seconde expédition se passât ainsi. Il est vrai qu’elle s’était faite sous les yeux de la garde nationale et comme de concert avec elle. Néanmoins il y avait là des hommes décidés à agir sans elle ; plusieurs étaient de furieux fanatiques qui auraient voulu tuer la reine ; d’autres, qui se donnaient pour tels et semblaient les plus violents, étaient tout simplement d’une classe toujours surabondante dans l’affaiblissement de la police, des voleurs. Ceux-ci calculaient la chance d’une invasion du château. Ils n’avaient pas trouvé à la Bastille grand’chose qui fût digne d’eux. Mais ce merveilleux palais de Versailles, où les richesses de la France s’entassaient depuis plus d’un siècle, quelle ravissante perspective il ouvrait pour le pillage !

Vue de la place d'Armes de Versailles le 6 octobre au matin.

 


    À cinq heures du matin, avant jour, une grande foule rôdait déjà autour des grilles, armée de piques, de broches et de faux. Ils n’avaient pas de fusils. Voyant des gardes du corps en sentinelle aux grilles, ils forcèrent des gardes nationaux de tirer sur eux ; ceux-ci obéirent, ayant soin de tirer trop haut.

    Dans cette foule qui errait ou se tenait autour des feux qu’on avait faits sur la place se trouvait un petit bossu, l’avocat Verrières, monté sur un grand cheval ; il passait pour très violent ; dès le soir on l’attendait, disant qu’on ne ferait rien sans lui. Lecointre était là aussi qui pérorait, allait, venait. Les gens de Versailles étaient peut-être plus animés que les Parisiens, enragés de longue date contre la cour, contre les gardes du corps ; ils avaient perdu la veille l’occasion de tomber sur eux, ils la regrettaient, voulaient leur solder leur compte. Ils avaient parmi eux nombre de serruriers et forgerons de la manufacture d’armes ?), gens rudes et qui frappent fort, qui, de plus, toujours altérés par le feu, boivent fort aussi.

    Vers six heures, ces gens mêlés de Versailles et de Paris escaladent ou forcent les grilles, puis s’avancent dans les cours, avec crainte, hésitation. Le premier qui fut tué l’aurait été par une chute, à en croire les royalistes, en glissant dans la cour de marbre. Selon l’autre version, plus vraisemblable, il fut tué d’un coup de fusil, tiré par les gardes du corps.

    Les uns se dirigeaient à gauche, vers l’appartement de la reine, les autres à droite, vers l’escalier de la chapelle, plus près de l’appartement du roi. À gauche, un Parisien qui courait des premiers, sans armes, rencontre un garde du corps qui lui donne un coup de couteau ; on tue le garde du corps. À droite allait en avant un milicien de la garde de Versailles, un petit serrurier, les yeux enfoncés, fort peu de cheveux, les mains gercées par la forge. Cet homme et un autre, sans répondre au garde qui était descendu de quelques marches et lui parlait sur l’escalier, s’efforçaient de le tirer par son baudrier, pour le livrer à la foule qui venait derrière. Les gardes le ramenèrent à eux ; mais deux d’entre eux furent tués. Tous s’enfuient par la grande galerie, jusqu’à l’Œil-de-Bœuf, entre les appartements du roi et de la reine. D’autres gardes y étaient déjà.

    La plus furieuse attaque avait été faite vers l’appartement de la reine. La sœur de sa femme de chambre, Mme Campan, ayant entr’ouvert la porte, y vit un garde couvert de sang qui arrêtait les furieux. Elle ferme vite au verrou cette porte et la suivante, passe un jupon à la reine, veut la mener chez le roi… Moment terrible… La porte est fermée de l’autre côté au verrou. On frappe à coups redoublés… Le roi n’était pas chez lui ; il avait pris un autre passage pour se rendre chez la reine… À ce moment, un coup de pistolet part très près, un coup de fusil. « Mes amis, mes chers amis, criait-elle, fondant en larmes, sauvez-moi et mes enfants. » On apportait le dauphin. La porte enfin s’est ouverte, elle se sauve chez le roi.

   La foule frappait, frappait, pour entrer dans l’Œil-de-Bœuf. Les gardes s’y barricadaient ; ils avaient entassé des bancs, des tabourets, d’autres meubles ; le panneau d’en bas éclate… Ils n’attendent plus que la mort… Mais tout à coup le bruit cesse ; une voix douce et forte dit : « Ouvrez ! » Comme ils n’ouvraient pas, la même voix répéta : « Ouvrez donc, Messieurs les gardes du corps, nous n’avons pas oublié que les vôtres nous sauvèrent à Fontenoy, nous autres Gardes-françaises. »

    C’étaient eux, Gardes-françaises et maintenant gardes nationaux, c’était le brave et généreux Hoche, alors simple sergent-major. C’était le peuple qui venait sauver la noblesse. Ils ouvrirent, se jetèrent dans les bras les uns des autres, en pleurant.

    À ce moment, le roi, croyant le passage forcé et prenant les sauveurs pour les assassins, ouvrit lui-même sa porte, par un mouvement d’humanité courageuse, et dit à ceux qu’il trouva : « Ne faites pas de mal à mes gardes. »

    Le danger était passé, la foule écoulée. Les voleurs seuls ne lâchaient pas prise. Tout entiers à leur affaire, ils pillaient et déménageaient. Les grenadiers jetèrent cette canaille à la porte.

