samedi 28 août 2021

Destin historique d'une chanson de poissarde



Chanson "poissarde"

    Au XVIIIème siècle certains airs de musique devenus très populaires pouvaient servir à plusieurs chansons aux paroles fort différentes. C'est le cas de cet air que je vous présente aujourd'hui pour inaugurer ma nouvelle rubrique sur la Musique sous la Révolution.

    Vous allez commencer par découvrir cette chanson "poissarde", populaire sous les règnes de Louis XV et Louis XVI. Poissarde parce que probablement chantée du côté des Halles de Paris par des poissonnières réputées pour leur langage cru, les "Poissardes". 


    Elle s'intitule :"Dans la rue Chiffonnière"

    Attention, les paroles sont explicites, comme on dit aujourd'hui. Mais vous allez voir ensuite quel glorieux destin elle va avoir !


Je pense que vous avez bien mémorisé l'air. Ce genre de refrain se retient facilement !


Chanson révolutionnaire !

    Les paroles changent mais l'air de musique reste le même ! La voici devenue une chanson guerrière ! "On va leur percer le flanc", elle sera chantée de bon cœur par les soldats des armées révolutionnaires. Attention, l'intro dure plus d'une minute !




Chanson guerrière sous l'Empire ! (Les paroles ont changé)

    Cette chanson fut bien sûr adoptée ensuite par les troupes de l'Empire, puisque la plupart était issues des armées révolutionnaires. Elle fut très prisée entre autres par la garde consulaire puis impériale.

    Dans l'extrait suivant du film "Austerlitz" d'Abel Gance (1960) elle est entonnée par la vieille garde qui se lance sans ordres dans la bataille (2 Décembre 1805). Les plus vieux d'entre nous reconnaîtrons le grand acteur Michel Simon.




Quelle étrange destinée pour une chanson de "poissarde" ne trouvez-vous pas ?


Voici les paroles de la version "Empire" :

On va leur percer le flanc !
ran tan plan tire lire lan plan

On va leur percer le flanc !
ran tan plan tire lire lan plan

ah c’que nous allons rire
ran plan tire lire

On va leur percer le flanc !
ran tan plan tire lire lan plan

On va leur percer le flanc !
ran tan plan tire lire lan plan

le p’tit tondu s’ra content ? (bis)
ran tan plan tire lire lan plan

ça lui f’ra bien plaisir
ran plan tire lire

le p’tit tondu s’ra content ? (bis)
ran tan plan tire lire lan plan

Et car c’est de c’la que dépend . (bis)
ran tan plan tire lire lan plan

le salut de l’empire
ran tan tire lire

on va leur percer le flanc (bis)
ran tan plan tire lire lan plan

couplet subversif

pour lui plaire il faut du sang (bis)
ran tan plan tire lire lan plan

ah c’que nous allons rire
ran tan tire lire

pour lui plaire il faut du sang (bis)
ran tan plan tire lire lan plan




    Comme je sais que des Napoléoniens me font l'honneur de suivre avec bienveillance ma chronique sur la Révolution. Je leur offre ci-dessous les minutes mémorables du chef d'œuvre d'Abel Ganse sur la bataille d'Austerlitz (en 2 parties).






lundi 23 août 2021

Médaille en étain célébrant les Etats Généraux de 1789


    Voici une jolie médaille en étain extraite de ma petite collection personnelle. Elle date de 1789 et elle célèbre les Etats Généraux dont les Français attendaient tant de réformes et de bienfaits ! 

    Elle a dû être portée puisqu'elle est percée d'un petit trou à côté de la fleur de lys de la couronne.


Sur l'avers, (ci-dessus) :

    On voit un paysan portant sur son dos le fardeau des armoiries royales des Bourbons (le poids de la monarchie). A ses pieds on devine une ruche et une bèche. Sur sa gauche, un noble, sur sa droite en religieux.


Sur le revers, (ci-dessous ) :

On peut lire :

Sur le pourtour :

LES ESTA Gx TENU A V SOUS LOUIS 16 L ANNEE 1789

Au centre :

LA FRANCE

FIGURE SOUS

UN GLOBE EST

SOUTENU DU PEU

PLE LES DEUX OR

AIDE AU PREMIE

LA RUCHE FONT

LES ORDRES

REUNIS





mardi 17 août 2021

L'historienne Aurore Chéry explique la pénurie de farine en 1789 et la raison de l'Algérie comme origine du blé.

Grande première sur https://www.revolutionfrancaise.website/ une historienne de renom, Aurore Chéry, nous rédige un billet concernant un problème que j'ai souvent évoqué sur ce blog, celui du pain.

(Et je vous garantis quelques surprises)

Présentation d'Aurore Chéry

    Aurore Chéry est docteure en histoire moderne et chercheuse associée au LARHRA. Elle a consacré sa thèse de doctorat à l’image de Louis XV et Louis XVI et elle travaille actuellement sur la représentation du pouvoir dans l’Europe du XVIIIe siècle.  

Elle est l’autrice de : 

  • Les Historiens de garde. De Lorànt Deutsch à Patrick Buisson, la résurgence du roman national, avec William Blanc et Christophe Naudin, Libertalia, 2016. 

    
    En plus de la lecture de ces deux excellents livres ("Les historiens de garde" est un régal et "L'Intriguant" vous étonnera !). Vous pouvez également avoir un aperçu de ses travaux sur les deux sites suivants :


Les rendez-vous de l'histoire.
Séries de conférences organisées par la ville de Blois et retransmises sur France Culture.

Cliquez sur l'image
pour accéder au site

A l'occasion des 24ème Rendez-vous de l'Histoire de la Ville de Blois, Aurore Chéry a participé à plusieurs conférences parmi lesquelles :




    Aurore Chéry publie de passionnants articles dans la rubrique "A travers champs" du site hypothèses.org.

    Cette rubrique "A travers champs" sous-titrée "Les nouvelles manières d'être historien au XXIe siècle", est totalement en phase avec ma façon de voir l'étude de l'histoire de nos jour. J'avais d'ailleurs évoqué ces jeunes historiennes et historien que je qualifiais de "2.0" en prenant justement l'exemple d'Aurore Chéry, dans un article du 1er Octobre 2020..

    Mais attention, je vous préviens, vous aurez affaire à du lourd dans ces articles ! Ce n'est pas de l'histoire de contes de fées, façon Stéphan et Lorànt 

 Ces jeunes historiens utilisent les techniques nouvelles de recherches et de comparaisons de documents, De plus, (selon moi) nombre d'entre eux abordent les sujets traités, l'esprit débarrassé des guerres idéologiques du passé. Alors attendez-vous à être dérangés par certains articles !

    J'insérerai dans le texte ci-dessous, qu'Aurore Chéry m'a fait l'honneur de rédiger pour mon modeste site, quelques liens vers ses propres articles qu'il vous faudra absolument lire.



PAIN ET ALGERIE EN 1789

Aurore Chéry, le 12 août 2021


    Pour répondre sur la question du pain, que j'avais évoquée dans mon billet du 8 novembre 2020 LA POLICE DES LUMIÈRES ET LE PAIN, ce qui est intéressant à observer, c'est que toutes les justifications arrivent bien après le 14 juillet. C'est ce que vous notez dans votre billet du 10 novembre 2020. La pénurie de farine et le manque de pain sont-ils organisés?

