lundi 22 février 2021

L'histoire, la vérité, le bien, le mal, et toutes ces sortes de choses très relatives

C'est quand même un sacré titre, non ?


    Dans cet article, je pose des questions importantes sur l'histoire, en toute modestie bien sûr et à ma façon.


Rien n'est écrit définitivement.

    J’aime beaucoup cet exergue que l’historienne Annie Jourdan a fait figurer en couverture de son livre magistral intitulé "Nouvelle histoire de la Révolution française" :

« Rien n’est définitivement écrit. En histoire plus qu’ailleurs. »

    Rien en effet, n’est écrit à jamais dans le marbre, hormis parfois quelques maximes pas toujours vraies, auxquelles leurs auteurs ont voulu donner le poids de la pierre. Rien n’est définitif et qui plus est tout est relatif.

    Il suffit parfois de la découverte, fortuite ou volontaire, d’un document inédit, d’un artefact ou d’un bout d’os pour que l’histoire nécessite d’être réécrite. Mais tout ne tient pas uniquement à une question de découverte.

    De nouvelles techniques numériques permettent de nos jours comme je l’avais évoqué précédemment, d’analyser, comparer, et répertorier de grandes quantités de documents. Le même énorme travail aurait nécessité plusieurs vies à un historien ne disposant pas de ces outils surpuissants. Mais cela ne suffit pas non plus.

    Une nouvelle génération d’historiens peut également apporter beaucoup et j’ai l’impression que c’est un peu ce qui se passe ces années pour la Révolution française. Durant trop longtemps, les études relatives à cette période cruciale de l’histoire de France se sont résumées à une stérile guerre de positions, disons-le "politiques" ; chacun dans sa tranchée tirant des rafales de mots explosifs, au jugé, vers la tranchée opposée. Je ne suis pas naïf, je me doute bien qu’il faudra encore longtemps avant que l’on ne devise aussi tranquillement des guerres révolutionnaires que de la guerre sociale romaine. Néanmoins, au gré de mes lectures, je constate une réelle évolution. 


La nécessité d'être contrarié.

    Je suis convaincu du fait que l’on ne peut progresser intellectuellement qu’en étant étonné, voire contrarié ou même agacé par ce que l’on découvre. Qui n’a jamais changé d’avis, n’a jamais progressé intellectuellement. Pour ma part, c’est ce chemin que je me suis toujours efforcé de suivre. C'est l'une des raisons pour laquelle je ne suis attaché à aucune chapelle d’un quelconque courant révolutionnaire et que je ne voue de culte à aucun "grand personnage" de cette époque, même si certains, bien sûr, ont ma sympathie (c’est humain).


Les personnages conceptuels.

    Si l’on veut bien connaître un personnage du passé, il faut non seulement lire des milliers de pages (si c’est possible). Mais il faut aussi s’imprégner de l’esprit de l’époque (Codes visuels et langagiers, allusions, intonation, etc.), ce qui bien évidemment, nous est absolument impossible. Voilà pourquoi la plupart du temps nous ne reconnaissons dans ces étrangers du passé que ce que nous reconnaissons de nos propres vies.

    Soyons honnêtes. Si l’on y réfléchit bien, on connait bien peu de choses des personnages historiques. La plupart d’entre eux, sont souvent devenus au fil du temps des personnages conceptuels, c’est-à-dire des constructions intellectuelles et/ou sentimentales, bien éloignés de ce qu’ils étaient, et ce, quelque-soit la pléthore de documents ou de témoignages les concernant. 

    L’historienne Aurore Chéry, dans ses articles ainsi que dans son très dérangeant livre sur l'Intrigant Louis XVI, évoque la construction après la Révolution, d’un personnage Louis XVI, à l'aide de fausses lettres lui étant attribuées, de témoignages élogieux, de tableaux et gravures, etc. Le tableau ci-dessous constitue un bel exemple de la construction d'un Louis XVI soucieux de la misère de son peuple. Il a été peint sous la Restauration par Louis Hersent, à la demande du frère de Louis XVI devenu Louis XVIII. Il fut exposé au public en 1817 et il donna lieu à de nombreuses reproductions abondamment diffusées.

« Louis XVI distribuant des aumônes aux pauvres de Versailles pendant l'hiver de 1788 »

    Lire également cet article sur la légende de Louis XVI et Parmentier luttant ensemble contre la famine. (Mais j'émets une réserve sur Parmentier dont je vous reparlerai dans un prochain article).

    Aurore Chéry brosse le portrait d'un roi bien moins stupide que celui transmis par l'histoire officielle (mais à mon très humble avis, peut-être un peu plus génial qu'il ne le fut probablement). Il faut néanmoins admettre que ce roi très secret, a bien contribué à brouiller les pistes avec ses propres forgeries, comme par exemples avec les formules laconiques laissées dans son journal (voir mon article du 15 août), qui n’était en rien personnel, mais bien rédigé pour être lu par autrui.
    Néanmoins, on peut se demander si, comme tout un chacun, Aurore Chéry n'a pas reconnu de Louis XVI que ce qui lui ressemblait. De même qu'un livre à autant d'interprétations (de lectures) qu'il a de lecteurs, un personnage historique a autant de visages (de lectures) que lui en donnent les historiens.

    On pourrait également évoquer la Marie-Antoinette de contes de fées, inventée en grande partie par le talentueux Stefan Zweig, qui n'a pas fini de faire pleurer dans les chaumières ! Je me suis permis de vous en offrir ma lecture personnelle dans cet article : "Marie-Antoinette, plus reine de la mode, que reine des Français".


    N'oublions pas non plus l'invention du personnage "Olympe de Gouge". C'est pour une bonne cause, certes, mais voilà bien un nouveau personnage conceptuel plein d'avenir ! Lire mon article "Olympe de Gouge, morte pour le féminisme, vraiment ?"    

    Certains de ces personnages conceptuels sont même devenus célèbres au-delàs de ce que leurs modèles auraient pu imaginer, comme le Socrate raconté par Platon, bien différend du Socrate moqué par Aristophane. J'ose à peine évoquer ce fils d'un charpentier de Galilée, dont le message transmis par ses apôtres a été totalement dénaturé par Paul de Tarse,  Augustin d’Hippone et quelques autres, pour fabriquer un christianisme ayant bien peu de rapport avec l'idée du personnage d'origine... 

    

Gnauthi Seauton
Connais-toi toi-même

Connais-toi toi-même.

    Qui a appris de la vie et se connait un peu, finit par comprendre qu’il est en partie un mystère à lui-même. 