    Une scène d’horreur se passait dans la cour. Un homme à longue barbe travaillait avec une hache à couper la tête de deux cadavres, les gardes tués à l’escalier. Ce misérable, que quelques-uns prirent pour un fameux brigand du Midi, était tout simplement un modèle de l’Académie de peinture ; pour ce jour, il avait mis un costume pittoresque d’esclave antique, qui étonna tout le monde et ajouta à la peur.

    La Fayette, trop tard éveillé, arrivait alors à cheval. Il voit un garde du corps qu’on avait pris, qu’on avait mené près du corps d’un de ceux que les gardes avaient tués, pour le tuer par représailles. « J’ai donné ma parole au roi de sauver les siens. Faites respecter ma parole. » Le garde fut sauvé. La Fayette ne l’était pas. Un furieux cria : « Tuez-le. » Il ordonna de l’arrêter, et la foule obéissante le traîna en effet vers le général, en lui frappant la tête contre le pavé.

    Il entre. Madame Adélaïde, tante du roi, vient l’embrasser : « C’est vous qui nous avez sauvés. » Il court au cabinet du roi. Qui croirait que l’étiquette subsistât encore ? Un grand officier l’arrête un moment et puis le laisse passer : « Monsieur, dit-il sérieusement, le roi vous accorde les grandes entrées. »

    Le roi se montra au balcon. Un cri unanime s’élève : « Vive le roi ! Vive le roi ! »

    « Le roi à Paris ! » c’est le second cri. Tout le peuple le répète, toute l’armée fait écho.

    La reine était debout, près d’une fenêtre, sa fille contre elle ; devant elle, le dauphin. L’enfant, tout en jouant avec les cheveux de sa sœur, disait : « Maman, j’ai faim ! » — Dure réaction de la nécessité !… La faim passe du peuple au roi !… Ô Providence ! Providence !… Grâce ! Celui-ci, c’est un enfant.

Lafayette au balcon, en compagnie de la reine et du roi

     À ce moment, plusieurs criaient un cri formidable : « La reine ! » Le peuple voulait la voir au balcon. Elle hésite : « Quoi ! Toute seule ? — Madame, ne craignez rien », dit M. de La Fayette. Elle y alla, mais non pas seule, tenant une sauvegarde admirable, d’une main sa fille, et de l’autre main son fils. La cour de marbre était terrible, houleuse de vagues irritées ; les gardes nationaux en haie tout autour ne pouvaient répondre du centre ; il y avait là des hommes furieux, aveugles, et des armes à feu. La Fayette fut admirable, il risqua, pour cette femme tremblante, sa popularité, sa destinée, sa vie ; il parut avec elle sur le balcon et il lui baisa la main.

    La foule sentit cela. L’attendrissement fut unanime. On vit la femme et la mère, rien de plus… « Ah ! Qu’elle est belle !… Quoi ! C’est là la reine ?… Comme elle caresse ses enfants !… » — Grand peuple ! que Dieu te bénisse, pour ta clémence et ton oubli !

    Le roi était tout tremblant quand la reine alla au balcon. La chose ayant réussi : « Mes gardes, dit-il à La Fayette, ne pourriez-vous pas faire quelque chose aussi pour eux ? — Donnez-m ’en un. » — La Fayette le mène sur le balcon, lui dit de prêter serment, de montrer à son chapeau la cocarde nationale. Le garde l’embrasse. On crie : « Vivent les gardes du corps ! » Les grenadiers, pour plus de sûreté, prirent les bonnets des gardes, leur donnèrent les leurs ; mêlant ainsi les coiffures, on ne pouvait plus tirer sur les gardes sans risquer de tirer sur eux.

 

Fraternisation des soldats

    Le roi avait la plus vive répugnance à partir de Versailles. Quitter la résidence royale, c’était pour lui la même chose que quitter la royauté. Il avait, quelques jours auparavant, repoussé les prières de Malouet et autres députés, qui, pour s’éloigner de Paris, le priaient de transférer l’Assemblée à Compiègne. Et maintenant il fallait laisser Versailles pour s’en aller à Paris, traverser cette foule terrible… Qu’arriverait-il à la reine ? On n’osait presque y penser.

    Le roi fit prier l’Assemblée de se réunir au château. Une fois-là, l’Assemblée et le roi, se trouvant ensemble, avec l’appui de La Fayette, des députés auraient supplié le roi de ne point aller à Paris. On eût présenté au peuple cette prière comme le vœu de l’Assemblée. Tout le grand mouvement finissait ; la lassitude, l’ennui, la faim, peu à peu chassaient le peuple, il s’écoulait de lui-même.

    Il y eut dans l’Assemblée, qui commençait à se réunir, hésitation, fluctuation.

    Personne n’avait de parti pris, d’idée arrêtée. Ce mouvement populaire avait pris tout le monde à l’improviste. Les esprits les plus pénétrants n’y avaient rien vu d’avance. Mirabeau n’avait rien prévu, ni Sieyès. Celui-ci dit avec chagrin, quand il eut la première nouvelle : « Je n’y comprends rien, cela marche en sens contraire. »

    Je pense qu’il voulait dire : contraire à la Révolution. Sieyès, à cette époque, était encore révolutionnaire, et peut-être assez favorable à la branche d’Orléans. Que le roi quittât Versailles, sa vieille cour, qu’il vécût à Paris au milieu du peuple, c’était, sans aucun doute, une forte chance pour Louis XVI de redevenir populaire. Si la reine (tuée ou en fuite) ne l’eût pas suivi, les Parisiens se seraient très probablement repris d’amour pour le roi. Ils avaient eu de tout temps un faible pour ce gros homme qui n’était nullement méchant, et qui, dans son embonpoint, avait un air de bonhomie béate et paterne, tout à fait au gré de la foule. On a vu plus haut que les dames de la Halle l’appelaient un bon papa ; c’était toute la pensée du peuple.