    Le duc de Liancourt s'exprime sur le sujet devant l'Assemblée le 23 juillet, neuf jours après la prise de la Bastille et alors que tout le royaume s'embrase. Le mal est déjà fait et on annonce enfin que du blé est en cours d'acheminement.

    Si la justification arrive si tardivement, c'est que tout ne s'est pas passé comme prévu pour Louis XVI. Au lendemain de la prise de la Bastille, le roi avait l'intention d'aller à Metz, en laissant penser qu'il avait été enlevé par les aristocrates du parti autrichien (c'est le même plan qu'il reprendra en 1791 et qui échouera à nouveau). 

    Cette situation confuse aurait créé une sorte d'état d'urgence qui aurait enfin exposé les ingérences étrangères, ici autrichiennes, et aurait montré que le roi n'était pas libre. La conséquence qu'il fallait en tirer, c'était qu'il fallait libérer le roi en changeant de régime et en allant vers des républiques inspirées par Sparte, c'est-à-dire égalitaires (sans aristocratie) mais sans éliminer les rois.

    Seulement, Louis XVI n'a pas réussi à aller à Metz. L'aristocratie était menacée par la Grande Peur, mais son rôle vis-à-vis du roi n'avait pas encore été clairement exposé. Elle pouvait donc riposter et le risque c'était qu'elle riposte en rejetant la responsabilité sur le roi en le faisant passer pour fou. 

    Louis XVI a été régulièrement confronté à cette menace depuis le début de son règne, il savait donc à quoi s'en tenir. Or dans l'affaire du 14 juillet, il était facile de démontrer que Louis XVI n'était plus en capacité de gouverner si on montrait qu'il était parfaitement informé du fait que le blé allait manquer et que pourtant, il n'avait rien fait pour réagir.

    Comme je l'ai expliqué dans mon billet du 8 novembre, il était en effet parfaitement informé par la police. Il lui fallait donc se défendre en expliquant qu'il avait essayé de réagir, qu'il avait commandé du blé mais que ce blé n'était tout simplement pas arrivé à temps. Au reste, pour tenter de détourner l'attention, on se met rapidement à accuser des pirates à la solde de l'Angleterre pour ce retard. C'est une méthode dont on a usé et abusé et dont je trouve les traces au moins jusqu'au début de 1793.

    Ce qui montre en outre que Louis XVI n'était pas très soucieux de se débarrasser du problème des disettes, c'est la manière dont il a traîné du pied par rapport à la pomme de terre. 

    J'ai montré notamment que la légende de son soutien enthousiaste à Parmentier avait été montée de toutes pièces par la Restauration. 

Article hélas réservé aux abonnés de Retronews

    Dans les faits, Parmentier lui a présenté un pain de pommes de terre en décembre 1778 et ensuite, il s'est complètement désintéressé de la patate jusqu'en 1789, et ce, bien que Parmentier ait commencé à en planter en 1785. 

Ci-dessous, l'exemplaire recto verso de la Gazette de Paris, du vendredi 18 décembre 1778. Cliquez sur l'image du verso et vous pourrez lire :

"Le pain de pomme de terre qui a été présenté au Roi, & dans lequel il n'entre aucun mélange de grains, est comparable par sa blancheur & sa légèreté au meilleur pain de froment : dans les contrées où la pomme de terre est cultivée en grand & elle peut l'être partout, ce pain ne reviendrait qu'à un sol la livre, & il est possible d'en faire du pain bi, encore plus économique"


    Le mercredi 7 janvier 1789, le sujet de la pomme de terre est de nouveau évoqué dans le Journal de Paris, par la publication d'une lettre de Monsieur Parmentier, adressée aux auteurs du journal et publiée en première page. Dans sa lettre Parmentier explique qu'il est encore possible fabriquer son pain de pommes de terre à partir de tubercules qui ont été abimées par le froid. A la fin de sa lettre, il ajoute que des éclaircissements sur son procédé "paraitront incessamment dans un traité sur la culture & les usages des pommes de terres" qu'il rédige par ordre du Roi.

Cliquez sur les images ci-dessous pour lire son courrier :

(Le citoyen Basset possède un exemplaire de ce journal, quelle chance !)


    Louis XVI n'a donc fait que demander à Parmentier que celui-ci lui rédige un traité sur l'usage des pommes de terre, dix ans après que celui-ci lui ait présenté son pain de pommes de terre. A ce moment-là, le roi savait bien que – et c'est le cas de le dire – ça ne mangeait pas de pain. Ce n'est pas le traité de Parmentier qui allait remettre en cause ses plans révolutionnaires pour 1789. En revanche, ça permettait au roi de se couvrir et de laisser penser qu'il ne voulait surtout pas de disettes.

    Le traité est bien paru en 1789. Je n'ai pas réussi à trouver à quelle période de l'année il était paru, mais s'il n'avait été commandé qu'en janvier, il est probable qu'il est lui aussi paru après le 14 juillet 1789.

    En consultant le traité, en ligne sur le site de la BNF, on constate que seule l'année 1789 y figure ( M DCC XXXIX ).  Mais en 1789, ce traité arrivait bien trop tard !

Note de "Basset" : La signature de conformité à l'original remis, du secrétaire perpétuel Broussonet, en date du 20 février 1789 que l'on peut voir en dernière page, ne constitue aucunement la preuve qu'il fut mis sous presse aussitôt. Quand bien même l'eut il été, il était bien trop tard pour que ce traité destiné au Roi et aux savants de l'Académie d'agriculture, puisse être enfin mis en application par des paysans, et puis, ne l'oublions pas ce dernier détail, le marché du blé était un faiseur de fortunes.


    Pour ce qui est de l'Algérie, je pense que ça peut être intéressant de prendre aussi en considération le contexte international. Il y a des liens très anciens entre la France et l'Empire Ottoman que j'ai essayés de résumer dans un billet. Cliquez sur l'image ci-dessous pour y accéder : 

Le billet d'Aurore Chéry (Recommandé par Basset)

    On a surtout des situations très proches pour le roi et le sultan. En France, le roi se sentait prisonnier de l'aristocratie, dans l'Empire ottoman, le sultan se sentait prisonnier des janissaires, qui étaient devenus l'aristocratie ottomane au fil du temps. 

    Selon les souverains, la situation était plus ou moins bien vécue mais pour ceux qui la vivaient très mal, la seule solution, c'était de renverser le régime. Et Louis XVI s'entendait très bien avec Sélim III, qui était devenu sultan en 1789 et qu'on a même surnommé le « Louis XVI des Turcs ». 

    Les deux étaient des souverains révolutionnaires. Pour l'Empire ottoman, renverser le régime, ça passait par l'éclatement de l'empire. Ça pouvait donc être très intéressant pour eux deux que la France entretienne des relations avec l'Algérie. En y commandant du blé, la France avait une excuse pour y envoyer de l'argent (il fallait bien payer le blé), et aussi pour y envoyer des armes et des hommes armés puisqu'il fallait protéger les cargaisons des pirates. Cet argent et ces armes pouvaient tout aussi bien servir à alimenter la lutte armée sur place et donc à favoriser l'éclatement de l'empire. De ce fait, en expliquant qu'il avait commandé du blé algérien, Louis XVI se couvrait sur deux points : ce n'était pas lui qui était responsable de la révolution en France et il n'avait pas cherché non plus à financer un mouvement révolutionnaire en Algérie puisque l'argent et les armes, c'était pour le blé. Evidemment, la guerre d'indépendance algérienne a été l'héritière de cette longue histoire.