    Savez-vous réellement ce que vous pensez de tel ou tel sujet, et surtout, comment vous en êtes parvenu à forger "votre opinion". Sauriez-vous faire la part de ce qui ressort de vos réflexions et de ce que les hasards de la vie vous ont appris ? Livres lus, discussions échangées, etc. ? Qui en a fait l’expérience, sait que l’on peut s’étonner parfois de ce que l’on écrit dans son journal intime ! Savez-vous réellement pour quelle raison précise, vous avez agi ainsi, en telle circonstance ? 

    Que connaissons-nous de ce tourbillon de pulsions et pensées, la plupart du temps inconscientes, qui nous anime ? Il m’est un jour arrivé cette expérience étonnante de réaliser avec stupéfaction, en relisant un roman lu quand j’étais jeune, que quelques années auparavant, placé dans la même situation que le personnage du roman, j’avais pensé, parlé et réagis comme lui. Qui avais-je été à ce moment-là de ma vie, moi ou Ulrich, le personnage de ce roman de Robert Musil, "l’homme sans qualité", que je pensais avoir oublié ? Alors que dire de quelqu’un qui voudrait nous décrire après notre mort, voire même dans le cas d’un historien, des centaines d’années après notre disparition ? Bien souvent, il ne reconnaitra ou comprendra de nous que ce qui lui ressemble.

    Nietzsche a écrit dans « Par-delà le bien et le mal » : "J'ai peu à peu découvert ce que toute grande philosophie a été jusqu'à ce jour : la confession de son auteur et une sorte de Mémoires involontaires et insus (inconscients). Chez le philosophe, il n'y a absolument rien d'impersonnel et sa morale notamment, témoigne de façon nette et décisive qui il est ".

    Je suis persuadé qu’il en est de même des historiens. Le récit que chacun fait de l’époque qu’il étudie est en fait un témoignage de qui il est, une confession inconsciente de ses préjugés et de ses a priori, ainsi qu’un révélateur de son milieu social et culturel. Il n’y a rien de choquant à cela, c’est humain. Ce n’est ni bien ni mal, aurait précisé Nietzsche ! Le fait même de se spécialiser dans une époque plutôt qu’une autre, en dit long sur nous.


Un exemple...

    Vous souvenez-vous de cet article du 28 Juillet, dans lequel je m’étais étonné de l’interprétation donnée par Adolphe Thiers dans son histoire de la Révolution française, à propos de la grande peur de l’été 89 ? Il émettait l’hypothèse surprenante, que les courriers envoyés partout en France pour annoncer l’arrivée des "brigands", relevaient d’une initiative de la cour. Cela seul pouvait expliquer selon Thiers, leur capacité de franchir aisément tous les postes de contrôles du royaume. L’idée aurait été selon lui d’armer les provinces pour les opposer à Paris, car la cour ne croyait pas à une révolution générale du royaume. 

    Cette idée de Thiers est vraiment très intéressante, mais elle est aussi très révélatrice du personnage, car c’est ce que lui-même fit pour écraser la Commune en 1871 quand il fut nommé chef de l’exécutif de cette 3ème république improvisée à la hâte sur les décombre du second empire par des bourgeois monarchistes. Thiers fit appeler des soldats de la province, tous d’origines paysannes, pour mater la révolte des communards parisiens, ceux que l’on appelait haineusement "les partageux" dans les campagnes. Imaginez-vous que les communards refusaient de livrer Paris aux Prussiens ! Le gouvernement de Thiers se hâta de négocier avec les Prussiens pour récupérer les soldats de l’armée française qui s’était rendu sans combattre à Metz. Entre 20.000 et 30.000 communards seront massacrés lors de la semaine sanglante qui eut raison de l'utopie de la Commune. Plutôt le Kaiser que les Communards ! Plus tard d’autres diront plutôt Hitler que le Front Populaire. Oups ! Je perds mon objectivité !


Je ne suis pas objectif (même si j'essaie)

    Pour être honnête avec vous, je suis sans illusions sur l’objectivité de ma lecture de la Révolution, comme vous venez d’en avoir un aperçu avec ma lecture de la Commune ! Je me pose par-exemple les questions suivantes :

    Est-ce de par mes origines suisses du côté de mon père, que j’ai remarqué la présence de tant de Suisses parmi les acteurs de la révolution ? Du trouble banquier Perrégaux, en passant par Hulin, son homme de main qui conduisit l’attaque de la Bastille, sans oublier Marat, ni Rousseau, les Suisses sont partout, y compris du côté de roi et de ses gardes suisses sans oublier Besenval, le favori de la reine, et accessoirement le lieutenant suisse du Maréchal de Broglie ! Je ne plaisante qu’à moitié ! Plus d’un millier de genevois étaient exilés à Paris, depuis que Genève avait capitulé le 2 juillet 1782 devant trois armées coalisées dont l’armée du roi Louis XVI. Les cercles politiques genevois avaient été dissous et la liberté de la presse supprimée. Mais les idées de liberté de ces exilés suisses à Paris y avaient reçu une écoute pour le moins favorable !

    Est-ce parce que je suis anglophile, que je me suis très vite rendu compte de l’influence importantes de certains penseurs anglais sur la Révolution ? Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir comment Rutledge et Mandar avaient contribué à faire connaître en France les idées républicaines développées par Harrington dans son livre "Oceana", (surtout Rutledge dans sa revue "Le Creuset"). Il m’a fallu commander en Angleterre le livre de l’historienne Rachel Hammersley pour découvrir une somme impressionnante d’informations sur ce sujet que je n’avais jamais lues nulle part en Français ! Rutledge et Mandar, devenus membre des Cordeliers furent des personnages révolutionnaires importants et je trouve étonnant qu’ils aient été relégués sur des étagères oubliées de l’histoire de la Révolution. Fort curieusement les penseurs républicains ont également été un peu « oubliés » dans l’histoire anglaise. Toutes mes découvertes faites sur les républicains anglais font partie d’un article en cours de rédaction (presqu’achevé).

 

Plus que jamais une enquête !

    L’Histoire ressemble à une longue enquête qui n’en finirait jamais - L'enquête est d’ailleurs la signification du mot histoire en grec ancien (Ἱστορίαι / Historíai), donné par le premier historien grec, Hérodote, à son ouvrage publié au 5ème siècle avant notre ère (Dans le domaine de la pensée, les Grecs ont été les premiers presqu’en tout). Une enquête qui ne finit jamais, avec pas mal de cadavres dans les placards (et sur les champs de batailles), voilà donc à quoi ressemble l’histoire ! Il est même "amusant" de constater que les tests ADN qui ont permis récemment de résoudre des énigmes policières très anciennes, chamboulent également des pans entiers de l’histoire. Lisez sur ce sujet "L'odyssée des gènes" de Evelyne Heyer !