    Cette translation à Paris, qui effrayait tant le roi, effrayait en sens inverse ceux qui voulaient affermir, continuer la Révolution, encore plus ceux qui, pour des vues patriotiques ou personnelles, auraient voulu donner la lieutenance générale (ou mieux) au duc d’Orléans.

    Ce qui pouvait arriver de pis à celui-ci, qu’on accusait follement de vouloir faire tuer la reine, c’était que la reine fût tuée, que le roi, seul, délivré de cette impopularité vivante, vînt s’établir à Paris, qu’il tombât entre les mains des La Fayette et des Bailly.

    Le duc d’Orléans était parfaitement innocent du mouvement du 5 octobre. Il ne sut qu’y faire ni comment en profiter. Le 5 et la nuit suivante, il s’agita, alla, revint. Les dépositions établissent qu’on le vit partout, entre Paris et Versailles, et qu’il ne fit rien nulle part. Le 6 au matin, entre huit et neuf, si près des assassinats, la cour du château étant souillée de sang, il vint se montrer au peuple, une cocarde énorme au chapeau, une badine à la main, dont il jouait en riant.

    Pour revenir à l’Assemblée, il n’y eut pas quarante députés qui se rendissent au château. La plupart étaient déjà à la salle ordinaire, assez incertains. Le peuple qui comblait les tribunes fixa leur incertitude ; au premier mot qui fut dit d’aller siéger au château, il poussa des cris. Mirabeau se leva alors, et, selon son habitude de couvrir d’un langage fier son obéissance au peuple, dit « que la liberté de l’Assemblée serait compromise, si elle délibérait au palais des rois, qu’il n’était pas de sa dignité de quitter le lieu de ses séances, qu’une députation suffisait ». Le jeune Barnave appuya. Le président Mounier contredit en vain.

    Enfin l’on apprend que le roi consent à partir pour Paris ; l’Assemblée, sur la proposition de Mirabeau, décide que, pour la session actuelle, elle est inséparable du roi.

    Le jour s’avance. Il n’est pas loin de une heure… Il faut partir, quitter Versailles… Adieu, vieille monarchie !

    Cent députés entourent le roi, toute une armée, tout un peuple. Il s’éloigne du palais de Louis XIV, pour n’y jamais revenir.

    Toute cette foule s’ébranle, elle s’en va à Paris, devant le roi et derrière. Hommes, femmes, vont, comme ils peuvent, à pied, à cheval, en fiacre, sur les charrettes qu’on trouve, sur les affûts des canons. On rencontra avec plaisir un grand convoi de farines, bonne chose pour la Ville affamée. Les femmes portaient aux piques de grosses miches de pain, d’autres des branches de peuplier, déjà jaunies par octobre. Elles étaient fort joyeuses, aimables à leur façon, sauf quelques quolibets à l’adresse de la reine. « Nous amenons, criaient-elles, le boulanger, la boulangère, le petit mitron. » Toutes pensaient qu’on ne pouvait jamais mourir de faim, ayant le roi avec soi. Toutes étaient encore royalistes, en grande joie de mettre enfin ce bon papa en bonnes mains ; il n’avait pas beaucoup de tête, il avait manqué de parole ; c’était la faute de sa femme ; mais, une fois à Paris, les bonnes femmes ne manqueraient pas, qui le conseilleraient mieux.

Le retour des femmes sur Paris
 

    Tout cela, gai, triste, violent, joyeux et sombre à la fois. On espérait, mais le ciel n’était pas de la partie. Il avait plu. On marchait lentement, en pleine boue. De moment en moment plusieurs, en réjouissance ou pour décharger leurs armes, tiraient des coups de fusil.

    La voiture royale, escortée, La Fayette à la portière, avançait comme un cercueil. La reine était inquiète.

    Était-il sûr qu’elle arrivât ? Elle demanda à La Fayette ce qu’il en pensait, et lui-même le demanda à Moreau de Saint-Méry qui, ayant présidé l’Hôtel de Ville aux fameux jours de la Bastille, connaissait bien le terrain. Il répondit ces mots significatifs : « Je doute que la reine arrive seule aux Tuileries ; mais, une fois à l’Hôtel de Ville, elle en reviendra. »

    Voilà le roi à Paris, au seul lieu où il devait être, au cœur même de la France. Espérons qu’il en sera digne.

    La révolution du 6 octobre, nécessaire, naturelle et légitime, s’il en fut jamais, toute spontanée, imprévue, vraiment populaire, appartient surtout aux femmes, comme celle du 14 juillet aux hommes. Les hommes ont pris la Bastille, et les femmes ont pris le roi.

    Le 1er octobre tout fut gâté par les dames de Versailles. Le 6, tout fut réparé par les femmes de Paris."

 

 Dans sa lettre à son ami de Province du 11 octobre, l'avocat Jean-Joseph Colson raconte l'arrivée du roi à Paris.