Aurore Chéry




Post Scriptum :

Je vous conseille la lecture de son très dérangeant, mais passionnant livre sur Louis XVI, "L'intriguant"

mardi 27 juillet 2021

Les ponts de Paris au 18ème siècle


    Pas de long article cette fois-ci, 😉 juste quelques gravures et dessins qui vous feront découvrir les ponts de Paris au XVIIIe siècle, et même quelques pompes !


Une joute de marinier devant le Pont au Change (1756)
Remarquez au centre la présence d'une femme participant à la joute.


Le Pont Neuf, (très encombré) vu du côté de la rue Dauphine (1715)


Vue de la pompe de la Samaritaine (1750)


Vue de Paris depuis le Pont Neuf, vers le Pont Royal


Le Pont Neuf et le bâtiment de la Samaritaine, sur la droite. (1777)


Coupe et profil par le milieu du Château de la Samaritaine. (1712)

Plus d'infos sur la pompe de la Samaritaine, ici : https://www.histoires-de-paris.fr/pompe-samaritaine/

Plan d'une roue Hydraulique de 102 pieds de haut, soit 33.15 m

Plus d'infos sur les roues hydrauliques au 18ème siècle, ici : https://journals.openedition.org/ephaistos/5545


Château des Tuileries, vu du côté du Pont Royal.



Construction du Pont Royal en 1686


Vue sur le Louvres et le Pont Neuf, depuis le Pont Royal


Pont Saint-Michel et la rue Neuve Saint-Louis


Pont d'accès à la porte Saint-Bernard


Au loin le Pont Notre Dame, vu depuis le Port au blé.



Le Pont Marie, à gauche (repéré B)



Le Pont Notre Dame, entièrement recouvert de maisons.
On devine au milieu la pompe Notre Dame (repérée 8)
A gauche, un morceau du Pont Landry, un pont en bois
qui sera emporté par la débâcle de glace de 1709.
Il reliait l'île Saint Louis à l'île de la Cité.


A gauche, le Pont Rouge construit en 1717 à l'emplacement de l'ancien Pont Landry.
Lui aussi sera emporté par la crue de 1795.
A droite, le Pont Notre Dame, sur lequel que des maison ont disparu sur sa moitié.
Les autorités ordonnèrent la destruction des maisons sur les Ponts en 1786.
(1760)



La pompe Notre Dame.


Le Pont Rouge au centre et le Pont de la Tournelle, à droite. (1729)



Le Pont Louis XVI, construit sous la Révolution, achevé en 1781,
des pierres de la Bastille furent même utilisée pour sa construction.
C'est l'actuel pont de la Concorde.
Le financement de ce pont sera évoqué à l'Assemblée nationale, le 9 août 1789

.
Porte Saint Bernard (Est de Paris) et Pont de la Tournelle.
En vente à Paris chez Basset !



Vue du Pont Neuf (le plus vieux pont de Paris), depuis la rive droite (Peint par Grenelle)


samedi 15 mai 2021

15 Mai 1790 : Opinion de Robespierre sur le droit de déclarer la guerre et contre la guerre de conquête

 Préambule indispensable.


Je me suis rendu compte qu'il était devenu impossible de trouver sur le WEB certains discours de Robespierre, comme il était possible de le faire auparavant. J'ai donc pris la liberté de recopier sur cette page son discours du 15 Mai 1790, que j'ai retrouvé dans le magistral ouvrage "Robespierre parle aux Français" de Philippe Landeux, qui regroupe en 900 pages, l'intégralité des écrits de Maximilien Robespierre. J'espère qu'il me pardonnera cet emprunt.

Je vous renvoie à la fin de cet article à une remarque très judicieuse que fait Philippe Landeux sur cette invraisemblable guerre.



OPINION SUR LE DROIT DE DÉCLARER LA GUERRE

ET CONTRE LA GUERRE DE CONQUÊTE

Ou

Sur l’attribution au roi du droit de paix et de guerre


Intervention à l’Assemblée nationale, le 15 mai 1790

Le 14 mai 1790, Montmorin, ministre des Affaires étrangères, informe l’Assemblée de la prise de possession, au début du mois, de la baie de Nootka (Colombie) par les Anglais sur les Espagnols, et des préparatifs que le roi, lié aux Bourbons espagnols par un pacte de famille, a ordonné pour soutenir l’Espagne contre l’Angleterre. Le lendemain, cette nouvelle provoque le débat (lancé par Alexandre Lameth) autour de la question de la guerre : À qui appartient le droit de la déclarer ? au roi ou à la Nation ? Robespierre, craignant que toute cette affaire ne soit un nouveau piège tendu à la Révolution, intervient pour que la question soit débattue. Finalement, l’Assemblée, sur proposition de Mirabeau, vote des remerciements au roi pour avoir pris les mesures pour maintenir la paix et ajourne au lendemain la question du droit de paix et de guerre. La discussion se poursuivra du 16 au 22 mai.

Le Point du Jour, n° 303 :

« M. Robespierre s’est élevé à des considérations plus importantes en disant : — Il est évident que s’il est un moment pour l’Assemblée nationale de décider à qui appartient le droit de faire la paix ou la guerre, c’est celui où il peut être question de délibérer sur l’exercice de ce droit, et où le ministère semble nous annoncer que nous devons prendre part aux différends de deux nations voisines. [...] Si vous la décidez conformément aux prétentions de la cour ou si vous la laissez indécise, (ce qui laisserait ce redoutable pouvoir entre les mains du ministre) vous devez craindre, avec beaucoup de raison, qu’une guerre étrangère soit une machination formée par les cours ou par les cabinets ministériels contre les nations, dans le moment où la nôtre a reconquis sa liberté, et où les autres sont peut-être déjà tentées d’imiter ce grand exemple ; et il est évident que les mesures du ministère français devraient être naturellement conformes à ce but, si vous lui abandonnez l’exercice du droit de la guerre et de la paix.

 » Cependant n’est-il pas possible qu’après avoir pris une connaissance certaine et particulière des faits et des circonstances des prétendus démêlés de l’Espagne et de l’Angleterre, dont la lettre ministérielle vous parle si obscurément et si vaguement, n’est-il pas possible, dis- je, qu’au lieu de mesures hostiles et précipitées qui ébranleraient infailliblement l’édifice de votre constitution naissante, vous adoptiez des mesures de paix et de médiation, dignes de la justice et de la dignité d’une nation qui vient de reconquérir sa liberté, et cette dernière espèce de mesures, qui pourra la prendre, si ce n’est la nation ou ses représentants ?