    Chaque nouvel enquêteur apporte donc un éclairage nouveau sur les épaisses ténèbres du passé. Et plus les enquêteurs sont différents, plus on apprend de choses ! Voilà pourquoi un historien issu d’une culture étrangère, comme le japonais Inoue Kôji, a pu apporter lui aussi ses lumières sur notre Révolution. (N’oublions pas non-plus les travaux des historiens russes et chinois, probablement plus « politisés », en raison de leurs propres révolutions). J’éviterai de parler de la vision américaine de la Révolution française, façon Hannah Arendt, pour ne pas m’énerver (et parce que j'ai beaucoup de respect pour elle).


Les grands mots : Vérité, bien, mal, et toutes ses sortes de choses très relatives.

    Compte tenu de la tournure philosophique pris par mon propos, j’ai envie de cheminer un peu plus loin avec vous.

Vérité historique ?

    Concernant le concept de vérité en histoire, je vous conseille vraiment de lire le texte d’une dizaine de pages, brillamment rédigé par l’historien Jean-Clément Martin, intitulé « La vérité, l’histoire et le sceptique. Présentation de « Historic doubts relative to Napoleon Bonaparte » de Richard Whately, dans le livre : « Peut-on douter de l’existence de Napoléon ? » (Editions Vendémiaire, 2012).

La vérité, l'histoire et le sceptique.

(Peut-être devrez-vous vous inscrire, mais dans ce cas vous ne le regretterez pas car cela donne accès à des centaines de documents passionnants)

Vous pouvez également, comme je l'ai fait, acheter le livre. 

    Jean-Clément Martin a dirigé l’édition critique ainsi que la post face de ce pamphlet ouvrage publié en 1819 par l’économiste, logicien et théologien anglais Richard Whately. Ce curieux ouvrage constitue également, comme le dit sa présentation : "une réflexion sur la vérité en histoire, sur la mémoire et la rumeur, sur la propagande et les doctrines officielles, sur ce que l'on croit savoir et les moyens que l'on a de le vérifier, sur les stratégies de communication des États et la tyrannie de l'information obligée."

    Je ne puis résister au plaisir (coupable) de vous donner à lire les premières lignes de ce texte de Jean-Clément Martin :

« Nous vivons une drôle d’époque : la vérité historique est désormais gravée dans les Tables de la Loi. L’envie de réglementer ce qu’il faut dire du passé vient de se traduire, en ce début d’année 2012, par le recours au Parlement français pour qu’il définisse les vérités historiques à respecter sous peine d’amende et d’emprisonnement. La loi Gayssot condamnait depuis 1990 toute contestation des crimes contre l’humanité, tels que définis par le Tribunal de Nuremberg. Celle du 23 janvier y ajoute la contestation des génocides « reconnus comme tels par la loi française ». Il n’y a pas que la sociologie qui soit « un sport de combat », comme l’avait dit Pierre Bourdieu ; l’histoire aussi peut être homologuée, avec compétitions à chaque changement de majorité parlementaire. Les maisons d’éditions et les entreprises de pilonnage peuvent se frotter les mains : on va écrire et réécrire l’histoire. Dans ce moment où la discipline est, de facto, en voie de redéfinition, dans les programmes scolaires, ou dans une « Maison » officielle, tandis qu’on peine à l’enseigner dans les universités, ce petit livre propose de faire un détour pour réfléchir à ce que nous vivons ; un détour sérieux, herméneutique même, en passant par un lieu de mémoire incontestable : Napoléon en personne, vu par un Anglais ironique, si ce n’est pas un pléonasme. »

    Ainsi nous comprenons que le concept de vérité est à manier avec prudence, y compris en histoire ! Il n’est pas si loin le temps où le régime stalinien réécrivait l’histoire, allant jusqu’à effacer des personnages de photos officielles. Cliquez sur l'image ci-dessous pour accéder à un article complet sur le sujet et au passage cherchez l'erreur sur la photo du bas...

Alexandre Maltchenko (en haut à gauche)
a été accusé en 1930 d’espionnage,
puis exécuté et effacé de la photo...

Ce procédé est également décrit dans le terrible ouvrage de Georges Orwell "1984". 

    Ne sous-estimons pas le danger ! La volonté de vouloir réécrire l’histoire, voire d'en effacer des pans entiers, peut se parer des meilleures intentions, comme celle de vouloir rendre justice par exemple, ou plus grave, d'expier une culpabilité pour des actes commis par nos ancêtres ! Prenons par exemple les douloureux sujets de la colonisation et de l’esclavage. Je comprends, je respecte et je suis même solidaire avec les bonnes âmes qui condamnent la colonisation et l’esclavage. Mais ce qui me gêne, c’est la raison pour laquelle ces condamnations ne concernent que les deux derniers siècles de l’histoire de l’humanité.

    Pourquoi n’évoque-t-on que les 132 années de colonisation française de l’Algérie et jamais sa colonisation par les Arabes au 7ème siècle, ni sa nouvelle colonisation par les Ottomans au 16ème siècle ? A-t-on demandé aux Turcs de présenter des excuses pour leurs exactions ?

    De même pour l’esclavage, pourquoi parle-t-on toujours des 2 siècles de la traite négrière par les européens et jamais des 13 siècles de la même traite négrière par les arabo-musulmans en Afrique noire ? Lisez sur ce sujet "Le génocide voilé" l'enquête historique très dérangeante du chercheur, économiste, anthropologue et écrivain franco-sénégalais Tidiane N'DiayeSelon l'auteur, du VIIe au XXe siècle, l'une des études les plus sérieuses estime à plus de 9 millions le nombre d'individus déportés à travers le Sahara auxquels il faut ajouter 8 autres millions de personnes déportées en Afrique de l'Est (Mer Rouge et Océan Indien) soit un total de 17 millions d'individus. C'est tout aussi horrible que les 13 millions déportés outre-Atlantique entre 1451 et 1870, mais on n'en parle pas !

    On peut éventuellement concevoir que l’histoire puisse être parfois "arrangée" et utilisée comme une sorte de récit fondateur et que l’on en face alors un usage similaire aux légendes antiques qui expliquaient la fondation d’une ville par quelques actes héroïques de personnages mythiques. Si l’idée est de créer un récit commun qui servira de base à l’élaboration d’un contrat social, la création d’une réalité imaginaire comme une nation, pourquoi pas ? Les êtres humains ne se nourrissent-ils pas autant d’histoires que de pain ! L’histoire avec un grand H leur permet de s’imaginer être les acteurs d’une épopée qui les dépasse.

    Mais qu’en est-il vraiment ? Utilise-t-on vraiment l'histoire dans cet esprit ? La plupart du temps, l’histoire se met au service de l’élite dirigeante. Il n’y a que peu de temps que des historiens comme Howard Zinn aux USA ou Gérard Noiriel en France, ont entrepris d’écrire une histoire du côté populaire.