Le roi, arrivé à Paris, se rendit à l'Hôtel de Ville où il resta environ une demi-heure. Puis il se retira aux Tuileries où il a déclaré qu'il fixerait son séjour le plus longtemps qu'il pourrait. Et depuis, il a invité l'Assemblée nationale à venir choisir un emplacement dans cette capitale pour y tenir ses séances.

La reine a d'abord désiré de faire rendre aux propriétaires les effets qui sont engagés au Mont de Piété pour 24 livres et au-dessous ; comme cela coûterait trois millions et que l'argent manque au trésor royal, elle y a trouvé depuis de l'obstacle. Mais on vient de me dire qu'elle se décidait avec le roi à prendre cet argent sur leurs dépenses personnelles.

Médaille commémorative de l'arrivée du roi à Paris


Nota : Les femmes vont continuer de faire peur dans les jours qui vont suivre. Je vous conseille de lire l'artricle concernant le 8 octobre 1789.



Merci à vous d'avoir lu tout cela !


Post Scriptum rédigé le 07/10/2022 :

Rions un peu. Des femmes où des travestis ?

    À la suite de ma publication de cet article le 5 octobre 2022 dernier, un certain Pierre Maeght, documentaliste de professions, s'est moqué de mon article dans un commentaire sur Facebook, en affirmant que c'étaient des hommes travestis en femmes qui avaient marché sur Versailles le 5 octobre 1789 !

    Cette assertion fantaisiste fait partie des nombreuses lubies des adversaires de la Révolution. Le quidam s'est également moqué de mon partage du récit de l'événement fait par Michelet. Certes, Michelet date un peu. Il n'est pas apprécié de tous les historiens. C'est en effet un historien démodé que l'on critique pour son manque de méthode et d'objectivité (son anticléricalisme dérange). De plus il a le tort de bien écrire, avec émotion et lyrisme, comme on écrivait encore au 19ème siècle. Malgré ces défauts, les documents et témoignages auxquels il a eu accès étaient bien réels et même récents (certains ont disparu depuis). Mais concernant les femmes de la Révolution, d'autres témoignages de l'époque ont fait mention de leur très forte participation lors de ces émeutes. J'ai même mentionné dans mon article le témoignage de l'avocat Colson.

Ça se passe comme ça sur Facebook

    Soyons sérieux et réfléchissons. Quel aurait été l'avantage tactique pour des hommes de se déguiser en femmes afin d'attaquer le palais de Versailles ?

    Ne riez pas ! A propos du même événement, une femme m'a affirmé un jour qu'elle avait lu dans les mémoires d'une femme de chambre de Marie Antoinette, que les femmes qui avaient attaqué Versailles le 5 octobre 1789 devaient être des bourgeoises déguisées en pauvresse, car elles avaient des dents !

    (A ce propos il va falloir que je vous écrive un article sur la propreté au 18ème siècle. Vous y apprendrez qu'une certaine propreté est obligatoire pour des gens qui travaillent durement. Si vous ne me croyez pas, essayez de travailler dans votre jardin en plein été, une semaine sans vous laver. Ce sont surtout ceux qui ne travaillaient pas qui ne se lavaient pas et ceux qui avaient une alimentation riche en sucre qui gâtaient leurs dents et les perdaient.)

Mais on peut également imaginer que des bourgeoises participèrent à l'affaire !

    Voilà à quel genre de légendes débiles on doit se confronter régulièrement lorsque l'on évoque la Révolution française. "Des hommes déguisés en femmes". Pourquoi pas des hommes lézards judéo-maçonniques ? C'est du même niveau...
    Le malheureux avait dû lire l'histrion Lorant Deutsch, une référence dans la catégorie "Histoire révisionniste". 😉

Question :

Dans 233 ans, un blogueur plein de morgue écrira-t-il que les femmes qui manifestent aujourd'hui en Iran, étaient des hommes travestis en femmes ?




samedi 3 octobre 2020

4 Octobre 1789 : Versailles continue de choquer et surtout d'inquiéter les Parisiens

 

La très regrettable soirée du 1er octobre 1789


    Versailles n'est pas loin de Paris, nombre de Parisiens s'y rendent chaque jour pour commercer. Des milliers de personnes travaillent à Versailles directement ou indirectement pour le château. C'est par ces milliers de bouches et d'oreilles que les nouvelles se transmettent et parviennent à la capitale.

    Nous avons appris le 1er octobre dernier, qu'un banquet offert par les gardes du corps du roi en l'honneur du régiment de Flandre fraichement arrivé, avait donné lieu à des excès fâcheux, qui plus est, en présence du roi et surtout de la reine. Plus d'informations commencent à filtrer à présent au sein de la population.

Régiment de Flandres

    L'arrivée le 23 septembre, du régiment de Flandre appelé à Versailles par Louis XVI le 14 septembre dernier, évoque aux Parisiens les mauvais souvenirs des préparatifs de la cour avant le 14 juillet.

    On ne peut croire en effet que les 4000 mille hommes des milices nationales, les Suisses de la garde, et les gardes du corps ne soient pas suffisants pour la sûreté du roi et de l'Assemblée. Le régiment de Flandre avec ses 5000 hommes, ses canon et ses provisions de guerre, apparait comme une mesure aussi excessive que menaçante.

Mirabeau

    Le comte de Mirabeau a dénoncé hautement cette nouvelle menace des ministres du roi ; mais ceux- ci se retranchent derrière la demande de la municipalité de Versailles, qu'ils ont en fait extorquée à celle-ci. Ils mentent, puisque nous savons que c'est bien le roi qui a fait rappeler ce régiment à Versailles.