» Je suppose, par exemple, que vous élevant à la hauteur de votre rôle et des circonstances, vous jugiez qu’il pourrait être de votre sagesse de déconcerter les projets des cours, en déclarant aux nations, et particulièrement à celles que l’on vous présente comme prêtes à faire la guerre : que, réprouvant les principes de la fausse et coupable politique, qui jusqu’ici a fait le malheur des peuples, pour satisfaire l’ambition ou les caprices de quelques hommes, vous renoncez à tout avantage injuste, à tout esprit de conquête et d’ambition ; je suppose que vous ne désespériez pas de voir les nations, averties par cette noble et éclatant démarche de vos droits et de leurs intérêts, comprendre ce qu’elles ont peut-être déjà senti, qu’il leur importe de ne plus entreprendre d’autres guerres que celles qui seront fondées sur leur véritable avantage et sur la nécessité, de ne plus être les victimes et les jouets de leurs maîtres ; qu’il leur importe de laisser en paix et de protéger la nation française qui défend la cause de l’humanité, et à qui elles devront leur bonheur et leur liberté… Je suppose, dis-je, qu’il fût utile ou nécessaire de prendre dans les circonstances actuelles, les mesures que je viens d’indiquer ou d’autres semblables. Est-ce la cour, sont-ce les ministres qui les prendront ? Non, ce ne peut-être que la nation même ou ses représentants. Il faut donc, avant tout, et dès à présent décider si le droit de la guerre et de la paix appartient à la nation ou au roi. [...] »

 

Observation de Philippe Landreux, auteur de cet indispensable ouvrage :

"Cette défiance de Robespierre vis-à-vis de la guerre et son opposition aux guerres de conquête ne contribua pas peu à le perdre. C’est elle qui, fin 1791, début 1792, le dressa en premier lieu contre les Girondins qui voulaient à toute force déclarer la guerre à l’empereur d’Autriche et qui parvinrent en effet à plonger la France dans un conflit qui dura près de 20 ans. C’est elle encore qui, au printemps 1794, l’amena à s’opposer à Carnot, son collègue au Comité de salut public, spécialisé dans le domaine militaire, lequel, une fois le territoire national libéré, voulait continuer une guerre de conquêtes et de rapines au lieu d’envisager la paix. Or, si Fouché passe à juste titre pour le principal artisan du complot du 9 thermidor, les robespierristes, eux, regardaient Carnot comme leur pire ennemi."


Post Scriptum :

Voici la liste des discours de Robespierre que l'on peut lire sur l'indispensable ouvrage de Philippe Landeux :

Robespierre & la guerre

  • Premières interventions sur la guerre (28 nov., 11, 12, 14 déc.)
    • La guerre qui convient (28 novembre 1791)
    • Pas de guerre (11 décembre 1791)
    • Le mieux est d’attendre (12 décembre 1791)
    • Sur le droit de discuter de la guerre (14 décembre 1791)
  • Premiers discours contre la guerre (18 décembre 1791)
  • Deuxième discours contre la guerre (2 janvier 1792)
  • Troisième discours contre la guerre (11 janvier 1792)
  • Quatrième discours contre la guerre (25 janvier 1792)
  • Discours sur les moyens de sauver la patrie (10 février 1792)
  • En attendant la guerre
    • Sur Dumouriez (19 mars 1792)
    • Sur le bonnet rouge (19 mars 1792) 

 

jeudi 25 mars 2021

Le "Vandalisme révolutionnaire" démoli par Eugène Despois.

Article mis à jour le 5 Avril 2022

La Liberté armée du spectre de la raison foudroie le fanatisme et l'ignorance.




"Le Vandalisme révolutionnaire"

    Voilà un titre bien provocant pour cet ouvrage publié en 1868 par Eugène Despois ! 
    Mais ne vous y trompez pas, le but de cet ouvrage d'érudit, fort bien documenté, est de montrer que ledit vandalisme, est lui aussi, une exagération inventée par les adversaires de la Révolution ! Eugène Despois dresse en effet un inventaire impressionnant de tout ce que la Convention nationale a créé, et au passage, il ne se prive pas de mentionner quelques faits de vandalismes ayant eu lieu sous l'Ancien régime, même si en historien honnête, il les relativise...

    Le sous-titre de son ouvrage est plus révélateur de son contenu :

Fondations Littéraires, Scientifiques
Et Artistiques de la Convention.

    Le but de cet article était initialement de vous présenter le livre d'Eugène Despois et de vous en donner quelques extraits à lire. Mais le sujet étant vraiment trop important, j'ai jugé nécessaire de vous donner plus d'information sur ledit vandalisme révolutionnaire, ainsi que sur les moyens mis en oeuvre par les Révolutionnaires pour lutter contre celui-ci.

Destruction des symboles de l'oppression,
illustration de la nuit du 4 août 1789

Ressentiment révolutionnaire

    Du vandalisme, il y en eut, bien sûr, tant de ressentiment s'était accumulé au fil des siècle de l'Ancien régime ! Mais comment aurait-on pu inspirer le respect des monuments, des arts et des lettres à une population qui avait été volontairement privée d'instruction ? L'Ancien régime récoltait ce qu'il avait semé, comme l'écrivait Babeuf en juillet 1789 à propos de la violence : "Les supplices de tout genre, l’écartèlement, la torture, la roue, les bûchers, les gibets, les bourreaux multipliés partout nous ont fait de si mauvaises mœurs ! Les maîtres, au lieu de nous policer, nous ont rendus barbares, parce qu’ils le sont eux-mêmes. Ils récoltent et récolteront ce qu’ils ont semé."

    Dès les débuts de la Révolution, des mesures furent prises pour lutter contre les dégradations. Le décret du 23 octobre 1790 confia les monuments à la nation, celui du 3 mars 1791 « préserva de la fonte les objets d’orfèvrerie », celui du 4 septembre 1792 proposa de dresser un inventaire des richesses artistiques de la nation, celui du 24 octobre 1793 demanda de dénoncer « aux autorités constituées les provocateurs et les auteurs des dilapidations et déprédations », celui du 25 juin 1794 énonça que : « Tout citoyen pourra demander dans tous les dépôts, aux heures et jours qui seront fixés, communication des pièces qu’ils renferment ; elle leur sera donnée sans frais et sans déplacement et avec les précautions convenables de surveillance ».

    Durant l'été 1793, des Conventionnels s'alarmèrent de certains excès commis, ce qui provoqua la mise en œuvre de trois rapports de l'abbé Grégoire dont celui du celui du 4 fructidor an II (31 août 1794).

"La grande peur" en juillet 1789

Vandalisme

    C'est dans les Procès-Verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale, plus précisément dans le rapport du 21 nivôse an II (10 janvier 1794) que l'abbé Grégoire recourut à ce néologisme qui devait faire fortune : « Quant aux monuments actuels, la Convention nationale a sagement ordonné la destruction de tout ce qui portait l’empreinte du royalisme et de la féodalité... A ces mesures de sagesse, la Convention nationale doit en joindre d’autres, pour assurer la conservation des inscriptions antiques. L’on ne peut inspirer aux citoyens trop d’horreur pour ce vandalisme qui ne connaît que la destruction... »

    Le 26 mai 1794, Barère de Vieuzac exprima dans un discours l'opposition entre les nations éclairées et les Vandales : « Les révolutions des peuples barbares détruisent tous les monuments et la trace des arts semble effacée. Les révolutions des peuples éclairés les conservent, les embellissent et les regards féconds du législateur font renaître les arts qui deviennent l’ornement de l’empire dont les bonnes lois font la véritable gloire »


La réalité de la bêtise

    Dans son rapport sur la bibliographie, présenté le 22 germinal an II (11 avril 1794), l'abbé Grégoire condamna les ennemis de la culture : « On voyait des sots calomnier le génie pour se consoler d’en être dépourvu et avancer gravement sans distinction de talents utiles ou nuisibles, qu’un savant est un fléau dans un Etat ».