    Retenons qu'au-delà de l’aspect politique, un récit historique est tout d’abord une construction intellectuelle, comme nous l’avons esquissé plus haut. C’est la principale raison pour laquelle il ne peut en aucun cas devenir une vérité. Je parle à présent de vérité au sens de dogme ou de révélation. Laissons de bon cœur le concept de vérité aux religions qui ont l’antique expérience de l’arranger avec art. N’oublions pas non plus que le sophiste Protagoras allait jusqu’à affirmer qu’il n’y avait pas de vérité, mais que des opinions ! 


Des méchants et des gentils ?

    Il existe également deux autres écueils, qui tels Charybde et Scylla, risquent de nous perdre. Au risque de vous choquer, je songe aux concepts de bien et de mal. Je pense qu'il est préférable en histoire d'éviter de juger en bien et en mal et de dire de quelqu’un qu’il fut mauvais ou méchant. Il s’agit là de jugements de valeurs et un jugement de valeur n’aide pas à penser, ni par la même à comprendre le soi-disant "méchant". Un jugement de valeur ne sert qu’à entretenir une croyance, comme par exemple de croire que les méchants seront punis et que les gentils seront récompensés (en général après leur mort).

    Ce que l’on désigne généralement sous le qualificatif de méchanceté, n’est rien d’autre que de l’agressivité. Mais scientifiquement parlant, les spécialistes de la biologie du comportement vous expliqueront que l’agressivité résulte toujours d’un stress. C’est un comportement hérité de notre évolution et c’est grâce à cette agressivité que nos ancêtres ont pu faire face à des prédateurs très agressifs (et non pas méchants). Cette agressivité peut être générée par un stress passager, comme la faim. Elle peut aussi trouver son origine dans des stress résultant de traumatismes oubliés (salut les psys). Mais cette agressivité peut également naître de stress subis quotidiennement, causés par des modes de vies aliénants, ou par des système politiques oppressants (totalitaires).

Exemple 1 : La faim rend "méchant" (agressif)

    Peut-être aurez-vous remarqué que lorsque j’évoque les émeutes populaires de 1789, je ne manque jamais de rappeler combien la faim tenaillait au ventre les émeutiers. Si l’on vous prive de manger, vous et votre famille, plusieurs jours de suite, je parie que vous deviendrez vraiment très méchants envers ceux que vous penserez responsables de votre malheur !

Exemple 2 : La société peut rendre "méchant" (agressif)

    L’environnement social peut lui aussi générer de l’agressivité. N’oublions pas cette phrase écrite par Babeuf dans un courrier à son épouse le 22 juillet 1789, après avoir assisté au massacre de Foulon et Berthier : « Les supplices de tout genre, l’écartèlement, la torture, la roue, les bûchers, les gibets, les bourreaux multipliés partout nous ont fait de si mauvaises mœurs ! Les maîtres, au lieu de nous policer, nous ont rendus barbares, parce qu’ils le sont eux-mêmes. Ils récoltent et récolteront ce qu’ils ont semé. »

Lire mon article "De la violence de la tempête révolutionnaire"


La biologie du comportement.    

    Dans ses études sur le fonctionnement du cerveau et plus particulièrement dans celles relatives à la biologie du comportement, le chercheur français Henri Laborit a expliqué clairement dans les années 80 et 90 l’origine de ladite agressivité. Il a démontré que face à un stress, nous n’avions d’autres réponses comportementales que le combat ou la fuite et que dans nos sociétés policées, ces solutions nous étaient devenues interdites, ce qui générait nombre de troubles comportementaux et de maladies. Au cours de l’une de ses expériences devenues célèbres, il avait infligé des décharges électriques toute une journée à un couple de rats qu’une grille séparait l’un de l’autre ; à la fin de la journée la grille avait été retirée et les deux rats s’étaient soudain jetés l’un sur l’autre pour se combattre. Nombre de couples qui se disputent pour des broutilles en rentrant le soir chez eux après une stressante journée de travail, ne font que reproduire le comportement du malheureux couple de rats. Toute une journée durant, les deux individus ont subi des stress auxquels ils n’ont pu répondre ni par le combat, ni par la fuite. On ne peut pas frapper son ou sa chef de service, ni s’enfuir lorsqu’il ou elle nous surcharge de travail. Le stress s’accumule toute la journée et ne trouve pour se décharger que notre compagnon de cage lorsque nous rentrons chez nous le soir. (Combien de scène de ménages pourraient être se désamorcer si chacun des antagonistes savait cela ?). Je vous conseille la lecture instructive mais dérangeante de son excellent "Eloge de la fuite".

Vous y découvrirez l'inutilité de la révolte...


    Quand une personne manifeste un comportement agressif, il peut être instructif de se demander d’où vient son stress. Epictète, dans son fameux manuel, dit que si quelqu’un pense du mal de toi et cherche à te nuire, c’est juste parce qu’il se trompe sur l’idée qu’il se fait de toi. Il explique aussi ailleurs dans son manuel, que chacun de nous dispose d’une anse par laquelle on peut le saisir. Il suffit souvent de fournir un petit effort pour désamorcer la bombe de stress qui se trouve devant nous.

    Quelqu’un qui agit mal est souvent quelqu’un qui se trompe sur ce qu’il croit être bon pour lui. L’être humain est ainsi fait, qu’il agit prioritairement pour lui-même et "normalement" pour sa progéniture, (loi de l’évolution oblige). Même si en apparence il agit d’une manière altruiste pour le bien commun, ce sera parce qu’il aura compris que l’intérêt commun conditionne son propre bonheur. Là, vous êtes en droit de me dire que j’exagère et de me rétorquer que l’empathie existe réellement. L’empathie, c’est-à-dire la capacité de se mettre à la place de l’autre et de partager ses émotions, existe effectivement, et ce, aussi bien chez les animaux de l’espèce humaine que ceux d’autres espèces. Mais je vais probablement vous faire un peu de peine en vous répondant, (d’un point de vue évolutionniste bien sûr), que si ce comportement altruiste est apparu, c’est parce qu’il était profitable à l’espèce, c’est-à-dire à la préservation du groupe. Ce n’est ni bien ni mal, c’est un comportement utile dans nombre de situations, principalement en société. En résumé, penser en termes de bien et de mal, n’est pas efficace. Cela ne sert qu’à entretenir des schémas simplistes qui font peut-être le bonheur des religions, mais qui ne nous font pas progresser, ni surtout comprendre le pourquoi de nos agissements.

    Tout cela pour vous dire que j’essaie en général d'éviter de tomber dans l’erreur consistant à faire endosser le costume du gentil ou du méchant, du traitre ou du héro à tel ou tel personnage historique (pas tous bien sûr, car il y a parfois de vrais psychopathes !).  Les adorateurs de tel ou tel acteur de la Révolution, aiment avant tout l’idée qu’ils se font de celui-ci et ce qu’ils reconnaissent d’eux-mêmes en lui (ou elle). Les haines répondent également à cette logique. Marat constitue un bon exemple avec les réactions extrêmes qu’il suscite. Rassurez-vous je ne vous parlerai pas de ce bouillonnant suisse aujourd’hui. De plus, j’avoue que plus je le lis et plus il me fatigue. Mais si vous avez bien compris l’idée générale de ce texte, vous aurez deviné que ma lassitude résulte de ce que je suis et non pas de ce qu’il était.