    Il est certain que le nombre des gardes du corps a été doublé, et qu'une partie est employée à faire de la police. Quant au régiment de Flandre, les citoyens et les courtisans se le disputent ; les uns cajolent les soldats, et les autres font grand accueil aux officiers. La jactance des nobles et le ton mystérieux ou suffisant des petits-collets suffisent pour inquiéter nombre de citoyens avertis.

L'orgie...

    De nouvelles informations, particulièrement choquantes se répandent à présent. Depuis le commencement de ce mois, d'honorables citoyens ont assisté à des scènes aussi scandaleuses qu'effrayantes.

    On sait que le 1er octobre, les gardes du corps ont donné un repas aux officiers de Flandre, et à plusieurs autres militaires, y compris la milice versaillaise. Tout aurait été concerté pour faire croire à ces braves gens qu'il fallait sauver le Roi, et que ce grand ouvrage devait être le leur. On a porté avec exaltation des toasts aux santés royales, et rejeté celle de la Nation, qui avait été proposée.

    On dit que le Roi serait entré dans la salle, au retour de la chasse et que la Reine serait venue à son tour, à l'entremets, où les grenadiers, les chasseurs et les Suisses avaient été admis ; celle-ci aurait porté elle-même Monseigneur le petit dauphin autour de la table.

Les épées nues sont brandies !

    C'est au milieu des cris d'enthousiasme, parmi les épées nues en signe de vengeance ou de fidélité, que la cour se serait retirée. Mais aussitôt après que la famille royale se fut éclipsée, une grande orgie aurait alors a éclaté. Presque toutes les têtes étaient échauffées par le vin, et les officiers, loin de retenir leurs hommes, les excitaient encore. On joua sur les tréteaux, avec une affectation menaçante, la pièce de Richard Cœur de Lion, et l'on chanta l'ariette : O Richard, ô mon roi, l'univers t'abandonne !

    Cette scène appliquée à des circonstances imaginaires, devient comme un signal de guerre et de ralliement pour la soldatesque enivrée. En attendant de plus dignes exploits, ces soudards simulèrent un siège, escaladant héroïquement les loges de la salle de l'Opéra où se donnait le festin, qui étaient garnies de dames de la cour...

    Des cocardes blanches, des rubans blancs, distribués (par qui ?) furent la récompense de ces hauts faits, et le gage des futures prouesses. Bientôt cette foule bariolée se répandit dans les cours du château, et dans toute la ville ! Les casques, les chapeaux volaient en l'air. Des gardes du corps portaient des dragons sur leurs épaules. Hommes et femmes s'embrassaient au cri de : Vive le Roi ! Et toujours point de cri de : Vive la Nation ! 

    Loin de là, dans la nuit et les jours suivants, des jeunes gens de la milice bourgeoise furent forcés de prendre la cocarde blanche, ou de retourner leur cocarde tricolore. On a même soulé dans les rues le petit peuple !

Délire militaire à l'Opéra de Versailles

    Personne dans Paris, ne doute que la Reine ne soit à la tête du complot d'enlever le Roi. Elle a donné des drapeaux à la garde nationale de Versailles, et a répondu à ses remerciements : « La nation et l'armée doivent être attachées au Roi comme nous le sommes nous-mêmes ; j'ai été enchantée de la journée de jeudi. »

La reine, là où elle n'aurait jamais dû être...

    Cette journée d'excès, assure-t-on, s'est encore renouvelée hier 3 octobre, cette fois à l'hôtel même des gardes du corps !

Gardes du corps du roi


Jérome Pétion de Villeneuve

    M. Pétion de Villeneuve n'a pas craint de dénoncer tous ces faits, d'ailleurs connus de tous, à la tribune de l'Assemblée. Un député noble l'a interrompu et l'a défié de signer sa dénonciation. Le comte de Mirabeau s'est alors levé, et a dit qu'il signerait, lui, et que les preuves ne manqueraient pas, si l'Assemblée déclarait qu'aucune personne royale n'était inviolable dans le royaume, hormis le Roi. Cette audacieuse désignation a été accueillie par le silence de la stupeur.

    L'affaire prend de l'ampleur. Les colporteurs crient dans les rues : l'Autrichienne en goguettes ! Les noms de Frédégonde et de Catherine de Médicis paraissent insuffisants pour flétrir la conduite de la Reine, sur laquelle il se publie d'ignobles libelles, dont les seuls titres font frémir la pudeur, et qui ne sont pas les moins lus. Tous les signes de ralliement des aristocrates, cocardes blanches et surtout cocardes noires (car ils portent le deuil de leurs privilèges), sont dans la journée poursuivis et arrachés par la foule, non sans violence à l'égard des personnes. 

Colporteur, marchand d'estampes et de libelles

    Le projet de marcher sur Versailles se répand de bouche en bouche, sans qu'il soit possible d'en connaitre les premiers auteurs : tellement cette expédition parait maintenant nécessaire et naturelle, au peuple qui s'inquiète de cette agitation guerrière au sein de la cour.


Ou comment une beuverie de soldats va faire prendre un nouveau tour à la Révolution.

La suite, demain...