  Le 14 fructidor an II (31 août 1794), dans son exposé sur les destructions opérées, Grégoire attribua à Dumas, président du tribunal révolutionnaire le mot d’ordre : « Il faut guillotiner tous les hommes d’esprit » et dans son discours du 24 frimaire an II (14 décembre 1794), la réponse à Lavoisier sollicitant un sursis pour achever ses expériences : « Nous n’avons pas besoin de chimistes » ; selon d’autres récits, ce serait le juge Jean-Baptiste Coffinhal qui aurait répliqué : « La République n’a pas besoin de savants ».

    Des imbéciles comme ces odieux personnages, sont bien sûr devenus pain béni pour les détracteurs de la Révolution.


L'esprit des Lumières

Marie-Joseph de Chénier

    
Le 22 octobre 1793, le poète Marie-Joseph Chénier avait été applaudi lorsqu’il avait proclamé : « Il est impossible que les représentants du peuple ne soient pas convaincus que c’est aux livres que nous devons la Révolution Française ». Les initiateurs de la Révolution, devenus conventionnels, étaient en effet en grande majorité empreints de la philosophie des Lumières.

    La Révolution ne devait pas devenir ce contre quoi elle luttait. Elle combattait l'asservissement et l'obscurantisme. Raison pour laquelle il fallait lutter contre le vandalisme sous toutes ses formes. C'est ce qu'elle s'efforça de faire en votant des lois pour protéger monuments et bibliothèques et en créant l'instruction publique. Car un esprit éclairé par l'instruction risque moins de devenir un vandale.



Revenons à Eugène Despois...

    Eugène Despois né le 25 décembre 1818 à Paris où il est mort le 23 septembre 1876, était un grand professeur de rhétorique, un journaliste courageux, mais c’était aussi un fervent républicain. Le portrait en haut de page est celui qui figure sur sa tombe au cimetière du Montparnasse.

    "Le Vandalisme Révolutionnaire" est un livre qui m'a passionné et qui je l'avoue, m'a aussi enthousiasmé. J’ai lu sa réédition de 1885 que j’avais trouvée en 2013 dans l’une des librairies de livres anciens de la Charité sur Loire (La cité du mot).

    A l'époque, en mai 2013, (date à laquelle j'ai rédigé une première version de cet article sur l'un de mes blogs), ce livre était introuvable. Mais de nos jours, grâce à Forgotten Books, qui réimprime des livres oubliés, il est de nouveau facilement accessible. (On vit une époque formidable !)

    Il ne semble pas faire partie des livres librement téléchargeables sur Forgotten Books, mais on peut le commander. Cliquez sur l'image ci-dessous :


    Sinon, vous pouvez également télécharger et lire son édition originale de 1868, disponible sur le site Gallica de la Bibliothèque nationale de France :

Voici le lien pour accéder au livre :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62142605.langFR

Vous pouvez également le consulter dans la fenêtre à la fin de cet article.




Rendre justice au travail de la Convention

    Despois a choisi ce titre provocateur pour montrer comment, bien au contraire, la Révolution française avait été créatrice et non pas destructrice.  Son travail d’érudit a été rendu possible parce que la Révolution tenait registre de tout, absolument tout, dans ses moindres détails ou presque, et à l’époque où Despois effectua son titanesque travail, tous ces registres, journaux, lois, jugements, plans, etc. ainsi que de nombreux témoignages, étaient encore accessibles (Beaucoup ont brûlé ensuite lors de la Commune du 1871).

    Despois détaille donc l’impressionnante tâche réalisée plus particulièrement par la Convention nationale, et ce, avec précision et toujours en donnant ses sources. Le travail réalisé durant ces quelques années fut en effet prodigieux.

Quelques exemples ? : 
  • L'enseignement primaire,
  • L'enseignement secondaire et supérieur, 
  • Les écoles centrales,
  • L'école normale,
  • L'école des langues orientales,
  • L’école polytechnique, (Fondée en 1794 par la Convention nationale sous le nom d'École centrale des travaux publics. Civile et gratuite sous la Révolution, elle devient militarisée et payante en 1804 par la volonté de Napoléon Ier.)
  • Le muséum d’histoire naturelle,
  • Le conservatoire des arts et métiers,
  • Les écoles de droit,
  • L'école de médecine,
  • L'Institutions pour les sourds-muets et les aveugles,
  • L’Institut,
  • Le musée national des beaux-arts,
  • Le musée des monuments français,
  • Les bibliothèques,
  • Les archives nationales,
  • Le conservatoire de musique,

    C’est incroyable de constater toute cette frénésie de création dans cette France qui était alors assaillie par les armées de tous les despotes d’Europe, sans parler de la terrible guerre civile vendéenne fomentée par ses pires ennemis, ceux de l’intérieur. 

    C’est dans cette même période de guerre que les départements et les communes furent créés, que la citoyenneté fut accordée aux Juifs et que la liberté fut donnée aux esclaves ! (Robespierre préférait perdre les colonies, disait-il, plutôt que de renoncer à l’idée de donner la liberté aux noirs, alors que le despotique Napoléon se chargea bien vite de rétablir l’esclavage).

    Le livre de Despois est écrit sans haine, dans le beau style du 19ème siècle, avec érudition et élégance. Mais je n’ai pu m’empêcher de songer avec amertume à toutes les ignominies que j’ai pu lire et entendre depuis des années sur la Révolution française, y compris au sein de l’école publique dont elle est la fille bien souvent ingrate. 

    Tandis que j’écrivais la première version de cet article en 2013, une énième niaiserie télévisée était diffusée sur une chaîne publique (les malheurs de la Pompadour). Les Français semblent avoir plus de tendresse pour les représentants d’une noblesse qui a maintenu durant des siècles leurs ancêtres dans la misère, l’ignorance et la servitude, qu’envers ceux qui se sont battus pour instaurer Liberté Egalité et Fraternité. 

    Peu de temps auparavant avait été rediffusé un "chef d’œuvre" de révisionnisme destiné à faire pleurer dans les chaumières sur le prétendu "génocide" vendéen ! Une plainte avait même été déposée au CSA à l’encontre de cette forgerie révisionniste, mais le CSA dans sa grande inculture avait répondu que tous les points de vue avaient le droit de s’exprimer. A quand un documentaire pour défendre avec compassion les points de vue de la milice et des collabos sous l’occupation ?

    Il ne faut donc plus s’étonner si les Français en sont venus à confondre leurs ancêtres Sans-culottes (2807 condamnations à mort durant les 17 mois de la "Terreur") avec les Khmers rouges ! (3.000.000 de morts). 

    Pourquoi ne pas comparer les 17 mois de terreur révolutionnaire, avec la terreur de l'ancien régime, qui elle dura des siècles ? 