Et le sens de l’histoire dans tout ça ?

    Le propre de l’esprit humain, c’est de vouloir donner des explications et du sens à ce qu’il perçoit du monde, (sachant qu’il ne perçoit de ce monde complexe que ce que ses sens limités lui laissent entrevoir et que les capacités de traitement de son cerveau sont limitées). Ça aussi c’est un héritage de notre évolution. Cette attitude nous incite à imaginer sans cesse des enchaînements de causes et d’effets entre des événements. Le raisonnement déductif peut être fort efficace dans le cadre d’une expérience scientifique, ou d’une enquête policière. Mais cette obsession que nous avons de vouloir relier des faits, trouver des causes, donner un sens à toute chose, est aussi une source d’égarement. Songer à se mettre à l’abri quand les nuages s’amoncellent, parce que l’on se souvient d’avoir pris une rincée le jour où on ne l’a pas fait, c’est bien. Mais avoir peur lorsque l’on voit un chat noir parce que la dernière fois qu’on en a vu un, on a glissé par terre, c’est idiot.  Cette obsession que nous avons de vouloir donner une explication à tout, peut conduire en histoire à broder de jolies fables, voire même à échafauder de subtiles théories de complots. (La veille du fameux jour, on a vu untel parler à untel, si, alors, donc !)

    Vous l’avez peut-être deviné à la lecture de certains de mes articles, j’ai un peu de mal avec les théories de complots (Voir les articles du 20 juillet 1789 et du 13 octobre 1789) et . Lorsque je regarde les événements de plus près, je ne vois la plupart du temps qu’un formidable chaos dans lequel des individus ou des foules sont jetés au hasard. J’ai souvent l’impression que les personnages ne maîtrisent pas grand-chose et qu’ils improvisent au gré des événements. Certains allant même jusqu’à s’inventer un rôle une fois les événements passés, pour donner un sens à ce qu’ils ont vécu. Toujours cette obsession de donner du sens !


Une citation pour réfléchir.

Je souhaite vous citer cette phrase de Henri Laborit, que j'ai évoqué plus haut :

"Tant qu’on n’aura pas diffusé très largement à travers les Hommes de cette planète la façon dont fonctionne leur cerveau, la façon dont ils l’utilisent, tant qu’on n’aura pas dit que, jusqu’ici, c’est toujours pour DOMINER les autres, il y a peu de chance qu’il y ait quelque chose qui change."

   Je vais en décevoir beaucoup, mais je pense que toutes les révolutions seront condamnées à l'échec, tant que tous les révolutionnaires n'auront pas compris cela. Beaucoup trop sont tombés dans ce piège de bâtir des systèmes faits pour des hommes tels qu'ils auraient voulu qu'ils soient et non pas tels qu'ils étaient.

    Je vais même vous inquiéter en ajoutant que ceux qui nous gouvernent, eux par contre, ont bien appris de toutes les découvertes faites ces dernières décennies sur le cerveau et le comportement humain ; et que de nos jours, l'ingénierie sociale fabrique les personnages conceptuels de leur vivant (avec le storytelling, par exemple). 

    A mon très humble et minuscule niveau, je pense qu'il faudrait se déprendre du pouvoir, plutôt que de le prendre pour devenir tôt ou tard ce contre quoi on a combattu. Mais c'est un autre sujet. J'ai été bien trop bavard !



Conclusion (Ah bon ? Il y en a une ?)

Bah non, il n’y a pas de conclusion, parce que "Rien n’est définitivement écrit".

(Surtout dans mon cas, puisqu'il me faut attendre 3 mois avant de voir enfin mes fautes d'orthographe) 😉


PS : Franchement, merci et bravo si vous avez tout lu. J'espère, en toute modestie, vous avoir donné à réfléchir.





jeudi 4 février 2021

4 Février 1794 : La Convention nationale décide d'abolir l'esclavage.

 


Nota : Certains articles, comme celui-ci, bouleversent un peu la chronologie que je me suis fixée dans la réalisation de ce site. Mais je n'allais pas attendre 5 ans pour évoquer cette date mémorable !

    Un courant abolitionniste existait déjà au sein de l'Assemblée nationale constituante de 1789, mené par l'Abbé Grégoire et soutenu par quelques personnalités, dont Robespierre. "Périssent les colonies plutôt qu’un principe ! " avait proclamé celui-ci le 13 mai 1791, dans un discours défendant la citoyenneté des gens de couleur et luttant contre la constitutionnalisation de l’esclavage.

    Hélas, ces quelques abolitionnistes se heurtaient au lobby des colons. (15 % des députés de l’Assemblée nationale avaient des propriétés dans les colonies et un nombre encore plus grand avait des intérêts dans le commerce colonial).

    Mais en 1794, la situation avait changé. La France était en guerre. Les colonies échappaient au contrôle de l'Assemblée du fait du péril anglais sur l'océan. Saint-Domingue avait déjà aboli l'esclavage le 29 août 1793, mais la nouvelle n'était parvenue à Paris qu'en octobre. Ceux qui jusque-là s'étaient opposés à l'abolition de l’esclavage, virent là un moyen de mobiliser les populations des îles contre les Anglais qui envahissaient les colonies. Danton déclara même à cette occasion « Maintenant l’Angleterre est perdue ».

    Quoi qu'il en soit, la convention nationale (Montagnarde) s'est honorée en abolissant ce crime contre l'humanité.

    Malheureusement, un certain Napoléon 1er rétablira l'esclavage en 1802 !

Source : https://www2.assemblee-nationale.fr/14/evenements/2016/abolition-de-l-esclavage-1794-et-1848/1794-la-premiere-abolition

Cet article sera repris, complété et développé lorsque la chronologie du site arrivera à cette date.

En attendant je vous conseille de lire cette excellente analyse de l'historienne Florence Gauthier : "La Révolution abolit l'esclavage".









jeudi 31 décembre 2020

31 Décembre 1789 - Un réveillon chez Ramponneau ?

 


    Je souhaite vous présenter ce soir un autre aspect de Paris au XVIIIe siècle et de ses habitants. Je ne vous parlerai donc pas du Paris des palais, Tuileries, Louvres ou Luxembourg ; ni du Paris des beaux Hôtels particuliers, pas plus que de celui des ruelles sombres et puantes. De plus, je vais prendre pour guide un homme différent de ceux évoqués habituellement. Il ne s’agira pas d’un personnage rendu célèbre par de beaux discours à l’Assemblée nationale, ou par de sanglantes batailles remportées sur l’ennemi. Pourtant, 218 ans après sa mort en 1802, une rue de Paris porte toujours son nom. Il s’agit du cabaretier Jean Ramponneau. Mais bien sûr, comme j’aime à le faire, vous n’échapperez pas à quelques digressions, avant que nous n’arrivions ensemble dans sa taverne, ou plutôt sa guinguette.


