Affichage des articles dont le libellé est Estampes. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Estampes. Afficher tous les articles

dimanche 29 août 2021

Les cris de Paris, cris des vieux métiers, cris du petit peuple.

 Article mis à jour le 29/03/2022



    J'ai découvert un autre moyen de vous montrer le Peuple de Paris tel qu'il était au 18ème siècle ! Les estampes que j'ai coutume de vous présenter représentent souvent le peuple d'une façon quelque peu caricaturale ou alors dans des situations ou circonstances particulières. Les gravures que je vous propose à présent sont différentes



François Guérard, Les Cris de Paris (1700)


    Mon souci est de vous montrer ceux que l'on ne voit pas, ceux qui n'étaient 'rien". Celles-et ceux qui travaillaient durement pour gagner les quelques sous qui les feraient survivre. Celles et ceux que l'on reconnaissait de loin, par les cris qu'ils poussaient. Ces cris informaient les passants des produits et services que ces vendeurs de rues proposaient


Louis Sébastien Mercier

    Louis-Sébastien Mercier dans son ouvrage "le Tableau de Paris", avait bien évoqué les cris de ces gens, mais il manquait des illustrations. La chance a fait que j'ai découvert à la BNF le livre "Etudes prises dans le bas peuple ou les cris de Paris", recueillant les gravures réalisées par Edmé Bouchardon. Vous pourrez bien sûr consulter ce livre en entier, au bas de cet article dans une fenêtre donnant sur le merveilleux site de la BNF. Mais en plus des illustrations de ce livre, j'en ai déniché d'autres que je partage avec vous sur cette page.

Edmé Bouchardon

    A l'époque, comme de nos jours, Paris était une France miniature au sein de laquelle travaillaient des milliers de provinciaux.

    On y croisait des enfants ramoneurs venus à pieds de Savoie, ainsi que des Savoyardes et des Normandes réputées bonnes nourrices, des bonnes venues de Bretagne ou de Guyenne, des concierges et serruriers de Lyon, des chiffonniers alsaciens, des vitriers du Piémont, des cuisiniers de Montpellier, des montreurs d'ours et des rémouleurs des Pyrénées, des pelletiers venus de la Creuse, couverts de peaux de lapins et occasionnellement dépeceurs de chats, des maçons du Limousin, des chapeliers auvergnats, à noter que les Auvergnats que l'on appelait aussi des Bougnats, s'étaient fait la spécialité de tenir des commerces de vins et charbons ! (Je dois beaucoup au livre de Graham Robb, pour les informations sur ce paragraphe).


Découvrons ensemble ces personnages surgis un instant pour nous du passé.

    Je vais commencer par cette pauvre femme portant du bois sur son dos, dont la légende indique "cotterets". On la retrouve sur quelques sites, dont celui de la BNF, portant toujours cette légende étrange. Cherchez vous-même dans des dictionnaires et vous ne trouverez pas la signification de ce mot.

    Cependant, si vous faites la supposition que j'ai faite, c'est à dire de penser que le graveur avait fait une faute d'orthographe, ce qui était on ne peut plus courant à l'époque, et que vous lisez alors "colteret", vous aurez une chance de trouver la signification de ce mot qui a disparu. Les colterets étaient des ramilles ou branches d'arbres laissées au sol, qui n'étaient bonnes qu'à mettre dans les fagots.

Définition

La vendeuse de colterets


Pommes cuites au four


Cureur de puits


Piégeur de rats


"De la belle Fayance"
Je ne puis croire que cette petite fille puisse porter un tel fardeau.
J'espère qu'elle ne fait qu'attendre sa mère.


Marchand de Lanternes


Vendeur de "Caffé"


Tailleur de Pierres
(Remarquez le titre du livre, gravé sur la pierre)


Chaudronnier Auvergnat


Crocheteur
(En ce temps-là, il s'agissait d'un porteur de lourdes charges s'aidant de crochets)


Vendeur de Moulins.
Pour amuser les enfants où éloigner les oiseaux ?


Balayeuse


Vendeuse de Balais


Des couteaux des ciseaux et des peignes,
mais aussi des lunettes si vous regardez bien.

Garçon Boulanger

Lanterne en Hiver, l'Eau en Eté
(Vous avez une idée ?)


Montreuse de Lanterne Magique


Joueur de Vielle


Orgue de Barbarie devant et Lanterne Magique derrière


La Revendeuse (ou regrattière, voir plus bas)


Fille de la Charité, servant les Malades


Vendeur de livres ambulant


Amuseur publique du Pont Neuf


"Voici le portrait à l'éloge
De ce Chantre Fameux
Nommé Guillaume de Limoge
Surnommé le Gaillard Boiteux"
(Remarquez les graffitis sur le muret)


Marchand d'encre (Ancre à l'époque)

La Blanchisseuse

La Charbonnière


Le Barbier


Italien vendeur de coupes en verre.


Vendeur de vin


Malheureux unijambiste, vendeur de vieux souliers


Porteur de Pierres

Terrassier

Vendeur d'eau, fraiche ou chaude

Colleur d'Affiches


"La Vie, La Vie"
(Vendeuse d'eau de vie ?)


Marchand de Lacets


Marchand de Lanternes


Marchand de Caffé (café)


Savetier


Crieur d'eau de vie

Raccommodeur de soufflets et de vieux seaux


Ramoneur
(Je vous raconterai un jour l'incroyable histoire de ces enfants qui,
 dès l'âge de 5 à 6 ans, quittaient les Alpes pour monter exercer ce dur métier à Paris)


Savoyarde
(Probablement une nourrice)


Vendeur de peaux de lapins (et de chats ?)

Vendeuse d'œillets


Lecteur de Gazette

    Gageons que ces lecteurs de gazette exercèrent une sacrée influence sur nombre d'événements révolutionnaires !



    Pour le métier suivant, il ne s'agit pas d'un cri, mais d'un bruit, celui de la cliquette !

La cliquette était le nom du petit instrument à percussion composé de deux lattes de bois, que le maître de poste ou son commis agitait pour annoncer son arrivée.
Vous remarquerez que c'était le destinataire qui payait le port et non l'envoyeur.

La cliquette


    Voici encore un petit métier, que je trouve assez révélateur de la société de cette époque, celui de "regratier", s'écrivant aussi regratiér, regrattier ou regrettier, mot qui voulait dire "revendeur".

Les regratiers vendaient les restes des repas des riches


Celui-ci revendait aux pauvres les restes
 des repas des riches de Versailles,

Cette estampe date de 1845, mais ce métier de revendre
 les restes de nourriture des riches exista encore longtemps.
On les appelait aussi "Marchands d'Arlequins"




Il y avait encore des Marchands d'Arlequins à Paris en 1910 !

Ils vendaient les restes des tables bourgeoises et des restaurants


    N'y voyez pas malice de ma part, mais ce petit métier si particulier me fait penser à ce que les économistes appellent "la théorie du ruissellement". Très orientée politiquement, celle-ci explique que plus on laisse les riches s'enrichir (moins d'impôts, etc.) plus l'économie produit de biens consommables et plus les pauvres en profitent.
(Remarquez combien j'ai mis les formes pour vous expliquer cette théorie de plus en plus controversées)



    Veuillez me pardonner mon excessive sensibilité. Cette rubrique se termine en effet sur une note amère. Mais voici comme promis le beau livre d'Edmé Bouchardon entreposé parmi les trésors de la BNF.