Juste un exemple pour vous donner une idée :
    Renseignez-vous également sur la terrible répression de la révolte des Rustauds, en Alsace au 16ème siècle. L'article suivant est bien écrit et bien documenté : "La ville d'Obernais assiégées par les paysans".
    Lisez aussi cet article sur mon blog-notes sur les 600 ans de terreur de l'ancien régime, si bien évoqués par le grand Michelet : "600 ans de terreur de l'ancien régime".

    On pourrait résumer ainsi : La terreur révolutionnaire est à jamais impardonnable car elle est issue du peuple. 
La terreur monarchique est normale, parfois même auréolée de gloire, quand elle n'est pas justifiée par des motifs divins !

    Veuillez me pardonner si je m’échauffe, car ce faisant je retarde le moment ou vous lirez les deux extraits que j'ai choisis pour vous.


A propos des destructions d'églises.

    Que n'a-t-on pas dit à propos des destructions d'églises causées par les fureurs anti-chrétiennes de la Révolution ! A écouter les bonnes âmes, il n'y aurait pas une église de France qui n'ait été profanée par un sans-culotte ivre de vin et de sang !
    Mais si l'on se donne la peine de vérifier les faits, plutôt que de se cantonner aux copiés-collés d'historiens "émotifs", on découvre une autre vérité (même si je n'aime pas beaucoup ce mot en histoire).

Détour par le XVIe siècle...

    Avant de vous faire lire les explications de Despois, faisons un court détour au XVIe siècle, c'est-à-dire à l'époque des guerres de religions entre Catholiques et Protestants, qui ont ravagé la France. Car il faut bien reconnaître que faute d'avoir trucidé beaucoup de Catholiques, les Protestants ont quand même "abimé" beaucoup d'églises et de cathédrales.     Pour les Protestants, ces lieux n'étaient pas sacrés (le culte protestant pouvant se tenir n'importe où) et ils voyaient ces édifices encombrés de dorures et de portraits de saints n'ayant rien à voir avec la Bible, comme des lieux d'idolâtrie.
    Rappelons que le prêtre allemand Martin Luther, l'inventeur du Protestantisme, avait eu l'idée de réformer l'église catholique après qu'il se fut irrité de voir l'Eglise Catholique vendre des indulgences (des places pour le paradis), afin de financer la très coûteuse construction de la Basilique Saint-Pierre à Rome.
    En résumé, sachez que lorsque vous voyez une niche sans statue sur une façade d'église, ou une statue sans tête, bien souvent le forfait, quoi que l'on vous dise, remonte aux guerres de religions.
    Si vous haïssez les Protestants pour cela et que le calvaire qu'ils ont subi ensuite ne vous satisfait pas, vous prendrez plaisir à la lecture de cet "émouvant" livre du prêtre Victor Carrière (1872-1946), professeur à l'Institut catholique « Les épreuves de l'Église de France au XVIe siècle ».
    Sinon, je ne puis que vous conseiller de lire ce qu'en dit Eugène Despois, avec plus de subtilité bien sûr, à la page 194 du chapitre XII de son livre.

    Rappelons-nous tout de même que l'Eglise chrétienne est championne du monde dans la catégorie destruction d'édifices religieux (des autres religions), et ce depuis l'antiquité ! Passons...

Carte postale montrant au Tonkin
la destruction des anciennes divinités 
remplaçées par la Vierge Marie...




Voici les extraits choisis du livre de Dépois. (Qui a dit :"Enfin !")

CHAPITRE XIV (Page 216 de l’édition de 1868)


DESTRUCTIONS DIVERSES.

    Je ne prétends pas d'ailleurs qu'il n'y ait pas eu un moment où de nombreux actes de dévastation furent commis à Paris et ailleurs : ce fut lorsque le culte de la liaison fut inauguré, le 10 novembre, par la Commune, grâce aux efforts d'Hébert et de Chaumette. Mais on oublie que ce culte baroque ne dura que quelques jours ; que dès les premiers jours, quand l'évêque de Paris, Gobel, vint avec ses vicaires abjurer le catholicisme, un autre évêque, Grégoire, protesta et fut appuyé par Robespierre ; qu'à quelques jours de là, aux Jacobins, le 21 novembre, Robespierre renouvelait ses protestations contre ces farces ridicules, et déclarait que la volonté de la Convention était « de maintenir la liberté des cultes qu'elle avait proclamée, et, en même temps, de réprimer quiconque en abuserait pour troubler l'ordre public » ; et que, le 26 du même mois, des députations de communes apportant les dépouilles de leurs églises, et des ci-devant prêtres venant abjurer leur caractère ecclésiastique devant la Convention, Danton s'écria avec dégoût : « Si nous n'avons pas honoré le prêtre de l'erreur et du fanatisme, nous ne voulons pas plus honorer le prêtre de l'incrédulité ; nous voulons servir le peuple. Je demande qu'il n'y ait plus de mascarades anti-religieuses au sein de la Convention. » Et il proposait qu'on cessât de recevoir de pareilles députations. « La proposition de Danton, dit le Moniteur, est décrétée au milieu des applaudissements. » Inutile d'ajouter que les mascarades anti-religieuses cessèrent aussitôt dans Paris. Le Comité de salut public ne s'en tint pas là, et, pour prévenir le retour de tous ces scandales, qui dérangeaient d'ailleurs ses vues politiques, même à l'égard de l'étranger, Robespierre rédigea au nom de ce Comité un rapport et une « réponse au manifeste des rois coalisés contre la République ». Toutes ces dévastations étaient mises sur le compte de la contre-révolution, et attribuées, selon l'usage, « aux agents des puissances étrangères, qui détournaient notre attention des véritables dangers et des besoins pressants de la République pour la tourner tout entière vers les idées religieuses, osaient abuser du nom de la Convention pour justifier les extravagances réfléchies de l'aristocratie déguisée sous le manteau de la folie, et faisaient dénoncer la France à l'univers comme un peuple de fous et d'athées ». «Nos ennemis, ajoutait-il, se sont proposé un double but, en imprimant ce mouvement violent contre le culte catholique : le premier, de recruter la Vendée, d'aliéner les peuples de la nation française, et de se servir de la philosophie pour détruire la liberté ; le second, de troubler la tranquillité de l'intérieur, et de donner ainsi plus de force à la coalition de nos ennemis". Le lendemain, 6 décembre 1793 (16 frimaire an II), la Convention décrétait :

  • Art. 1er. Toutes violences et mesures contraires à la liberté des cultes sont défendues.
  • Art. 2. La surveillance des autorités constituées et l'action de la force publique se renfermeront à cet égard, chacune en ce qui les concerne, dans les mesures de police et de sûreté publique. »

    Nul doute que ce mouvement passager n'ait été à Paris, centre de l'agitation révolutionnaire, plus violent que partout ailleurs. On voit pourtant qu'il y a été combattu dès le début par des voix que le parti populaire avait l'habitude de respecter. Le même mouvement a été, dans les départements, encore moins sérieux.