L’Esprit français

Le facétieux Voltaire
    Voltaire écrivit un jour, le 2 août 1761 pour être précis :

« Je m’imagine toujours, quand il arrive quelque grand désastre, que les Français seront sérieux pendant six semaines. Je n’ai pu encore me corriger de cette idée. »

    Le grand homme avait raison, mais lui-même était empreint de cet esprit léger si français, et malgré le sérieux de ses engagements, on sourit souvent en le lisant et on rit même parfois aux éclats. 

    Dans de nombreux écrits du XVIIIe siècle, on retrouve cette légèreté de caractère et cette bonne humeur propre aux français de l’époque. 

    Je vous conseille la lecture du merveilleux livre de l'Irlandais Laurence Sterne, intitulé "Voyage sentimental en France". Découvrir la France et surtout les français au travers de ses yeux est un véritable enchantement. Ce qui est étonnant également dans cet ouvrage, c'est de voir un sujet Britannique se promener librement en France, en pleine guerre de sept ans entre nos deux pays. En ce temps là les guerres se faisaient encore prioritairement entre militaires.

Les Français vus par Laurence Sterne
Page 297 du tirage de 1841 du Voyage sentimental en France


    Les temps étaient pourtant rudes, nous en avons déjà parlé. Le pain manquait souvent, la misère était omniprésente, les hivers étaient terribles, mais malgré cela, à tous les niveaux de la société, les Français gardaient le goût des chansons, des poèmes et des farces. Ils étaient également très friands de toutes les formes de fêtes et spectacles, foires, théâtres, etc.

    Je vous recommande au passage la lecture de cet ouvrage traitant de la gaieté française au XVIIIe siècle (Cliquez sur l'image ci-dessous).

Un mot sur le théâtre.

    Au XVIIIe siècle, les gens adoraient le théâtre. Mais la censure royale voyait cet engouement d'un très mauvais œil, et ce, à un tel point, qu'en 1719 les pièces dialoguées données dans les foires furent interdites ! Les forains usèrent alors de ruses pour continuer à faire vivre ce théâtre populaire ; en jouant des pantomimes, ou des saynètes avec les dialogues écrits sur des pancartes ! Ils donnaient également des spectacles de marionnettes.     N'oublions pas non-plus que l'Eglise interdisait aux acteurs de communier, d’être parrains ou marraines d’un enfant, parfois même de se marier, mais aussi et surtout, ce qui était pire que tout à une époque où tout le monde était croyant, de recevoir des funérailles et une sépulture chrétienne à leur mort !

1786 - Théâtre de la Foire Saint-Laurent

    La loi du 19 Janvier 1791 mis fin au privilège royal attribué exclusivement à l’Opéra et à la Comédie française. La Révolution permit ainsi l’ouverture de nombreuses nouvelles salles à Paris. On pouvait enfin jouer "tout et partout", comme l’avaient demandé les signataires de la pétition déposée à l’Assemblée nationale le 24 Août 1790, parmi lesquels figurait Beaumarchais. Plus de 20 théâtres ne suffisaient pas à satisfaire la curiosité du public. La période révolutionnaire sera également la grande époque du Vaudeville. En 1793, au "plus fort" de la Révolution, pas moins de 40 pièces de ce genre nouveau seront représentées ! Cette grande liberté du théâtre prendra fin peu de temps après la révolution par décret, le 8 juin 1806 (Pas de commentaire, j’ai des amis fans de « qui vous savez »). 😉

(Vous comprendrez plus loin dans l'article pourquoi je me suis attardé sur le Théâtre.)


La Révolution n'a pas révolutionné le quotidien.

    Ne voyez pas la période révolutionnaire comme un chaos permanent d’émeutes diverses et variées ! La plupart des événements furent menés bien souvent par des minorités, des minorités bruyantes et souvent violentes, mais des minorités quand même. Une foule n’est pas un peuple ! De tous les partis présents pendant la Révolution, ne sous-estimons pas le parti des indifférents, le plus important en nombre, et ce, à toutes les époques, y compris la nôtre.


Le guinguet et les guinguettes.

    Je viens de vous parler du succès des théâtres. Mais bien sûr, tout le monde n’avait pas les moyens de fréquenter ces salles parisiennes. Il y avait fort heureusement des plaisirs plus simples et surtout peu couteux. En effet, se distraire ne nécessite pas forcément de grands moyens, si l’on a vraiment le goût de la fête et surtout s’il n’est pas dénaturé par celui du luxe. Nul besoin de tables surchargées de victuailles ni de spectacles sophistiqués et onéreux ! 

    Regardez ci-dessous cette gouache de Lesueur représentant une famille « allant à la guinguêtte » (Oui, désolé, il y a un accent circonflexe en vadrouille). Ils n’emportent avec eux que du pain et quelques légumes. La fête naitra naturellement de la bonne compagnie, des chansons, des danses et d’un peu de vin.

 


    On boira bien sûr du vin de Paris, ou plutôt du vin de Belleville, puisque c’est précisément le vin provenant des vignes de Belleville, un vin jeune et légèrement pétillant, appelé le « Guinguet », qui avait donné son nom aux guinguettes, (Un nom qu’il tenait peut-être des gigues, ces instruments de musique de la famille des vièles, qui servaient depuis le moyen-âge à faire danser le peuple et qui a aussi donné son nom à la dance appelée la gigue). 

Un vin fait pour danser !

Les vignes de Belleville


    Pour accéder à la colline de Belleville, il fallait sortir de Paris par la porte du Temple, traverser le Faubourg du Temple, puis celui de la Courtille. (J’ai habité dans ma jeunesse, tout en haut de la rue de Belleville, près de la station de métro « Télégraphe », nom qui lui a été attribué en mémoire du télégraphe de Chappes installé sous la Révolution à cet endroit visible de tout Paris).

    Reportez-vous aux plans reproduits un peu plus loin dans l’article et regardez tous ces jardins au Nord de Paris. Il s’agit des faubourgs. D’Est en Ouest, voici Saint-Antoine, Pincourt, Courtille, Temple, Saint-Martin, Saint-Denis, Nouvelle France, Mont-Martre, Porcheron, Petite et grande Pologne, Roule, etc.

Regardez également le beau plan de Bretez.