3 Octobre 1789 : Mais que complote donc Mirabeau au Palais Royal ?

 

Mirabeau
    Les rumeurs vont bon train dans ce Paris d’octobre 1789. On craint une nouvelle intervention des troupes rappelées par le roi à Paris, comme le régiment de Flandres qui vient de faire scandaleusement parler de lui il y a 2 jours au banquet avec les gardes du corps du roi. Il se murmure également que le roi pourrait s’enfuir, peut-être avec son frère le comte de Provence. 


Comte de la Marck

    Certains répètent à qui veut l’entendre que Mirabeau aurait dîné fin septembre chez le comte de La Marck, avec devinez qui ? Le duc d’Orléans ! Oui, le duc d’Orléans ! Louis-Philippe d’Orléans est un lointain cousin de Louis XVI. Mais son influence est grande. Il est pair de France, et chacun sait que si le roi venait à disparaitre, d’une façon ou d’une autre, la régence du royaume lui reviendrait.

   

Victor Louis
    Le duc d’Orléans règne en propriétaire sur le Palais-Royal, qu’il a fait aménager en quartier de plaisir par l’architecte Victor Louis en 1780. Les cafés, restaurants, salons de jeu et "autres divertissements" (les bordels), constituent le point de ralliement de tous les ennemis de la cour.

    Le roi se méfie avec raison de ce cousin quelque peu sournois, au contraire de la reine (bien sûr) qui a souvent entretenu des relations très cordiales avec le Duc. Nombre d’événements révolutionnaires sont partis du Palais Royal et l’on a retrouvé souvent des hommes de mains du duc d’Orléans à l’origine de certains mauvais coups.

Vue de la cour intérieure du Palais-Royal

L'intriguant Mirabeau "fils"

    Que complote donc Mirabeau avec le Duc d’Orléans, si tant est d’ailleurs qu’il complote quelque-chose ? Imagine-t-il pouvoir manipuler ce duc friand d'intrigues, mais guère de stature à les mener à termes avec succès, tant il manque d’initiative ? Pour le compte de qui Mirabeau agit-il ainsi, si ce n’est pas pour lui ? Pour les révolutionnaires de la paisible Assemblée nationale ? Pour le roi ?

    Pourquoi pas pour le roi en effet ? N’oublions pas que sa famille est depuis longtemps, très proche de celle de Louis XVI.

    J'évoquais hier l'intellectuel Sieyès, personnage omniprésent du début jusqu'à la fin de la Révolution. Mais Sieyès n'est pas un homme d'action. Mirabeau, lui, est un homme d'action, pas de coups de mains, mais d'actions plus subtiles, plus discrètes ; et c'est aussi un grand tribun. Personne ne vaut Mirabeau à la tribune de l'Assemblée nationale constituante. Mirabeau est intelligent également. Il voit tout et comprends tout. Son principal problème, selon mon humble avis, c'est sa culture d'aristocrate. Il est malheureusement corrompu par le goût du luxe et de la luxure. Cela dit sans porter de jugement de valeurs. Mirabeau aurait-il su se contenir un peu, que la Révolution aurait pris un tour différent. Mirabeau comprend tout, mais c'est hélas un homme du passé.


Mirabeau père

Mirabeau père
    Victor Riquetti de Mirabeau, le père de notre tribun révolutionnaire Honoré Gabriel Mirabeau, avait failli être choisi par le Dauphin Louis-Ferdinand (fils de Louis XV), pour l’éducation de Louis XVI et de ses frères. La raison en était que, du fait de sa qualité de physiocrate, Mirabeau père s’était rendu célèbre en publiant à partir de 1765 son ouvrage « L’ami des hommes ou traité sur la population », que l’on avait aussi appelé « le bréviaire des honnêtes gens ». 
    Sur sa terre du Bignon, près de Paris, Mirabeau père aimait à réaliser des expériences d’agronomie. Il défendait l’idée d’une monarchie dans laquelle la noblesse devait avant tout se soucier de servir l’Etat, avant de s’enrichir. Il n’avait pas été retenu pour assurer cette fonction auprès des enfants du Dauphin, mais ses idées physiocrates circulaient dans l’entourage des princes et étaient grandement appréciées.


Physiocrates ?

François Quesnay
    Un mot sur les physiocrates que nous avons déjà plusieurs fois évoqués dans de précédents articles. Il s’agissait d’un nouveau courant de pensée qui s’était développé en France dans les années 1750 et qui préconisait un gouvernement par la nature, « physis » en grec, signifiant « nature ». 
    Un des physiocrates les plus connus, François Quesnay, avait été un proche de la cour de Louis XV. C’était un médecin qui avait été anobli pour avoir guéri de la petite vérole le fils de Louis XV, le Dauphin Louis-Ferdinand, père de Louis XVI. Ceci pouvait expliquer l’intérêt marqué que le père de Louis XVI avait pour cette nouvelle doctrine, à la fois philosophique, économique et politique.

    La physiocratie, qui donna naissance plus tard au libéralisme économique, ne se résumait pas à exiger comme nous l’avons vu, la libre circulation des grains et la fixation de leur prix par le marché ; ni interdire à l’Etat de vouloir réguler l’économie. La priorité donnée à l’agriculture était vraiment au cœur de cette doctrine nouvelle. Raison pour laquelle tous les intellectuels du siècle, ou presque, se préoccupaient d’agriculture. Souvenons-nous du duc de Liancourt, ami du roi, pair de France et même président de l’Assemblée nationale, qui était aussi un agronome passionné.