    Il existe aux Archives un certain nombre de procès-verbaux des communes qui avaient institué chez elles le culte de la Raison, et qui ont soin de s'en vanter auprès du pouvoir central. Le petit nombre de ces adresses prouve que ce mouvement fut bien loin d'être général, comme on affecte de le croire, et l'on vient de voir qu'il fut aussi beaucoup plus court qu'on ne le suppose généralement.

    Quant aux édifices religieux détruits pendant la Révolution, il est aisé d'en préciser le nombre pour Paris.

    Ce travail a été fait par un écrivain très au fait de l'histoire de Paris comme de celle de la Révolution, M. Frédéric Lock, qui veut bien me le communiquer. C'est une statistique à laquelle il est malaisé de répondre.

    Après avoir rappelé que l'Assemblée constituante avait ordonné la suppression d'un certain nombre de paroisses et des monastères (non la destruction des édifices, bien entendu), il a trouvé que 130 édifices religieux ont été détruits depuis 1790 jusqu'en 1861, savoir :

  • 1 en 1791,
  • 9 en 1792,
  • 4 en 1793,
  • Aucun en 1796,
  • 3 en 1795,
  • 9 en 1796,
  • 18 en 1797,
  • 8 en 1798,
  • 5 en 1799,
  • 26 de 1800 à 1814,
  • 31 de 1814 à 1830,
  • 11 de 1830 à 1848,
  • 23 de 1848 à 1861.

(Quelques-uns ont été détruits depuis.)

    De sorte que la part de l'ère conventionnelle dans cette œuvre de destruction est justement la moins forte de toutes !

    Quand donc on a essayé d'intéresser contre la Convention le zèle de l'archéologie et le goût de l'architecture du moyen âge, on s'est totalement trompé. Tous les gouvernements, — je dis tous — depuis la Convention, sont plus criminels à cet égard, si crime il y a. Il faut en prendre son parti : les chiffres sont là.

Voilà pour les édifices religieux.


    Malheureusement les sculptures sont plus faciles à anéantir que les monuments, et le simple plaisir de briser, le besoin de détruire, a eu naturellement plus de part que le fanatisme aux dévastations de cette époque comme de toutes les autres. Mais ce qu'il importe de constater ici, c'est le soin que mit la Convention à prévenir les actes de ce genre, la sévérité qu'elle déploya contre les auteurs de ces mutilations ; on peut même trouver dure la pénalité qu'elle établissait à cet égard, par son décret du 4 juin 1793 :

« La Convention nationale, ouï le rapport de son comité d'instruction publique, décrète la peine de deux ans de fers contre quiconque dégradera les monuments des arts dépendants des propriétés nationales » (1)

(1) Le rapport est encore de Lakanal. Le mot vandalisme s'y trouve, et c'est la première fois, ce me semble, qu'il fut employé pour flétrir des excès que la Révolution a réprimés plus sévèrement qu'aucun régime.

    M. le marquis de Laborde écrit pourtant dans son ouvrage sur les Archives : « Un seul de ces Vandales, vertement fustigé sur la place de l'église qu'il avait déshonorée, aurait suffi pour arrêter cette sauvagerie. La Convention a continué à encourager la destruction, en prenant quelques mesures insignifiantes pour organiser administrativement ce saccage et en conserver les débris ».

    C'est de cette façon, je ne me lasserai pas de le répéter, que s'écrit l'histoire de la Révolution. Deux ans de fers, quel encouragement !

 

C'est de cette façon que s'est écrite, hélas, l'histoire de la Révolution...


    Le second extrait que je vous propose de lire, m'a beaucoup donné à réfléchir. Là aussi, vous allez découvrir une tout autre vision de l'époque révolutionnaire.



Le parti des indifférents...

    Cet extrait constitue le début du chapitre XXII, intitulé "Les Lettres sous la Convention". Lisez-le avec attention. Despois y évoque l’étonnante "normalité" qui pouvait régner au sein de la population, y compris durant les moments les plus "chauds" de la Révolution. Ce qui convenons-en, ne correspond guère à l'idée que nous nous faisons de cette époque. 

Ce début de chapitre aurait pu s’intituler "Le parti des indifférents". Vous allez comprendre.



CHAPITRE XXII (Page 339 de l’édition de 1868)


"LES LETTRES SOUS LA CONVENTION"


    Le 5 octobre 1789, au moment où le peuple de Paris, Maillard en tête, se ruait à Versailles, Louis XVI se livrait à son plaisir favori, la chasse. Prévenu de ce qui se passait, il revint à Versailles ; mais le soir, comme c’était un prince fort méthodique et fort rigoureux observateur des petites habitudes dont il s’était fait un devoir, il eut soin d’écrire dans son journal : Tiré à la porte de Châtillon, tué quatre-vingt-une pièces. INTERROMPU PAR LES EVENEMENTS.


    Une grande partie de la population parisienne n’en eût pu dire autant. Rien ne vint interrompre ses habitudes frivoles, et, même après le 10 août, même après le 21 janvier, jusque dans les moments les plus sombres de la terreur, les théâtres, les lieux de plaisir, toujours remplis d’une foule empressée, semblaient témoigner que rien n’était changé en France : la frivolité de l’ancien régime avait survécu à ce régime même.


    L’Almanach des Muses, l’Almanach des Grâces, paraissaient comme ci-devant, toujours bourrés de petits vers badins et pimpants. Ce dernier recueil nous donne, par exemple, la récolte des pièces galantes écloses pendant l’année 1793, et commence l’Annuaire des Grâces pour 1794 par le couplet suivant, où le contraste caractéristique du passé et du présent se marque même entre le titre de la chanson et l’indication de l’air.

A la citoyenne *** (air de la Baronne).

A la plus belle

L’amour destine ce recueil.

A ces ordres je suis fidèle,

Et je la porte avec orgueil

A la plus belle.


    De son côté, l’Almanach des Muses se croit obligé de joindre aux fadeurs obligées de ces sortes de recueils, soit la Marseillaise, soit l’Hymne à la Liberté, récité au lycée par le citoyen La Harpe.

    Mais malgré ces légers sacrifices aux graves préoccupations du moment, il n’en est pas moins vrai que le fond du recueil se compose du bagage ordinaire : madrigaux, épigramme, impromptus et autres délassements des temps les plus paisibles. Rien n’a pu effaroucher la muse légère ou la déterminer à changer de ton.

    Quant à la littérature dramatique, c’est de 1793 que date surtout le développement extraordinaire du vaudeville.

"Cet enfant du plaisir veut naître dans la joie !"

    Qui donc alors s’abandonnait à cette joie égoïste et à cette indifférence, plus féroce peut-être en des temps si graves que les frénésies les plus extrêmes du fanatisme ?
    Hélas ! C’était au moins une notable partie de la population de Paris, puisque vingt théâtres ne suffisaient point à satisfaire la curiosité du public. Sans doute les pièces de circonstance abondaient alors, beaucoup moins pourtant qu’on ne semble le croire. Sur le théâtre du Vaudeville, par exemple, récemment ouvert, on ne compte pas moins de quarante pièces représentées pendant l’année 1793, et si j’en juge par les titres donnés dans l’Almanach des Spectacles pour 1794, je ne vois guère qu’une dizaine de pièces à intentions républicaines. Néanmoins, l’Almanach des Spectacles vante le caractère patriotique de ce théâtre et des pièces que l’on y joue. « C’est, ajoute-t-il, surtout depuis le Révolution que le Vaudeville a repris sa force et son véritable caractère. » Le répertoire des autres théâtres ne semble pas en général annoncer des préoccupations plus élevées.

