lundi 7 décembre 2020

7 Décembre 1789 : La cour est en deuil mais le port des diamants est autorisé

Tenue de grand deuil de cour (1781)

    Ce lundi 7 décembre l’Assemblée national a envoyé une députation à la Reine pour lui présenter des condoléances par suite de la mort de sa sœur.

    Samedi dernier, 5 décembre, le numéro 339 du Journal de Paris avait informé les Parisiens qu’à partir de ce lundi, la Cour allait prendre le Deuil pour deux mois à l'occasion de la mort de Marie-Anne-Josephe-Jeanne-Antoinette de Lorraine, Sœur de la Reine des Français, Abbesse du Noble Chapitre D'Insbruck, Née le 13 Août 1743, morte dans la 47e année de son âge.

    Le journal avait également donné le déroulement du deuil :

1re époque. Du 7 Décembre au 6 Janvier inclus.

Les Hommes porteront l'Habit de drap noir complet avec les boutons ; Manchettes effilées unies, Boucles et Epée bronzées.

Les Femmes porteront la Robe de laine garnie d'étamine ou de crêpe noir, le Bonnet de crêpe (la Coiffe pour 9 jours seulement) Gants, Eventail et Bas noirs, les boucles bronzées.

2e Epoque. Du 7 au 22 Janvier, inclusivement,

Les Hommes porteront l'Habit de soie noire, Manchettes effilées de mousseline brodée, Boucles et Epée blanches.

Les Femmes porteront la Robe de soie noire garnie de gaze, le Bonnet et l'ajustement de gaze rayée, les Diamants.

3e Epoque. De 23 Janvier au 6 Février suivant inclusivement, fin du deuil,

Les Hommes prendront les Manchettes d'entoilage, garnie d'effilé découpé, et suivront, pour le surplus ; l'Etiquette de la précédente Epoque.

Les Femmes porteront la Robe de soie blanche, noire et blanche ; on continuera les Diamants.


Un peu de mauvais esprit...

    Quelqu’un aurait écrit perfidement dans la chronique de Paris (un nouveau quotidien qui paraît depuis le 24 août), qu’il espérait bien "nos bourgeoises et nos coquettes n'iront pas cette fois se conformer à un usage servile et faire porter elles-mêmes "le deuil à nos manufactures".

    Il peut sembler curieux en effet que les honnêtes gens désirent porter le deuil de quelqu’un qui n’est pas de leur famille.

    On raconte que Louis XV adolescent, voyant pour la première fois, à Paris, les bourgeois et bourgeoises porter le deuil de la cour, fit cette remarque méprisante : "Je ne me croyais pas tant de parents." Un courtisan lui répondit que, dans les grandes maisons, les domestiques portaient les deuils. – Pas à leurs frais, eu-t-on pu faire observer.


Petit détail gênant.

    Il semble que le Journal de Paris se soit trompé de sœur ! C’est Marie-Anne Josèphe Antoinette d'Autriche née au Palais de la Hofburg à Vienne, le 6 octobre 1738 qui s’est éteinte à Klagenfurt, le 19 novembre 1789 ; pas Marie-Josèphe Gabrielle Jeanne Antoinette Anne d'Autriche née le 19 mars 1751 à Vienne, morte le 15 octobre 1767 à Vienne et encore moins Marie-Élisabeth Josèphe Jeanne Antoinette de Habsbourg-Lorraine, archiduchesse d'Autriche née le 13 août 1743 à Vienne qui s’éteindra à Linz le 22 septembre 1808 et qui fut bien, elle, abbesse du chapitre de chanoinesses nobles d'Innsbruck.

"Domestique", mais pas bien informé. Comme c’est embarrassant…

La défunte Marie-Anne Josephe Antoinette


Voici néanmoins quelques jolies tenues de deuil :

 


 


 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Je vous remercie pour ce commentaire.
Bien cordialement
Bertrand