Le beau-père de Louis XV, Stanislas Leszczynski, lui aussi physiocrate avait écrit :

« Tant que l’agriculture sera protégée en France, ce royaume ne peut manquer d’être florissant ; que d’autres peuples aillent ailleurs chercher l’or au Pérou ; le Français, s’il est sage, trouvera une mine plus précieuse sous le soc de sa charrue ? Toutes les nations voisines doivent devenir tributaires du peuple cultivateur du bon sol. »

 

Mais revenons à notre Mirabeau révolutionnaire !

    Quel jeu joue-t-il vraiment ? Nous avons vu qu’il occupe souvent la tribune de l’Assemblée nationale et que ses interventions forcent souvent la décision auprès de députés hésitants. Mirabeau est probablement l’un des hommes, qui en ce début de révolution, a le mieux compris ce qui se passait.

    Dans son livre « Mirabeau et la cour de Louis XVI », Saint-Marc Girardin écrit :
« Ce qui désespère Mirabeau dans cette fluctuation perpétuelle du roi, c’est qu’il connaît l’assemblée constituante et qu’il sait fort bien qu’elle n’est ni ennemie du roi ni ennemie de la monarchie. « L’assemblée, dit-il avec un sens profond, était venue pour capituler et non pour vaincre, et elle ne soupçonnait même pas sa destinée (Tome II, p 325). » Oui, 1789 venait plein de confiance en la bonté du roi et dans ses intentions justes et libérales ; il venait pour soutenir Louis XVI contre la cour et pour faire une transaction entre l’ancien et le nouveau régime. D’où vient donc que 1789 a eu la destinée qu’il ne soupçonnait pas et qu’il ne voulait pas, une destinée révolutionnaire ? Le mal est venu en grande partie de la cour, « de sa fausse conduite, de sa faiblesse lorsqu’il fallait résister, de sa résistance lorsqu’il fallait céder, de son inertie lorsqu’il fallait agir, de sa marche ou trop lente ou trop rétrograde, de ce rôle de simple spectateur qu’elle affecte de jouer, de cet ensemble enfin de circonstances qui, persuadant aux esprits faibles que la cour a des projets secrets, font multiplier aux esprits ardens les mesures outrées de résistance. » (Orthographe d'époque)

 

Les projets secrets de la cour

    Nous voici revenu au début de cet article. Les Parisiens ne redoutent rien tant que les projets secrets de la cour. Peut-être sont-ils plus réalistes que les honorables députés, qui, aveuglés qu’ils sont par leur amour du roi, croient que l’on peut le malmener comme ils l’ont fait, et s’en tirer par une cocarde et un Te deum ?

Vous l’avez compris, ça va de nouveau bouger dans quelques jours…

 

Post Scriptum :

    Nous aurons de nombreuses occasions de reparler de Mirabeau. Il essaiera de conseiller le roi, qui le paiera même pour cela, ce qui vaudra à la dépouille de Mirabeau d’être retirée du Panthéon lorsqu’on découvrira les lettres le prouvant, dans la fameuse armoire de fer de Louis XVI. Mais hélas pour lui, le roi n’écoutera jamais les conseils de Mirabeau.

    Si vous voulez en apprendre plus au sujet des rapports entre Mirabeau et la cour de Louis XVI, je vous conseille la lecture de ce livre de Saint-Marc Girardin « Mirabeau et la cour de Louis XVI ».

    On y découvre quel était en vérité le plan projeté par Mirabeau. Ce n’était ni un plan de révolution, pas même un plan de contre-révolution, mais un plan de gouvernement constitutionnel. Quant à l’homme qui devait exécuter ce plan, ce n’était autre que Mirabeau lui-même, mais un Mirabeau écouté et obéi. Il l'avait écrit à M. de Lafayette dans une de ces tentatives de rapprochement qui furent souvent faites entre M. de Lafayette et Mirabeau, et qui échouèrent toujours :

« Je devrais être votre conseil habituel, votre ami abandonné, le dictateur enfin, permettez-moi le mot, du dictateur… Oh ! Monsieur de Lafayette, Richelieu fut Richelieu contre la nation pour la cour, et, quoique Richelieu ait fait beaucoup de mal à la liberté publique, il fit une assez grande masse de bien à la monarchie. Soyez Richelieu sur la cour pour la nation, et vous referez la monarchie en agrandissant et consolidant la liberté publique. Mais Richelieu avait son capucin Joseph ; ayez donc aussi votre éminence grise, ou vous vous perdrez, en ne nous sauvant pas. Vos grandes qualités ont besoin de mon impulsion, mon impulsion a besoin de vos grandes qualités, et vous en croyez de petits hommes qui, pour de petites considérations, par de petites manœuvres et dans de petites vues, veulent nous rendre inutiles l’un à l’autre, et vous ne voyez pas qu’il faut que vous m’épousiez et me croyiez en raison de ce que vos stupides partisans m’ont plus décrié, m’ont plus écarté ! — Ah ! vous forfaites à votre destinée ! » (Orthographe d'époque)

De Lafayette, il faudra également que nous reparlions. Nous comprendrons alors combien la méfiance et l’hostilité de Jean-Paul Marat à son égard était justifiée.


