vendredi 27 novembre 2020

27 Novembre 1789 : Lanjuinais demande la clémence de l'Assemblée pour l'évêque de Tréguier


Augustin Louis le Mintier
l'évêque aux écrits incendiaires.

    Souvenez-vous ! En réponse à la demande d'aide que le roi lui avait adressé dans une lettre rédigée le 3 septembre, Augustin René-Louis Le Mintier, évêque & Comte de Tréguier, Conseiller du Roi en tous ses Conseils, avait publié le 14 Septembre un "mandement" qui avait grand bruit. Ce mandement n'était rien d'autre qu'un brûlot contre-révolutionnaire qui avait commencé d'agiter les esprits dans certaines paroisses ! 

    La situation était devenue si inquiétante, que le 14 Octobre 1789, le Parlement de Bretagne avait publié une remontrance dans laquelle il interdisait la publication et la diffusions de ce mandement considéré « captieux et tendant, sous prétexte d’instruction, à favoriser et exciter la fermentation des esprits et le fanatisme, et à troubler la tranquillité publique ».

Jean-Denis Lanjuinais

    Messieurs Jean-Baptiste Brostaret et Jean-Denis Lanjuinais débâtent ce jour à l'Assemblée nationale, des suites de cette affaire qui a été transmise au Tribunal du Châtelet.     Rappelons que le 24 Octobre dernier, le roi a autorisé ce Tribunal à juger du crime de lèse nation. L'excès de zèle de cet évêque, conseiller du roi, pourrait avoir des conséquences pénibles pour lui. Nous allons voir que Monsieur Lanjuinais va demander la clémence de l'Assemblée...
Jean-Baptiste Brostaret
  

M. Brostaret. Puisque l'Assemblée avait attribué la connaissance de l'affaire de l'évêque de Tréguier au Châtelet, il doit faire remettre à son greffe toutes les pièces relatives à ce procès.

M. Lanjuinais. Je demande que l'Assemblée use envers l'évêque de Tréguier de la même clémence qu'elle a eue pour les parlements de Rouen et de Metz ; ce prélat a, comme les parlements, rendu dans un mandement ultérieur, relatif au décret sur l'argenterie des églises, hommage aux décrets de l'Assemblée nationale, et particulièrement rétracté son premier mandement, en ce qu'il avait donné lieu à des interprétations contre la pureté des sentiments dont il est pénétré envers l'Assemblée.

M. Brostaret. M. l'évêque de Tréguier n'a point rétracté son mandement.

M. Lanjuinais. J'offre d'en fournir la preuve.

L'Assemblée ne prend aucune décision.

Source : https://www.persee.fr/doc/arcpa_0000-0000_1878_num_10_1_3908_t1_0268_0000_2


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Je vous remercie pour ce commentaire.
Bien cordialement
Bertrand