Lien vers le plan zoomable et complet : Plan de Bretez, dit de Turgot

Les faubourgs de Paris

    Le voici cet autre Paris dont je souhaitais vous parler. Il s’agit du Paris des Faubourgs et d’au-delà des barrières !  Regardez les plans de Paris au XVIIIe siècle et vous découvrirez une vaste étendue de jardins, vergers et vignes recouvrant l’étendue de ces faubourgs. 

    On nous répète sans cesse que les rues de Paris au XVIIIe siècle étaient puantes. Mais c’est oublier d’une part le vent océanique balayant régulièrement la ville et d’autre part l’immédiate proximité de tous ces jardins des faubourgs et de la campagne environnante ! Jardins d'ailleurs fertilisés par les "boues" collectées à Paris, par les éboueurs.

    Ces barrières étaient les 54 octrois (péages) percés dans les 24 km du mur encerclant Paris. A chacune de ces portes, les fermiers généraux percevaient une taxe sur toute marchandise pénétrant dans Paris. Souvenons-nous que durant la nuit précédant la prise de la Bastille, 40 de ces octrois détestés par les Parisiens avaient été incendiés. (Lire l’article relatif à la nuit du 13 au 14 juillet 1789). Au-delà de ces barrières, les produits, pas encore taxés par les Fermiers généraux, coûtaient donc moins cher. Raison pour laquelle, certains eurent la judicieuse idée d’y installer des petits commerces, et surtout des cabarets, gargotes et guinguettes !

 

Mépris de classe.

    Un petit mot au passage sur les gargotes. J’ai eu la surprise de découvrir dans leur définition sur le dictionnaire en ligne du CNRS, deux citations les concernant, de Balzac et de Zola. Voici celle de Balzac, (celle de Zola est du même acabit) :

« La forte et nauséabonde odeur de vin et de mangeaille qui vous saisit à Paris, en passant devant les gargotes de faubourgs. »
(Balzac, Paysans,1844, p. 45)

    C’est un fait bien connu depuis longtemps, les pauvres ont pour habitude de manger de la nourriture de mauvaise qualité, de même, ils s’enivrent de mauvaise vinasse. Je vous rédigerai bientôt un article sur les regrattiers ou vendeurs d’arlequins, qui vous éclairera sur ce sujet (et qui par la même vous fera enfin comprendre la théorie économique dite, du ruissellement). A savoir également, que les pauvres s’habillent très mal. Certains prétendent néanmoins que cela résulterait plutôt de critères économiques que de choix gustatifs. Passons et revenons aux guinguettes et à Ramponneau !

 

Allons chez Ramponneau !

    Imaginons cette promenade ensemble ! Nous sommes le 31 Décembre 1789. L’hiver est un peu moins rude que l’an dernier (la Seine avait été prise par les glaces). Nous décidons d’aller nous promener entre amis. 

    Quittons Paris et cheminons ensemble vers la colline de Belleville que nous apercevons au loin, au sommet de laquelle trônent fièrement deux moulins. Nous sortons de la capitale par la Porte du Temple, nous traversons le Faubourg du Temple en empruntant la rue du même nom, qui nous mène au quartier de la Courtille. Il se dit depuis quelques jours, que Bailly, le Maire de Paris, voudrait faire interdire la traditionnelle « Descente de la Courtille » qui a lieu chaque année durant le Carnaval. Le petit peuple de Paris va être déçu, lui qui n’a déjà pas apprécié la promulgation de la loi martiale le 22 octobre dernier. Sacrés bourgeois que le peuple effraie tant ! (Bailly interdira effectivement le Carnaval le 31 Janvier 1790).

    Nous voici arrivés au niveau du numéro 36 de la rue du Faubourg du Temple, à l’angle du Chemin de Saint-Denis, appelé également rue de Saint-Maur. Nous tournons à droite et après encore quelques pas, nous arrivons enfin, un peu essoufflés (ça montait bien !) à l’angle de la rue de l’Orillon, devant l’entrée du cabaret dénommé le « Tambour royal », tenu par le célèbre Jean Ramponneau !

    Si nous avions continué de remonter la rue de l’Orillon, (appelée aussi selon les époques et les plans rue de l’Oreillon, rue de Riom, ruelle d'Arion, rue des Moulins et de rue des Cavées), nous serions arrivés à la Barrière d’Arion qui deviendra plus tard la Barrière Ramponneau (avant de disparaître). Cette ultime barrière d’Arion se situe en face des carrières de plâtre, en dessous des deux moulins que nous apercevions tout à l’heure en quittant Paris. On les appelait à l’époque les moulins de Savy. Ils avaient été construits un siècle plus tôt, l'un entre 1683 et 1684, l'autre entre 1684 et 1698.

    La vue ci-dessous vous montre le chemin que nous avons suivi, vu depuis l’arrière de ces deux moulins.

Vue panoramique de Paris depuis Belleville en 1736, dessinée par Philippe-Nicolas Milcent


    Voici un détail de cette gravure sur lequel on devine des gens attablés sous les arbres et d'autres qui dansent sur le chemin.



Paris et ses faubourgs, au fil du temps.

    Je sais que vous aimez bien cela, alors une fois de plus, j'ai étudié pour vous les plans de Paris à travers les âges, afin de vous permettre de mieux imaginer la colline de Belleville et le quartier de la Courtille. L'emplacement de la guinguette de Ramponneau, est signalé par une bouteille rouge !
    Cliquez sur les images pour les agrandir. Des liens sous celles-ci vous donne accès aux cartes complètes.

Voici le Paris de 1760.

 


Lien vers le plan complet : Paris en 1760.


Voici le Paris de 1797.

 


Lien vers le plan complet : Paris en 1797.


Et voici le Paris de 2020 !

 





Entrons chez Ramponneau ! (Enfin ! 😉)

    Nous avons suffisamment marché et de toute façon, nous sommes arrivés à destination. Nous franchissons donc gaiement le seuil du fameux « Tambour royal ». Nous jetons un œil sur la grande salle remplie de joyeux clients et nous remarquons au passage les amusantes peintures murales. Sur l’une d’elles, Ramponneau s’est fait représenter en Bacchus (le dieu romain du vin), chevauchant un tonneau, avec cette devise éloquente « Monoye fait tout » (l’argent fait tout) et ces vers :

"Voyez la France accourir au tonneau

Qui sert de trône à Monsieur Ramponneau"

    Jean Ramponneau nous a aperçus. Il vient nous accueillir en personne et il nous offre une tournée de son vin blanc qui l’a rendu célèbre. Mais plutôt que le vin, c’est le prix auquel il le vend qui a fait son succès. En effet, Ramponneau a décidé de le vendre toujours 1 sou en-dessous du prix de ses concurrents.