 A suivre !


vendredi 2 octobre 2020

2 Octobre 1789 : Réactions sur le découpage électoral et rires à propos d'un don patriotique !

 

Détournement scandaleux de l'image du brave Sieyes découpant la France ;-)


Réactions concernant le découpage du territoire

    Je vous ai parlé le 29 septembre dernier, de la présentation devant l'Assemblée par Monsieur Thouret du rapport rédigé par son comité. Celui-ci concernait d’une part, la nouvelle division territoriale et administrative du royaume, et d’autre part les bases de la représentation des citoyens, entre actifs et passifs selon leur degré de fortune. Le comité chargé de cette lourde de tâche était constitué des membres suivants : Thouret, l'abbé SieyèsTargetl'évêque d'Autun (Talleyrand)Demeunier, Rabaut de Saint-Etienne et Le Chapelier.

    Les gens critiquent ! Le plan d'administrations provinciales et de municipalités porte selon eux le cachet de son principal auteur, M. Sieyès.

    Comment interpréter cette critique ? Il faut dire que Sieyès n'est pas n'importe qui. En vérité c'est l'un des principaux acteurs de la Révolution et probablement l'un des plus intelligents, ce qui peut être agaçant pour ces adversaires (Lire cet article : Janvier 1789). Mais dans le cas présent, même si le projet de Sieyes semble parfait par sa régularité mathématique, on doit tout de même tenir compte du fait que la France n'est pas un pays neuf, comme les États-Unis d'Amérique que l'on peut découper arbitrairement en figures géométriques, puisque ses populations autochtones sont d'ailleurs méthodiquement rayées de la carte ! La France est un vieux pays, une vieille contrée, irrégulièrement peuplée, irrégulièrement divisée. Une rivière peut limiter deux territoires, sans aucune contestation possible, et ce, depuis la nuit des temps ! Assurément, il va falloir être prudent avec les ciseaux ! 

    Raison pour laquelle les esprits critiques se demandent s'il ne serait pas préférable d'attendre qu'un arpentage régulier ait établi les circonscriptions rigoureuses sur lesquelles tout le nouvel édifice politique pourrait être fondé, car le bel ordre proposé ne semble guère possible. 

    De plus, plusieurs députés des provinces reprochent à ce plan d'accorder à Paris, s'il est appliqué, 44 députés : chiffre qui parait exorbitant.

La France de 1789, avec le portrait de Necker.


Réactions contre le découpage électoral.

    Ah le découpage et redécoupage des circonscriptions ! Voilà bien un débat promis à un bel avenir ! Encore aujourd'hui, nombre de Parisiens vous affirmeront que certains députés provinciaux règnent sur des circonscriptions désertiques ! Le département dans lequel je vis à présent, La Nièvre ; 199500 h compte presque autant d'habitants que la ville de banlieue dans laquelle j'ai vécu plus de 40 ans, Boulogne Billancourt : 124398 h (Oui, je sais j'exagère un peu).

    Soyons plus précis avec cet exemple actuel : En 2022, il faut environ 17 000 voix pour se maintenir au second tour dans la 3ᵉ circonscription de Vendée, mais seulement 631 à Saint-Pierre-et-Miquelon, et plus de 29 000 pour les Français d’Amérique du Nord. Le nombre de voix nécessaires pour accéder au second tour varie de 1 à 47.

Lisez cet excellent article du journal Le Monde, en cliquant sur la carte ci-dessous :


Réactions contre le découpage des gens.

    D'autres, ont bien sûr remarqué la nature étonnante du statut d'électeur et ne veulent entendre parler que de suffrage direct ; ils ne voient dans les trois degrés de la pyramide projetée, que l'échelle de l'Aristocratie. Enfin, le droit d'être représenté parait, à plusieurs, indépendant de la notion du territoire et de l'importance de la contribution, et uniquement inhérent aux personnes.

    En effet, le gouvernement représentatif (pensé par Sieyès) et construit par l'Assemblée nationale constituante, reposera sur un suffrage censitaire. C’est-à-dire que seuls auront le droit de voter et d'être élus, les citoyens payant une certaine somme aux impôts. (Pas question de suffrage universel, bien sûr, il faudra attendre la constitution de 1793).

    Pour avoir le privilège de voter, il faudra être un (et pas une) contribuable en impositions directes, au taux local de 3 journées de travail, qui seront évaluées en argent par les assemblées provinciales, et à 10 journées de travail pour être éligible.

     Ce système de sélection par l’argent et le sexe, fera que sur 26 (ou 28) millions de français, seuls 4.4 millions auront le droit de voter...


Rions un peu !

Autre actualité, un don patriotique qui prête à rire.

    Depuis que des femmes ont donné l'exemple le 7 septembre1789 en offrant leurs bijoux et que le roi lui-même a décidé d'offrir sa vaisselle d'argent, les dons les plus divers, affluent à l'Assemblée.

Vue sur le très riche prieuré de Saint Martin des Champs sur le plan de Bretez.

    Un des dons patriotiques les plus généreux du mois de septembre, a été celui des religieux de Saint Martin-des-Champs qui avaient abandonné la moitié de leurs revenus, c'est- à-dire 900 000 livres, et de plus offert (moyennant le reste qui leur faisait 1 500 livres par tête de traitement) de se charger de l'éducation de la jeunesse. Mais hélas, les hauts dignitaires de l'ordre, le supérieur général et le procureur, n'avaient pas signé, et voici maintenant que lesdits dignitaires protestent, au milieu des risées du public, qui ne supporte de moins en moins l'opulence ostentatoire du clergé en ces temps de disettes.

    Le vent de l'opinion va bientôt tourner en défaveur du clergé comme nous le verrons bientôt illustré sur de nombreuses estampes comme celle-ci, publié en 1790.