    Ce singulier phénomène a frappé les contemporains. Saint-Just, qui a passé sa courte et sombre jeunesse à s’étonner de ne point vivre à Lacédémone, se demande la cause de cette assiduité aux théâtres les plus vulgaires, et il la trouve surtout dans les facilités accordées aux membres des sections et dans le grand nombre d’agents que le gouvernement centralisé à Paris était contraint d’y entretenir. « La Feuille villageoise et la Décade philosophique, dit M. Baron, donnent une explication en plusieurs points conforme à celle de Saint-Just. Elles y ajoutent les fortunes créées par l’agiotage sur les assignats et par les spéculations sur les biens nationaux. » Tout cela explique bien comment il se trouvait un public nombreux pouvant aller au théâtre, mais n’explique nullement ni l’intérêt léger qu’il y portait, ni le caractère frivole des pièces qu’on lui servait au milieu d’événements dont le tragique spectacle semblait de nature à absorber, non pas seulement les convictions sincères, mais la plus égoïste curiosité. Peut-être l’explication la plus simple de ce fait étrange est-elle dans l’invincible force des habitudes, et dans cette légèreté d’esprit dont tant d’épreuves diverses ont quelque peu corrigé notre race, sans la modifier autant qu’il le faudrait.

    Voltaire écrivait le 2 août 1761 : « Je m’imagine toujours, quand il arrive quelque grand désastre, que les Français seront sérieux pendant six semaines. Je n’ai pu encore me corriger de cette idée. » Voltaire eût pu ici faire un retour sur lui-même. Quelle que soit son incontestable et sérieuse persévérance que dissimulait en partie la légèreté de ses propos et quelquefois de sa conduite, lui-même était très Français en ce point, et c’est ce qui explique son influence énorme et sur ses contemporains et sur la France actuelle. Sa puissance a été surtout de rester une conviction sérieuse servie par des défauts qui sont les nôtres.

    On n’imagine point d’ailleurs combien, dans une nation habituée à demeurer étrangère aux événements publics, il restait de gens se tenant à l’écart, à l’heure même où les événements publics semblaient toucher à toutes les existences et intéresser par force les esprits les plus rebelles à toute préoccupation patriotique. En temps ordinaire, ce qu’on appelle l’opinion publique est toujours celle d’une minorité. C’est l’erreur incurable des esprits convaincus ou tout au moins absorbés par une préoccupation constante, d’attribuer à tout le monde les idées qui les intéressent, et de diviser leurs contemporains en trois ou quatre catégories, parmi lesquelles ils oublient toujours de compter la plus nombreuse, celle qui, à un moment donné, déjoue tous les calculs des politiques et fait pencher la balance dans un sens inattendu, je veux dire le parti des indifférents. Cette classe de gens, qui n’assiste parfois aux plus terribles événements que comme à un spectacle, et qui, même aux jours les plus navrants de 1814 et 1815 n’a guère vu qu’un défilé d’uniformes inaccoutumés, était sans doute moins nombreuse en 1793 qu’à toute autre époque : elle n’en existait pas moins. Elle devait triompher plus tard, au temps du Directoire : mais, en attendant, elle subsistait en dehors du grand courant qui semblait emporter la société toute entière. Le mouvement des grands fleuves d’Amérique n’est sensible et violent qu’à leur centre ; mais le long de leurs rives indécises ils laissent, à moitié cachés sous une végétation abondante et parée de fleurs, d’inertes marécages et des étangs immobiles, au milieu desquels l’énorme masse passe sans remuer.



Par la fenêtre ci-dessous, vous pouvez découvrir "Le Vandalisme Révolutionnaire".

L'article se poursuit sous cette fenêtre.





Un dernier mot sur le révisionnisme et les théories du complot. 

    La Révolution française est la période de l'histoire de France qui a le plus souffert d'une réécriture révisionniste. A peine ses ennemis en eurent-ils terminé avec elle (Thermidor, l’Empire, la Restauration, etc.), qu’ils n’eurent de cesse de réécrire son histoire à charge. (Lisez mon exemple en "post scriptum").
    Cette folie de réécriture calomniatrice est même allée jusqu'à accoucher de la première grande théorie du complot, inventée dans l'esprit tortueux de l’abbé jésuite Augustin Barruel. Nombres des idées délirantes consignées dans son essai politique contre-révolutionnaire et anti-Lumières en cinq tomes, publié en Allemagne de 1797 à 1799, florissent encore de nos jours, (les méchants Juifs, les abominable Francs-Maçons et autres meurtrières âneries). Cet ouvrage auquel se mêlent les explications surnaturelles et les diatribes contre les philosophes des Lumières ou Joseph II, sert en effet de bible à tous les nostalgiques de l’ancien régime qui ne peuvent expliquer que par le complot, une Révolution à laquelle ils n’ont rien compris. Lisez cet excellent article : Le complotisme dans l'histoire.

    On peut bien sûr comprendre pourquoi la Révolution française fait si peur à certains. Ce n'est d'ailleurs pas à cause de sa prétendue violence, qui de nos jours paraît bien pâle à côté des brasiers meurtriers du XXe siècle. Mais plutôt à cause de la nouvelle direction qu'elle a fait prendre à l'humanité, celle de son affranchissement et de son émancipation. Celle-ci fut un événement majeur de l’histoire de l’humanité. Hegel, par exemple, considérait qu'il y avait trois étapes essentielles le long du chemin vers la liberté : le Christianisme, la Réforme et la Révolution française. Mais c’est Emmanuel Kant qui décrivit le mieux cet événement considérable lorsqu’il écrivit ceci :

"Même si le but visé par cet événement n’était pas encore aujourd’hui atteint, quand bien même la révolution ou la réforme de la constitution d’un peuple aurait finalement échoué, ou bien si, passé un certain laps de temps, tout retombait dans l’ornière précédente (comme le prédisent maintenant certains politiques), cette prophétie philosophique n’en perd pourtant rien de sa force. Car cet événement est trop important, trop mêlé aux intérêts de l’humanité, et d’une influence trop vaste sur toutes les parties du monde pour ne pas devoir être remis en mémoire aux peuples à l’occasion de certaines circonstances favorables et rappelé lors de la reprise de nouvelles tentatives de ce genre."

"Dès le début, la Révolution française ne fut pas l’affaire des seuls Français."

(Extrait du Conflit des facultés, 1798)


Post Scriptum : 

    Voulez-vous un dernier exemple de traitement contestable de l’histoire de la Révolution française ? 

    Lisez le passage du livre de Despois décrivant dans quelles conditions s’est déroulée l’exhumation des corps des rois à la basilique de Saint-Denis durant la Révolution (Chapitre XIII, page 198 de l'édition de 1868). Comparez ensuite avec ce que l'histrion Loràn Deutsh raconte dans son recueil de fables historiques ! 

    Mais surtout comparez avec la façon dont l’illustrissime Louis XIV a traité les Jansénistes de Port Royal, et leur cimetière