    Louis-Sébastien Mercier, dans son "Tableau de Paris", en témoigne ainsi : 

« Tel est le fameux nom de Ramponeau, plus connu mille fois de la multitude que celui de Voltaire et de Buffon. Il a mérité de devenir célèbre aux yeux du peuple, et le peuple n'est jamais ingrat. Il abreuvait la populace altérée de tous les faubourgs, à trois sous et demi la pinte : modération étonnante dans un cabaretier, et qu'on n'avait point encore vue jusqu'alors ! »

    Trois sous et demi la pinte, ce n’est pas trop cher en effet, surtout qu’une peinte faisait 93 centilitres, presqu’un litre ! Je vous rappelle que le 14 juillet dernier, le prix d’un pain permettant de nourrir une petite famille avait atteint le prix de 14 sous et demi, alors que le salaire d’un journalier parisien n’était que de 15 à 20 sous ! 

    Nous remarquons cependant sur le tonneau derrière lequel se tient Ramponneau, qu’il est écrit "quatre sous". Nous allons devoir lui en parler ! Voir l’estampe ci-dessous (imprimée chez Basset, bien sûr).



Les richesses du Nivernais

    Les tonneaux et le vin, Ramponneau, ça le connait ! Avant de venir tenter sa chance à Paris vers 1740, le bonhomme né en 1724 vivait dans une région vinicole, le Nivernais, et son père était même un fabriquant de tonneaux. La province du Nivernais, située à environ 160 km à vol d’oiseau au sud de Paris, est devenue par la suite le département de la Nièvre. C’est dans le Nivernais, à Decize, que naitra Saint-Just en 1767 dont nous parlerons en temps voulu.

    Vivant aujourd’hui juste à côté de Pouilly sur Loire, je peux vous assurer, preuves à l’appui, si vous venez me rendre visite, que la Nièvre produit toujours d’excellents vins ! La Nièvre, outre son vin, était également riche de belles forêts, dont celle du Morvan. Elle envoyait depuis Clamecy vers Paris de grandes quantités de bois via la rivière Yonne qui se jette dans la Seine à Montereau-Fault-Yonne. Gageons que Ramponneau devait parfois vendre du vin de son pays natal, transporté peut-être dans les tonneaux de son papa, jusqu’à Paris !

 

Le département de la Nièvre, carte de 1852

Ramponneau, un homme heureux ?

    Le Tambour royal de Ramponneau pouvait accueillir jusqu’à 600 personnes et il ne désemplissait pas ! Il n’était pas fréquenté uniquement par des gens du peuples, toutes les classes sociales de Paris venaient s’y amuser. De grandes dames déguisées en soubrettes venaient dit-on s’y encanailler. Ramponneau fera fortune, puisqu’en 1772, il rachètera le "Cabaret de la Grande Pinte", qu’il rebaptisera "Les Porcherons". On a "malheureusement" construit en 1861 à la place de ce cabaret situé au milieu du Faubourg des Porcherons, l’église de la Sainte Trinité. Il laissera le Tambour royal à son fils et s’occupera dorénavant de ce nouveau cabaret.

    Il n’est cependant pas certain, que Ramponneau ait goûté tant que ça des plaisirs de la vie. Ramponneau était un homme pieux, comme tout le monde à l'époque (du moins dans le peuple) et son confesseur était un très austère janséniste. En 1760, ce dernier avait dissuadé Ramponneau d’honorer le contrat qu’il avait signé avec un montreur de marionnettes qui devait se produire dans son cabaret. La raison en était que pour les religieux, tout ce qui était lié au monde du théâtre était voué à l’enfer. Il en résulta un long procès qui passionna le Tout-Paris. Voltaire écrivit même un plaidoyer pour Ramponneau, devenu à cette occasion Genest de Ramponneau.

Le texte se trouve ici : Plaidoyer de Ramponeau

(Vous comprenez mieux à présent mon aparté sur le théâtre en début de l'article)

    Ramponneau eu quand même le bonheur de convoler trois fois en justes noces. Son dernier mariage eu lieu l’année de ses 70 ans...

 

Conclusion

    Cette année 1789 a été bien agitée. Tout le monde ne parle que de cela, ce soir chez Ramponneau.

    Au fond de la salle, des citoyennes s’esclaffent haut et fort autour d’une grande tablée. Il s'agit de quelques-unes des Dames de la Halle qui sont venues ce matin, en milieu de séance à l’Assemblée nationale, "présenter, au renouvellement de l’année, les témoignages de leurs respects et de leur reconnaissance, aux représentants de la Nation". « Vos noms », leurs ont-elles dits, « sont à jamais immortels par les bienfaits que nous avons reçus de vous : en apprenant à nos enfants à les prononcer avec amour, nous leur dirons, ce sont les noms de vos pères. »

Extrait du Journal de Paris,
en date du 1er Janvier 1790


    A la table à côté de nous, un citoyen plutôt bien mis de sa personne, parle avec émotion d’une pièce qui sera joué à partir de demain 1er Janvier 1790, au théâtre de la Nation. Il s’agit d’une comédie en un acte, intitulée « Réveil d’Epiménide », ou « Les Etrennes de la Nation ». Il semble être un ami de l’auteur, un certain Monsieur de Flins. Il explique à ses compagnons de table, un verre à la main, que cette pièce se termine par des couplets qui l’ont ému. Ils contiennent, précise-t-il les yeux embués de larmes, « une idée qu’il serait grand temps d’adopter enfin pour jouir du bonheur que nous avons conquis cette année et mérité ». Il les cite de mémoire :

J’aime la vertu guerrière

De nos braves Défenseurs ;

Mais d’un Peuple sanguinaire,

Je déteste les fureurs ;

A l’Europe, redoutables,

Soyons libres à jamais ;

Mais soyons toujours aimables,

Et gardons l’esprit Français.

 
Extrait du Journal de Paris,
en date du 2 Janvier 1790

    Ne vous y trompez pas. Lorsque j'évoque l'esprit français, il ne s'agit pas d'une forme de chauvinisme. Ce n'est pas un esprit supérieur aux autres, c'est un esprit plus léger, qui doit cette légèreté au plaisir de vivre. 
    Tout est fait de nos jour pour nous faire perdre cette insouciance de vivre. Mais si, comme Jacques le Fataliste, vous prenez le temps de réfléchir un peu, en vous étendant par exemple un instant dans un pré et en regardant les nuages passer (attendez qu'il fasse beau), vous réaliserez que la plupart des problèmes dont on vous rebat les oreilles, ne sont pas les vôtres ! Alors écoutez de la musique, chantez, souriez, et le bonheur reviendra de lui-même.

    Je vous souhaite d'avoir cet esprit français et de le conserver longtemps encore, et ce, quel que soit votre pays d'origine (Puisque, comme on disait en 1793, pour être Français, il suffit d'aimer la liberté).

Je vous souhaite également un bon réveillon une belle année nouvelle !